Communiqués de presse
    retour
    Partager la page

    Ne déplacez pas les oisillons à terre ! (19.04.2017)

    Phénomène naturel et fréquent, les jeunes oiseaux abandonnent le nid familial avant même de voler correctement. Une fois hors du nid, les parents savent encore les trouver pour les nourrir. La Station ornithologique de Sempach recommande donc de laisser les oisillons sur place.

    Ce jeune rougegorge familier n’est pas encore indépendant et même hors du nid, ses parents continuent à s’occuper de lui.
    Ce jeune rougegorge familier n’est pas encore indépendant et même hors du nid, ses parents continuent à s’occuper de lui.
    photo © Markus Varesvuo Image en qualité d‘impression
    Les canetons colverts sont « nidifuges » : peu après l’éclosion, ils suivent déjà leur mère à la rivière ou au plan d’eau le plus proche. Ces canetons ont perdu leur mère en chemin et sont maintenant élevés au « jardin d’enfants » de la Station ornithologique à Sempach.
    Les canetons colverts sont « nidifuges » : peu après l’éclosion, ils suivent déjà leur mère à la rivière ou au plan d’eau le plus proche. Ces canetons ont perdu leur mère en chemin et sont maintenant élevés au « jardin d’enfants » de la Station ornithologique à Sempach.
    photo © Marcel Burkhardt Image en qualité d‘impression
    L’utilisation gratuite n'est consentie que dans le cadre de ce communiqué de presse et avec la mention correcte de l’auteur.

    Sempach. – A cette période de l’année, c’est l’effervescence au centre de soins de la Station ornithologique. Chaque jour, de nombreux oisillons apparemment abandonnés y sont amenés. En 2016, près de 500 orphelins ailés y ont été élevés, c’est-à-dire près de la moitié des patients du centre de soins. Dans la plupart des cas, cette aide bien intentionnée n’est pourtant pas nécessaire et au contraire, ne fait que séparer les jeunes oiseaux en bonne santé de leurs parents.

    Abandonnés seulement en apparence

    Un oisillon qui a l’air abandonné et livré à lui-même ne l’est souvent qu’en apparence. Même hors du nid, les parents continuent à s’occuper de leurs petits et à les nourrir. C’est pourquoi nous conseillons de tout simplement laisser les jeunes oiseaux là où ils sont ! « Nous pouvons certes élever les oisillons mais nous ne pouvons pas leur transmettre tout ce qu’ils apprendraient de leurs parents » assure Vreni Mattmann, du centre de soins de la Station ornithologique suisse, en ajoutant « Et en captivité, leurs chances de survie sont tout de même diminuées ».

    Quand faut-il intervenir ?

    En principe, la Station ornithologique recommande de laisser les jeunes oiseaux sur place. Il ne faut intervenir que lorsqu’un oisillon se trouve face à un danger imminent : si un jeune merle p. ex. est posé sur la chaussée, on pourra le transporter, même à mains nues, dans le buisson le plus proche. Les parents continueront à le nourrir.

    Lorsqu’un oisillon est blessé, ou si ses parents ne se sont pas occupés de lui pendant au moins une heure, il vaut alors mieux l’amener au centre de soins le plus proche. La Station ornithologique communique volontiers les adresses utiles.

    Que faire ?
    Les oiseaux blessés ou malades et les oisillons de toute évidence abandonnés doivent être pris en charge par des spécialistes ! La Station ornithologique suisse a son propre centre de soins, joignable au 041 462 97 00 et accessible sans préavis les Lu-Ve de 8h à 12h et de 13h30 à 17h. Un service d’urgence est organisé le week-end et les jours fériés.

    Des canetons sur le balcon
    Les canards colverts font normalement leur nid au sol mais en agglomération, les canes jettent parfois leur dévolu sur un balcon ou un toit plat. Les œufs y sont à l’abri des chats et des renards, mais le chemin vers le plan d’eau le plus proche est souvent semé d'embûches et selon les circonstances, nécessite l'intervention humaine. La meilleure façon de procéder est expliquée sur notre site internet.

    Pour en savoir plus

    Sophie Jaquier
    Station ornithologique suisse
    6204 Sempach
    Tél. 041 462 97 98
    sophie.jaquier@vogelwarte.ch