Évolution

      Activités de loisirs

      La pratique du stand-up paddle, ici en janvier 2017 dans la réserve internationale d’oiseaux d’eau et de migrateurs du bassin d’Ermatingen TG/D, peut effaroucher des milliers d’oiseaux. © Stephan Trösch

      La nature subit une pression grandissante de la part des activités récréatives. Les loisirs y ont considérablement gagné en popularité et l’infrastructure touristique ne cesse de s’y étendre. Les refuges recherchés par les animaux sensibles aux dérangements se raréfient, un phénomène encore accentué par la promotion économique d’une nature réputée intacte.

      Les loisirs pratiqués en plein air ont un effet relaxant et des influences positives sur la santé humaine. Jouissant d’une popularité croissante dans le monde entier, où ils deviennent un secteur économique important, ils sont aussi très appréciés en Suisse. Plus des deux tiers de la population, par exemple, effectuent régulièrement des randonnées ou des pique-niques dans la nature. Ils bénéficient ainsi d’un réseau de 65 000 km de sentiers, dont 1500 traversent des paysages marécageux et 500 des zones alluviales.

      Des activités en plein essor

      La popularité des sports en plein air ne cesse de croître : la part des personnes invoquant la randonnée comme un de leurs sports favoris a progressé d’environ un tiers entre 2000 et 2014. Le nombre d’adeptes des randonnées hivernales en raquettes a quant à lui pratiquement doublé entre 2008 et 2014.

      Bon nombre de régions étant tributaires des recettes du tourisme, l’infrastructure liée à cette économie ne cesse de s’étendre. À titre d’exemple marquant, environ 345 millions de francs ont été investis entre 2007 et 2013 dans le projet Andermatt Swiss Alps. Par ailleurs, la surface dotée de canons à neige, quasi nulle au début des années 1990, concerne aujourd’hui la moitié des 225 km2 de pistes de ski en Suisse. La mobilité affiche également un développement marqué, tant sur les domaines skiables (doublement de la capacité de transport des remontées mécaniques depuis 1990) qu’au-dehors, puisque le trafic motorisé privé représente aujourd’hui près de 100 milliards de kilomètres par an en Suisse. Parallèlement, 57 % de la distance totale parcourue en 2015 appartenait aux catégories « loisirs et achats », la majeure partie de cette distance étant couverte en voiture.

      Évolution du trafic motorisé (1970-2016). Depuis 1970, le trafic motorisé privé et public a plus que doublé. En 2016, 132,6 milliards de kilomètres ont été parcourus au total, dont les trois quarts reviennent au trafic privé (voitures, motos), près de cinq fois supérieur au trafic ferroviaire. La mobilité douce (à pied et à vélo) a représenté 8,0 milliards de kilomètres et les transports publics routiers (trams et bus) 4,5 milliards.

      © Office fédéral de la statistique (2017b).

      Évolution de la capacité de transport des remontées mécaniques en Suisse (1990-2016), qui ne cesse de s’accroître en dépit de la stabilité du nombre de remontées depuis une quinzaine d’années. Les remontées deviennent donc plus performantes, par augmentation de la capacité de charge et de la vitesse de transport.

      © Remontées Mécaniques Suisses (2017).

      Évolution de la part du domaine skiable équipé de canons à neige en Suisse (1990-2016 ; aucune indication en 2012). Cette part se situe actuellement à 49 %. L’enneigement artificiel est nettement plus répandu en Autriche et en Italie, mais il l’est beaucoup moins en France et en Allemagne.

      © Remontées Mécaniques Suisses (2017).

      Toute l’année et partout

      Si les activités touristiques de montagne se sont longtemps principalement concentrées sur la saison d’hiver, on observe aujourd’hui une tendance à l’exploitation touristique « quatre saisons », destinée notamment à compenser le recul des recettes provenant de l’activité hivernale; ainsi par exemple les multiples offres pour VTT (notamment les parcs de « downhill ») développées par les remontées mécaniques, ou encore quantité d’activités de plein air proposées à l’année sur des sites comme Tripadvisor.

      Plusieurs d’entre elles, en expansion ces dernières années, présentent un fort potentiel de dérangement à l’égard de la faune. Ainsi le stand-up paddle, qui n’a fait son apparition qu’au XXIe siècle sur les plans d’eau d’Europe continentale, peut aujourd’hui se pratiquer toute l’année, par exemple sur le lac de Constance, au moyen d’un équipement de qualité accessible à bas prix. Autre nouvelle activité sportive particulièrement préjudiciable aux oiseaux aquatiques : le kitesurf. La distance de fuite des oiseaux par rapport aux kitesurfeurs peut atteindre plusieurs centaines de mètres.

