Focus

      Des messagers orientaux

      bild

      Fauvette épervière © Marcel Burkhardt

      En un siècle, l’avifaune nicheuse de Suisse s’est enrichie d’apports divers, notamment orientaux. Hormis les deux notables exceptions incarnées par la Grive litorne et la Tourterelle turque, les nouveaux arrivants demeurent des hôtes globalement rares, aux effectifs en général inconstants.

      Au sein du Paléarctique occidental, les pays d’Europe centrale se situent à un espace de transitions. Celui-ci est d’une part climatique, glissant des influences de type océanique (Europe de l’Ouest) vers celles de type continental (Europe orientale) ; il est d’autre part biogéographique, faisant côtoyer des espèces d’origine occidentale ou africaine à d’autres issues de foyers plus orientaux. Placés en bordure ouest de cette interface, la Suisse est encore susceptible d’être touchée par des vagues expansives de certaines espèces venues de l’est. Dix sont apparues ces 100 dernières années ; si deux (Tourterelle turque et Grive litorne) se sont largement répandues, la plupart (Pic à dos blanc, Rémiz penduline, Locustelle fluviatile, Pouillot verdâtre, Fauvette épervière, Gobemouche nain, Bergeronnette citrine, Roselin cramoisi) demeurent rares et fluctuantes.

      Après la Grive litorne en 1923 et la Tourterelle turque vers 1950 déjà, les premiers messagers orientaux à s’être reproduits en Suisse sont la Fauvette épervière et la Rémiz penduline, tous deux en 1952. Depuis lors, la Rémiz penduline a niché 32 fois jusqu’en 2014, mais seulement à deux reprises au XXIe siècle. La Fauvette épervière a connu son âge d’or des années 1960 aux années 1970 (15-20 couples), ainsi qu’au début des années 1990, tandis que seuls de rares couples se cantonnaient encore en 2013-2016.

      Les premiers Roselins cramoisis chanteurs ont été entendus en 1979, précédant une tentative de reproduction en 1983. Après une poussée dans les années 1990, cette espèce connaît une nouvelle progression depuis 2010, qui ne dépasse cependant pas encore l’arc alpin.

      Évolution du nombre de territoires de Fauvette épervière, Rémiz penduline et Roselin cramoisi en Suisse de 1980 à 2016. Au-delà des fluctuations, la tendance est à la baisse chez la Fauvette épervière.

      Le Pic à dos blanc est apparu en 1981 au Liechtenstein et en 1996 en Suisse, où il se reproduit respectivement au moins depuis 1996 et 1999. Il paraît désormais bien établi dans le Prättigau GR et la vallée du Rhin, tout en progressant peu à peu vers l’ouest.

      Bergeronnette citrine et Gobemouche nain, dont seules deux nidifications ont été prouvées sur territoire helvétique, respectivement en 1997 et 2012 et en 2003 et 2006, ainsi que Locustelle fluviatile, qui n’a niché qu’en 2011 en territoire limitrophe, font de timides apparitions dans nos frontières ou à portée directe. Malgré l’absence de recul, l’élan de colonisateur paraît bien différent pour le dernier arrivant, le Pouillot verdâtre, dont on a enregistré quatre cantonnements et au moins une nidification, de 2014 à 2017, ce qui laisse augurer de développements dans un avenir proche.

      Les causes de ces mouvements de colonisation et de recul demeurent mystérieuses et imprévisibles, mais s’inscrivent probablement dans la dynamique stochastique que connaissent les populations en marge de leur aire de reproduction.

      Texte: Bertrand Posse


      Citation recommandée de l’Atlas en ligne:
      Knaus, P., S. Antoniazza, S. Wechsler, J. Guélat, M. Kéry, N. Strebel & T. Sattler (2018): Atlas des oiseaux nicheurs de Suisse 2013-2016. Distribution et évolution des effectifs des oiseaux en Suisse et au Liechtenstein. Station ornithologique suisse, Sempach.

      Bibliographie

      Bühler, U. (2001): Brutvorkommen des Weissrückenspechts Dendrocopos leucotos in Nordbünden. Ornithol. Beob. 98: 1–11.

      Glutz von Blotzheim, U. N. (1962): Die Brutvögel der Schweiz. Verlag Aargauer Tagblatt, Aarau.

      Glutz von Blotzheim, U. N. (1997): Erste Brut der Zitronenstelze Motacilla citreola in der Schweiz und aktueller Stand der Arealexpansion. Ornithol. Beob. 94: 347–352.

      Marques, D. A., M. Thoma & P. Knaus (2013a): Seltene Vogelarten und ungewöhnliche Vogelbeobachtungen in der Schweiz im Jahre 2012. 22. Bericht der Schweizerischen Avifaunistischen Kommission. Ornithol. Beob. 110: 385–418.

      Marques, D. A., M. Thoma, P. Knaus & L. Vallotton (2013b): Oiseaux rares et observations inhabituelles en Suisse en 2012. 22e rapport de la Commission de l'avifaune suisse. Nos Oiseaux 60: 215–236.

      Maumary, L. & F. Schneider (2018): Première preuve de nidification du Pouillot verdâtre Phylloscopus trochiloides en Suisse. Nos Oiseaux 65: 35-52.

      Maumary, L., L. Vallotton & P. Knaus (2007): Die Vögel der Schweiz. Schweizerische Vogelwarte, Sempach, und Nos Oiseaux, Montmollin

      Maumary, L., L. Vallotton & P. Knaus (2007): Les oiseaux de Suisse. Station ornithologique suisse, Sempach, et Nos Oiseaux, Montmollin.

      Schifferli, A., P. Géroudet & R. Winkler (1980): Verbreitungsatlas der Brutvögel der Schweiz/Atlas des oiseaux nicheurs de Suisse. Schweizerische Vogelwarte/Station ornithologique suisse, Sempach.

      Trösch, S., M. Hemprich, H. Jacoby, P. Knaus, G. Knötzsch, U. Maier, J. Ulmer & S. Werner (2011): Ornithologischer Rundbrief für das Bodenseegebiet Nr. 202. Bericht über die Brutzeit und den Sommer 2011. Ornithologische Arbeitsgemeinschaft Bodensee, Konstanz.

       

      Espèces concernées
      Thèmes
      Répartition des oiseaux (biogéographie)
      nouvelles espèces apparues
      Atlas bestellen