Dynamique des populations
    retour
    Partager la page

    Dynamique des populations de huppes fasciées et de torcols fourmiliers

    Ce projet étudie les causes de raréfaction de la huppe fasciée et du torcol fourmilier en Suisse. Les connaissances acquises ici sont directement mises en pratique dans la protection de ces deux espèces prioritaires.

    Objectifs

    Les effectifs de la huppe fasciée et du torcol fourmilier ont fortement décliné en Suisse ces 50 dernières années, et font aujourd’hui partie des espèces prioritaires. Ces deux migrateurs nichent dans des cavités des zones agricoles et ont une alimentation spécialisée. Il  convient de chercher les causes possibles du déclin de ces deux espèces dans l´accessibilité ou la densité réduites des proies, dans la diminution des sites de nidification ou dans la péjoration des quartiers d´hivernage. L’importance relative de ces causes possibles reste cependant largement inconnue, ce qui complique les efforts de protection.

    Procédé

    Ces 10 dernières années, près de 700 nichoirs ont été installés en Valais pour ces deux espèces. L´évolution de leur population respective est suivie depuis lors : leur succès de nidification a été étudié, les jeunes et les adultes bagués. Un modèle de population nous permet d’étudier les processus démographiques (reproduction, survie, immigration, émigration) qui causent principalement les fluctuations d’effectifs. Pour en savoir plus sur les quartiers d´hiver, nous mettons en place des méthodes traditionnelles (analyse des reprises de bagues) et nouvelles (isotopes stables, géolocalisateurs)

    En ce moment, nous étudions si et comment les effectifs de la huppe sont influencés par les différentes conditions environnementales rencontrées hors zone de nidification, c’est-à-dire le long de ses voies migratoires et dans ses quartiers d’hiver (thèse de doctorat de Rien van Wijk). Ce projet est financé par le Fonds National Suisse.  

    Dans le cadre de ce projet, Thomas Reichlin a réalisé sa thèse de doctorat. D´autres aspects ont été étudiés dans des travaux de master menés aux Universités de Berne et de Zurich (Barbara Hildebrandt, Yves Bötsch, Valérie Coudrain, Laura Dafond, Samuel Ehrenbold, Stephanie Geiser, Aline Ioset, Fabio Leippert, Murielle Mermod, Patricia Portner, Michael Schaad, Baptiste Schmid, Matthias Tschumi, Nadja Weisshaupt, Silvia Zingg).

    Résultats

    Les deux espèces cherchent leur nourriture sur le sol et dépendent donc d´une végétation clairsemée. Par conséquent, la densification de la végétation liée à la fertilisation des prairies constitue l’un des facteurs importants de la diminution des huppes fasciées et des torcols fourmiliers.

    Les premiers résultats de l´évaluation des sites d´hivernage livrés par des géolocalisateurs indiquent que les huppes fasciées valaisannes hivernent dans le Sahel. Les zones d’hivernage de ces oiseaux offrent une très grande dispersion géographique, s’étendant du Niger jusqu’au Sénégal. En revanche, les torcols fourmiliers nicheurs en Valais hivernent au sud de l’Espagne et au nord du Maroc. Contrairement à nos attentes, ils s’avèrent être des migrateurs à courte distance.

    La démographie des deux espèces est étonnamment similaire. La population de huppes fasciées a enregistré une forte hausse, favorisée par l’immigration et le succès de nidification élevé. En revanche, les effectifs de torcols fourmiliers sont restés plutôt constants. Le succès de nidification des deux espèces dépend des conditions météorologiques, mais ce de façon plus marquée chez la huppe fasciée que chez le torcol fourmilier.

    Les territoires du torcol fourmilier se caractérisent par une proportion importante de sol dégagé, une densité élevée de fourmilières et la présence de cavités. Différents milieux peuvent remplir ces conditions : vignobles, vergers hautes-tiges, parcs et même vergers basses-tiges. Des nichoirs adaptés favorisent par ailleurs le succès de nidification.

    Responsable de projet

    Michael Schaub
    Lukas Jenni
    Raphael Arlettaz

    Partenaire

    Département de Conservation Biology de l´Université de Berne
    Keith Hobson, Environment Canada, Saskatoon, Canada
    Leonard Wassenaar, National Hydrology Research Center, Saskatoon, Canada

    Soutien financier

    Fonds National Suisse
    Fondation Ella & J. Paul Schnorf
    Fondation Janggen-Pöhn
    UniBern Forschungsstiftung
    Fondation Accentus

    Publications

    Reichlin T. S., K. A. Hobson, S. L. van Wilgenburg, M. Schaub, L. I. Wassenaar, M. Martín-Vivaldi, R. Arlettaz & L. Jenni (2013):
    Conservation through connectivity: can isotopic gradients in Africa reveal winter quarters of a migratory bird?
    Van Wijk, R. E., M. Schaub, D. Tolkmitt, D. Becker & S. Hahn (2013):
    Short-distance migration of Wrynecks Jynx torquilla from Central European populations.
    Schaub, M., T. S. Reichlin, F. Abadi, M. Kéry, L. Jenni & R. Arlettaz (2012):
    The demographic drivers of local population dynamics in two rare migratory birds.
    Tagmann-Ioset, A., M. Schaub, T. S. Reichlin, N. Weisshaupt & R. Arlettaz (2012):
    Bare ground as a crucial habitat feature for a rare terrestrially foraging farmland bird of Central Europe.
    Weisshaupt, N., R. Arlettaz, T. S. Reichlin, A. Tagmann-Ioset & M. Schaub (2011):
    Habitat selection by foraging Wrynecks Jynx torquilla during the breeding season: identifying the optimal habitat profile.
    Arlettaz, R., M. Schaad, T. S. Reichlin & M. Schaub (2010):
    Impact of weather and climate variation on Hoopoe reproductive ecology and population growth.
    Arlettaz, R., M. Schaub, J. Fournier, T. S. Reichlin, A. Sierro,J. E. M. Watson & V. Braunisch (2010):
    From Publications to Public Actions: When Conservation Biologists Bridge the Gap between Research and Implementation.
    Bächler, E., S. Hahn, M. Schaub, R. Arlettaz, L. Jenni, J. W. Fox, V. Afanasyev & F. Liechti (2010):
    Year-Round tracking of small Trans-Saharan migrants using light-level geolocators. Grafik
    Coudrain, V., R. Arlettaz & M. Schaub (2010):
    Food or nesting place? Identifying factors limiting Wryneck populations.
    Reichlin, T. S., K. A. Hobson, L. I. Wassenaar, M. Schaub, D. Tolkmitt, D. Becker, L. Jenni & R. Arlettaz (2010):
    Migratory connectivity in a declining bird species: using feather isotopes to inform demographic modelling.
    Schaub, M., N. Martinez, A. Tagmann-Ioset, N. Weisshaupt, M. L. Maurer, T. S. Reichlin, F. Abadi, N. Zbinden, L. Jenni & R. Arlettaz (2010):
    Patches of Bare Ground as a Staple Commodity for Declining Ground-Foraging Insectivorous Farmland Birds. Grafik
    Reichlin T. S., M. Schaub, M. H. M. Menz, M. Mermod, P. Portner, R. Arlettaz & L. Jenni (2009):
    Migration patterns of Hoopoe Upupa epops and Wryneck Jynx torquilla: an analysis of European ring recoveries.
    Mermod, M., T. S. Reichlin, R. Arlettaz & M. Schaub (2008):
    Wiedehopfpaar zieht Wendehalsnestlinge bis zum Ausfliegen auf. Grafik