      Les ornithologues et les photographes, pour qui la nature est un élément essentiel de leur temps libre, pratiquent en général leur hobby avec égard vis-à-vis d’elle et s’efforcent de ne causer aucun dérangement inutile. Néanmoins, ces personnes évoluent aussi volontiers dans des milieux « sauvages », habituellement non perturbés, ce qui restreint encore davantage l’habitat des espèces sensibles aux dérangements. Outre les passionnés de nature, les sportifs se sont également appropriés des sites et des milieux jusque-là peu fréquentés, comme les parois rocheuses servant au base-jumping et à l’escalade. Le « geocaching », sorte de chasse au trésor pilotée via des applications sur Smartphone, propose en Suisse quelque 32 000 géocaches dissimulées dans tous les lieux possibles et imaginables, souvent bien à l’écart des sentiers pédestres.

      Même les zones dépourvues de remontées mécaniques sont très fréquentées par les skieurs hors-piste en hiver, comme ici à Tiefenbach/Realp UR.

      © Fränzi Korner-Nievergelt

      Quelle évolution à l’avenir ?

      Même si des zones de tranquillité permettent de ménager la faune, en particulier en hiver, grâce à une signalisation généralement efficace et que le flot de visiteurs est assez bien géré dans les réserves naturelles, la vulnérabilité de la nature vis-à-vis des dérangements liés aux loisirs reste peu abordée au sein du grand public. En milieu urbain et dans les zones de loisirs avoisinantes, il est souvent impossible d’interdire l’accès à certains espaces naturels aux promeneurs, aux chiens et aux baigneurs. Enfin, les parcs naturels créés ces dernières années se sont certes fixé comme objectif la protection de la nature et du paysage, mais aussi et surtout la promotion d’une région et la venue d’un nombre croissant de visiteurs, d’où in fine d’inévitables dérangements dus aux activités de loisirs.

      Les zones de tranquillité ont fait leurs preuves en tant qu’instrument pratique et juridique de canalisation des activités récréatives, en garantissant la protection de la faune sauvage contre les dérangements.

      © Jochen Ihle

      Les randonnées à ski et en raquettes sont de plus en plus populaires, mais le potentiel de dérangement s’accroît pour les Tétraonidés et d’autres animaux sauvages.

      © Yves Bötsch

      Texte: Nicolas Strebel

      Bibliographie

      Balmford, A., J. Beresford, J. Green, R. Naidoo, M. Walpole & A. Manica (2009): A global perspective on trends in nature-based tourism. PLoS Biol. 7: e1000144.

      Bundesamt für Statistik (2017): Leistungen im Personenverkehr. URL https://www.bfs.admin.ch/bfs/de/home/statistiken/mobilitaet-verkehr/personenverkehr/leistungen.html, 4.4.2018.

      Bundesamt für Statistik & Bundesamt für Raumentwicklung (2017): Bevölkerung verbringt täglich eineinhalb Stunden im Verkehr. Mikrozensus Mobilität und Verkehr 2015. Medienmitteilung Nr. 2017-0076-D. Bundesamt für Statistik BFS, Neuchâtel, und Bundesamt für Raumentwicklung ARE, Bern.

      Federal Statistical Office (2017): Passenger transport performance. URL https://www.bfs.admin.ch/bfs/en/home/statistics/mobility-transport/passenger-transport/performance.html, 4.4.2018.

      Fischer, A., M. Lamprecht & H. Stamm (2015): Wandern in der Schweiz 2014. Sekundäranalyse von «Sport Schweiz 2014» und Befragung von Wandernden in verschiedenen Wandergebieten. Materialien Langsamverkehr Nr. 131. Bundesamt für Strassen ASTRA und Schweizer Wanderwege, Bern.

      Geocache.ch (2018): Geocaching. Die Seiten für den Schatzsucher. URL http://www.geocache.ch, 14.2.2018.

      Jacoby, H. (2017): 25. Bericht über die Durchführung des Überwachungsprogramms im Wasservogelreservat von internationaler Bedeutung Ermatinger Becken in der Saison 2016/2017. Ornithologische Arbeitsgemeinschaft Bodensee, Konstanz.

