Focus

      L’avifaune nicheuse en constante mutation

      bild

      Pie-grièche à poitrine rose © Marcel Burkhardt

      Mutations paysagères profondes et amélioration de la protection des espèces font aussi sentir leurs effets sur l’avifaune : les zones humides et leurs habitants ont reculé en masse, les hôtes des espaces agricoles ont subi d’importants remaniements et des espèces jadis pourchassées sont réapparues ou se sont répandues.

      Ces 200 dernières années, le paysage de la Suisse s’est métamorphosé à une vitesse sans précédent. Plus de 90 % des zones humides ont disparu de 1850 à 2010, tandis que les paysages cultivés ont été modifiés par les remaniements parcellaires, la fertilisation et la mécanisation. La croissance démographique et le développement des infrastructures ont en outre transformé des régions rurales en agglomérations et les apports de nutriments ont entraîné la fertilisation des sols maigres et l’eutrophisation des eaux. En revanche, la loi sur la chasse a soustrait nombre d’espèces à une persécution séculaire.

      Espèces disparues ou nouvellement établies en Suisse entre 1900 et 2010. Les décennies se réfèrent soit à la première, soit à la dernière nidification. Sont qualifiés de nouvellement établis les nicheurs actuellement réguliers qui ne se reproduisaient assurément pas en Suisse en 1900, et de disparus ceux autrefois réguliers, dont la reproduction a cessé entre 1900 et 2010. Le Gypaète barbu a été réintroduit. Les espèces introduites n’ont pas été prises en compte.

      Ces mutations drastiques ont fortement imprégné l’évolution de notre avifaune : entre 1900 et 2010, 32 espèces (dont 4 échappées de captivité) se sont établies comme nicheuses dans notre pays et 8 en ont disparu. On doit d’un côté ce bilan positif à des nouveaux venus, comme le Corbeau freux ou le Grand Cormoran qui, en tant que coloniaux, sont particulièrement sujets aux persécutions et ont donc directement tiré profit d’un cadre protecteur international amélioré, d’un autre côté à des espèces qui, en dépit de leur important recul, ont pu se maintenir par endroits, en partie grâce à des mesures de conservation (p. ex. Chevêche d’Athéna). Ce bilan, qui n’est autre qu’un nombre d’espèces, ne reflète donc que partiellement les principales évolutions de notre avifaune. Certains nicheurs des milieux humides, en particulier, ont subi de sévères pertes : si Courlis cendré ou Chevalier gambette se sont éclipsés, Coucou gris, Marouette ponctuée ou Chevalier guignette ont énormément pâti de la réduction drastique de leurs habitats. En outre, des représentants typiques et autrefois très répandus des espaces cultivés, comme la Pie-grièche à tête rousse, le Rougequeue à front blanc ou le Pipit des arbres, ont considérablement régressé, voire disparu, par manque de conditions actuelles favorables à leur reproduction. Ajoutons encore la diminution des insectes, qui les prive de leur base alimentaire.

      En revanche, certaines espèces, en général grandes et capables de parcourir de plus longues distances entre leurs sites de reproduction et la zone agricole où elles se nourrissent, ont le vent en poupe ces 30 dernières années, comme le Milan royal ou la Corneille noire. À relever cependant que le succès des Corvidés et des rapaces diurnes accroît à son tour la pression de prédation sur les nicheurs au sol.

      L’homme façonnant son environnement à grande échelle et à un rythme hors pair, la composition de l’avifaune a réagi de manière particulièrement dynamique au cours du siècle dernier. Leur souplesse a globalement permis aux oiseaux de s’accommoder de ces nouvelles conditions, mais les plus exigeants d’entre eux n’ont que rarement pu y faire face et ont ainsi disparu des rangs des nicheurs.

      Texte: Nicolas Strebel


      Citation recommandée de l’Atlas en ligne:
      Knaus, P., S. Antoniazza, S. Wechsler, J. Guélat, M. Kéry, N. Strebel & T. Sattler (2018): Atlas des oiseaux nicheurs de Suisse 2013-2016. Distribution et évolution des effectifs des oiseaux en Suisse et au Liechtenstein. Station ornithologique suisse, Sempach.

      Bibliographie

      Hallmann, C. A., R. P. B. Foppen, C. van Turnhout, H. de Kroon & E. Jongejans (2014): Declines in insectivorous birds are associated with high neonicotinoid concentrations. Nature 511: 341–343.

      Hallmann, C. A., M. Sorg, E. Jongejans, H. Siepel, N. Hofland, H. Schwan, W. Stenmans, A. Müller, H. Sumser, T. Hörren, D. Goulson & H. de Kroon (2017): More than 75 percent decline over 27 years in total flying insect biomass in protected areas. PLoS One 12: e0185809.

      Stuber, M. & M. Bürgi (2018): Vom «eroberten Land» zum Renaturierungsprojekt. Geschichte der Feuchtgebiete in der Schweiz seit 1700. Bristol-Schriftenreihe. Bristol-Stiftung, Zürich, und Haupt, Bern.

      Thèmes
      Gestion et utilisation du sol
      Protection des oiseaux & conservation des espèces
      espèces en recul
      nouvelles espèces apparues
      espèces disparues
      espèces en hausse
      Atlas bestellen