Communiqués de presse
    retour
    Partager la page

    Dernière ligne droite de l’atlas des oiseaux nicheurs 2013–2016 (14.07.2016)

    Depuis 2013, les collaborateurs bénévoles de la Station ornithologique de Sempach sillonnent la Suisse et le Lichtenstein chaque printemps et été à la recherche d’oiseaux nicheurs. Ces travaux de terrain pour le nouvel atlas s’achèvent à la fin août. En quatre ans, plus de 3000 ornithologues ont découvert 215 espèces nicheuses en parcourant près de 400’000 km à pied. Un travail remarquable qui permettra d’obtenir une vue d’ensemble de la situation de la gent ailée, et indirectement, de ses habitats.

    La situation du tarier des prés est préoccupante. Le petit insectivore a déserté plus d’un tiers des prairies où il nichait encore lors du dernier atlas, effectué il y a vingt ans.
    La situation du tarier des prés est préoccupante. Le petit insectivore a déserté plus d’un tiers des prairies où il nichait encore lors du dernier atlas, effectué il y a vingt ans.
    photo © Marcel Burkhardt Image en qualité d‘impression
    Elue « oiseau atlas » par le public suisse, la huppe fasciée est la mascotte de l’atlas des oiseaux nicheurs 2013–2016.
    Elue « oiseau atlas » par le public suisse, la huppe fasciée est la mascotte de l’atlas des oiseaux nicheurs 2013–2016.
    photo © Marcel Burkhardt Image en qualité d‘impression
    L’utilisation gratuite n'est consentie que dans le cadre de ce communiqué de presse et avec la mention correcte de l’auteur.

    Sempach. – Le plus grand projet ornithologique de terrain jamais conduit en Suisse touche à sa fin. La dernière des quatre saisons du nouvel atlas des oiseaux nicheurs de Suisse et de la Principauté du Lichtenstein se termine dans quelques semaines. En sillonnant le pays pour déterminer quels oiseaux nichent où et en quels nombres, les bénévoles de la Station ornithologique de Sempach ont dénombré 215 espèces nicheuses entre 2013 et 2016. Un travail aussi productif qu’intensif : les ornithologues ont parcouru plus de 400’000 km à pied durant leurs prospections !

    La Station ornithologique utilisera ces précieuses données pour mettre en évidence l’état et l’évolution de l’avifaune indigène. Des informations nécessaires pour fixer les futures priorités en matière de conservation des oiseaux. « En permettant de comparer la situation des différentes espèces entre les années 1950, 1970, 1990 et aujourd’hui, ces données fraîches révéleront où et pour quelles espèces le soutien est le plus urgent. » précise Peter Knaus, coordinateur du projet atlas. Il ajoute : « une tendance à s’étendre vers le haut est observée chez certaines espèces dont la fauvette à tête noire. Elle est probablement une conséquence du réchauffement climatique. » D’autres tendances sont par contre préoccupantes. En plaine et en moyenne altitude, l’intensification agricole a mené à la raréfaction d’espèces des campagnes jadis fréquentes.

    Les changements enregistrés au niveau des effectifs et de la répartition des nicheurs reflètent les mutations au niveau du paysage, ce qui fait des oiseaux d’importants indicateurs de l’état de la biodiversité. Le nouvel atlas constituera donc aussi une base fondamentale pour la protection de la nature en Suisse.

     

    Atlas des oiseaux nicheurs 2013–2016
    Plus d’informations sur ce projet ornithologique de grande envergure de la Station ornithologique suisse de Sempach sur : www.vogelwarte.ch/atlas

    Pour en savoir plus

    Sophie Jaquier
    Tél. 041 462 97 98
    sophie.jaquier@vogelwarte.ch

    Peter Knaus
    Tél. 041 462 97 32
    peter.knaus@vogelwarte.ch