      Krüger, T. (2016): On the effects of kitesurfing on waterbirds – a review. Informationsdienst Naturschutz Niedersachsen 1/2016. Niedersächsischer Landesbetrieb für Wasserwirtschaft, Küsten- und Naturschutz, Hannover.

      Martinez-Juarez, P., A. Chiabai, T. Taylor & S. Quiroga Gómez (2015): The impact of ecosystems on human health and well-being: A critical review. J.Outdoor Recreat.Tour. 10: 63–69.

      Moeschler, O. & A. Herzig (2016a): Das Kultur- und Freizeitverhalten in der Schweiz. Erste Ergebnisse der Erhebung 2014. Statistik der Schweiz, Fachbereich 16, Kultur, Medien, Informationsgesellschaft, Sport 1615-1401-03. Bundesamt für Statistik (BFS), Neuchâtel.

      Moeschler, O. & A. Herzig (2016b): Le attività culturali e del tempo libero in Svizzera. Primi risultati dell’indagine 2014. Statistica della Svizzera, settore 16, Cultura, media, società dell’informazione, sport 1617-1401-03. Ufficio federale di statistica (UST), Neuchâtel.

      Moeschler, O. & A. Herzig (2016c): Pratiques culturelles et de loisirs en Suisse. Premiers résultats de l’enquête 2014. Statistique de la Suisse, domaine 16, Culture, médias, société de l’information, sport 1616-1401-03. Office fédéral de la statistique (OFS), Neuchâtel.

      Netzwerk Schweizer Pärke (2018): Entdecken Sie die Einzigartigkeit der Schweizer Pärke. URL https://www.parks.swiss/de/, 14.2.2018.

      Office fédéral de la statistique (2017): Prestations du transport de personnes. URL https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/mobilite-transports/transport-personnes/prestations.html, 4.4.2018.

      Office fédéral de la statistique & Office fédéral du développement territorial (2017): Les Suisses se déplacent chaque jour pendant une heure et demie. Microrecensement mobilité et transports 2015. Communiqué de presse N° 2017-0076-F. Office fédéral de la statistique OFS, Neuchâtel, et Office fédéral du développement territorial ARE, Berne.

      Remontées Mécaniques Suisses (2017): Faits et chiffres de la branche des remontées mécaniques suisses. Édition 2017. Remontées Mécaniques Suisses, Berne.

      Réseau des parcs suisses (2018): Découvrez les particularités des parcs suisses. URL https://www.parks.swiss/fr/, 14.2.2018.

      Rete dei parchi svizzeri (2018): Scopri le ricchezze dei parchi svizzeri. URL https://www.parks.swiss/it/, 14.2.2018.

      Schweizer Wanderwege (2014): Schweizer Wanderwegnetz: Kenngrössen. URL https://www.wandern.ch/download.php?id=2956_89f87ecf, 9.2.2018.

      Seilbahnen Schweiz (2017): Fakten und Zahlen zur Schweizer Seilbahnbranche. Ausgabe 2017. Seilbahnen Schweiz, Bern.

      St. Galler Tagblatt (2013): Sawiris verkauft mehr in Andermatt. St. Galler Tagblatt, 16.4.2013. URL http://www.tagblatt.ch/nachrichten/wirtschaft/Sawiris-verkauft-mehr-in-Andermatt;art253651,3371004, 14.2.2018.

      Stand Up Magazin (2011): Robby Naish Interview. URL http://standupmagazin.com/2011/06/robby-naish-interview/, 4.4.2018.

      Ufficio federale di statistica (2017): Prestazioni del trasporto persone. URL https://www.bfs.admin.ch/bfs/it/home/statistiche/mobilita-trasporti/trasporto-persone/prestazioni.html, 4.4.2018.

      Ufficio federale di statistica & Ufficio federale dello sviluppo territoriale (2017): La popolazione impiega ogni giorno un'ora e mezza per gli spostamenti. Microcensimento mobilità e trasporti 2015. Communicato stampa N. 2017-0076-I. Ufficio federale di statistica UTS, Neuchâtel, e Ufficio federale dello sviluppo territoriale ARE, Berna.

      Wildtier Schweiz (2014a): Wildruhezonen. URL http://www.wildruhezonen.ch, 14.2.2018.

      Wildtier Schweiz (2014b): Zone di tranquillità. URL http://www.zone-di-tranquillita.ch/, 14.2.2018.

      Wildtier Schweiz (2014c): Zones de tranquillité. URL http://www.zones-de-tranquillite.ch/, 14.2.2018.