Publications

    

    Pradervand J.-N. (2022)

    Stratégie de conservation de l’Engoulevent d’Europe en Valais – 2022.

    Further information

    Station ornithologique suisse, Antenne valaisanne, Sion.

    Contact

    jean-nicolas.pradervand@vogelwarte.ch

    Résumé

    L’Engoulevent d’Europe est une espèce discrète, dont les mœurs restent peu connues. Il a fortement régressé en Suisse, y compris dans ses derniers bastions valaisans et tessinois. Malgré de nombreuses mesures forestières en sa faveur, les nouveaux sites créés restent peu utilisés. Une récente campagne de terrain a permis de suivre la plupart des individus connus en Valais via GPS. Il en résulte une connaissance fine des sites utilisés pendant la période de nidification. Jusqu’alors connus pour utiliser essentiellement les forêts semi-ouvertes, on sait désormais que les Engoulevents chassent régulièrement sur des prairies ou sur le vignoble, parcourant en moyenne 1,3 km (! 0,7 km) pour rallier leurs sites de nourrissage.
    Des recherches ciblées sur ces habitats montrent que les sites de nidification doivent comporter une part importante de sol nu, sans végétation herbacée, ainsi qu’une couverture dense (entre 30% et 55%) en buissons rampants (type Juniperus). Idéalement, la couverture en arbres (> 6 m) doit être réduite et la présence de bois mort au sol, servant de perchoirs ou de camouflage, doit être conséquente. Les sites de nourrissage sont assez variables, mais doivent être diversifiés en termes d’habitat. Les Engoulevents utilisent des prairies extensives à semi-intensives (Mesobromion – Arrhenatherion) pour chasser, avec la présence de haies et de perchoirs. Lorsqu’il est utilisé pour chasser, le vignoble doit comporter des structures diversifiées, comme des haies, des arbres isolés, ainsi qu’un enherbement conséquent.
    Les mesures de conservation dans les sites de nidification doivent se concentrer dans des zones à proximité de sites de chasse potentiels. Les sites doivent arborer des surfaces semi-ouvertes avec peu de végétation herbacée. On limitera la densité de buissons rampants et de végétation au sol. Si les mesures forestières ne peuvent pas se faire dans des zones où la repousse sera lente (zones rocailleuses avec peu de sol), un suivi avec une pâture régulière, afin d’éviter la repousse, devra être envisagé. Dans les sites de chasse, on veillera à promouvoir les structures en tout genre, de type haies, bandes herbeuses, spécifiquement à proximité de prairies extensives ou de vignes enherbées.