Focus

      Les migrateurs au long cours tombent de haut

      bild

      Rougequeue à front blanc © Beat Rüegger

      Les migrateurs au long cours sont dans l'ensemble sur le déclin, contrairement à ceux à courte distance et aux oiseaux sédentaires, plutôt en augmentation. Cette évolution n’est pas une spécificité suisse : plus spécialisés, les grands migrateurs sont d'autant plus sensibles, et donc vulnérables, aux transformations d’habitats dans leurs quartiers d’été et d’hiver.

      Le comportement migratoire de nos oiseaux nicheurs les scinde en deux groupes. D’abord les voyageurs à courte distance et les sédentaires, qui hivernent dans leur aire de reproduction ou gagnent le bassin méditerranéen. En font partie de nombreux migrateurs dits partiels, c’est-à-dire dont une partie seulement de la population se déplace, tandis que l’autre passe l’hiver sur place : c’est le cas du Rougegorge familier. Ensuite les migrateurs qui hivernent en majorité au sud du Sahara, rares étant ceux qui, comme le Roselin cramoisi, migrent vers l’Asie (surtout en Inde).

      La tendance des effectifs de migrateurs au long cours est globalement négative depuis 1990 en Suisse, alors que celle des sédentaires et des migrateurs à courte distance est à la hausse : ce constat vaut pour d’autres pays européens, où en particulier les migrateurs au long cours qui hivernent et nichent dans des habitats ouverts connaissent des reculs durables.

      Évolution de la distribution des oiseaux sédentaires et migrateurs à courte distance (85 espèces, en haut), et des voyageurs au long cours (30 espèces, en bas) depuis 1993-1996. Ces cartes résultent de la combinaison de celles des espèces concernées. Quoiqu’un peu hétérogène pour les sédentaires et migrateurs à courte distance, l’image globale est plutôt positive ; elle est en revanche presque partout négative à basse et moyenne altitude pour les grands migrateurs.

      Grande vulnérabilité des migrateurs au long cours

      Les difficultés des migrateurs au long cours se sont accentuées dès 1960 environ, lorsque s’est dessinée une première vague de déclin jusqu’en 1970, voire jusqu’au début 1980, touchant les hivernants du Sahel soumis aux sécheresses de l’époque. Une deuxième phase a débuté dans les années 1980, qui concernait les oiseaux passant l’hiver sous les tropiques et dans la forêt guinéenne de l’Ouest africain, comme les Pouillots fitis et siffleur. De nos jours cependant, les reculs affectent aussi et surtout les espèces séjournant dans les milieux ouverts et secs d’Afrique.

      Plutôt spécialisés, les migrateurs au long cours ne fréquentent que brièvement leur site de reproduction, pour y occuper des habitats et y rechercher une nourriture disponibles seulement à la belle saison (en général les insectes de la végétation dense ou de milieux ouverts). À l’inverse, les sédentaires et voyageurs à courte distance sont plutôt des généralistes (p. ex. Corvidés, fringilles ou moineaux), qui s’accommodent d’une alimentation et d’habitats variant au gré des saisons. Ajoutons que les migrateurs au long cours fréquentent des environnements très divers, par exemple 4-5 mois leur site de reproduction, deux leurs voies de passage printanière et automnale, et 5-6 leurs quartiers d’hiver, où, au cours d’une même saison, certaines espèces visitent des régions très éloignées d’Afrique, tandis que d’autres demeurent au même endroit et y reviennent les années suivantes. Les migrateurs au long cours sont donc vulnérables à plus d’un titre, puisqu’une transformation de l’un des milieux qu’ils fréquentent peut rapidement les mettre en porte-à-faux . Leur calendrier très serré leur impose de rejoindre certaines régions à une période donnée; de plus, la migration les expose à une mortalité élevée.

      Swiss Bird Index SBI® des sédentaires et migrateurs à courte distance (vert), et des migrateurs au long cours (bleu). Si les premiers, à quelques exceptions près, se sont bien maintenus, les seconds ont régressé dans leur ensemble.

      Impact décisif des transformations sur les sites de reproduction

      Plus que les migrateurs à courte distance et les sédentaires, les voyageurs au long cours comptent proportionnellement davantage d’espèces des milieux ouverts, terres agricoles et zones humides, qui ont subi des transformations considérables, autant dans les quartiers d’été que d’hiver : lier les raisons du déclin uniquement aux uns ou aux autres se révèle donc impossible.

      Ces espaces ouverts se sont toutefois particulièrement dégradés dans les quartiers de reproduction, où la forte intensification agricole a précipité le déclin des oiseaux. De leur côté, les zones humides ont plutôt régressé et souffrent souvent d’assèchement, conduisant à des disparitions locales d’espèces. Leur régression essentiellement aux basses altitudes de Suisse, en des lieux fortement imprégnés par les activités humaines, apporte cependant un sérieux indice sur l’origine avant tout « locale » ces déclins.

      Distribution altitudinale du nombre moyen d'espèces migratrices au long cours par carré kilométrique, en 1993-1996 (bleu clair) et en 2013-2016 (bleu foncé). La richesse spécifique a diminué au-dessous de 1500 m, mais est demeurée stable au-delà, suggérant que de nombreuses causes de déclin sont à rechercher au sein de l’aire de reproduction.

      Impact également négatif des transformations dans les quartiers d’hiver et sites d’escale

      Le manque de sites d’escale peut mettre les migrateurs en grande difficulté, notamment en bordure du Sahara (en Afrique du Nord pour la migration d’automne, au Sahel pour la printanière), où ils sont essentiels à la reconstitution de leurs réserves de graisse.

      La région du Sahel a subi des sécheresses marquées dans les années 1970, qui ont provoqué de sévères chutes d’effectifs reproducteurs, parmi diverses espèces hivernant dans cette région (p. ex. Rougequeue à front blanc, Gobemouche noir, Hirondelle de rivage et Fauvette grisette). Il pleut à nouveau davantage au Sahel depuis les années 1990, mais toutefois moins qu’autrefois. En outre, la région est affectée par le déboisement. Le sud de l’Afrique subit aussi d’importantes mutations paysagères provoquées par la déforestation, l’éclaircissement de la savane et l’exploitation croissante de l’eau. À ces facteurs négatifs s’ajoutent aussi la chasse dans le bassin méditerranéen et en Afrique du Nord ainsi que le réchauffement climatique, qui engendre très vraisemblablement des sécheresses et des précipitations irrégulières sur les voies de passage et en Afrique.

      Les migrateurs au long cours ont fait preuve d’adaptations étonnantes et sont capables de performances de vol exceptionnelles. Hirondelle rustique, Rossignol philomèle et Loriot d’Europe parviennent à exploiter chez nous le pic d’insectes en été et à passer le reste du temps dans des contrées situées à des milliers de kilomètres. Il nous faut tout mettre en œuvre afin de leur offrir des conditions de vie optimales dans notre pays.

      Texte: Lukas Jenni & Hans Schmid


      Citation recommandée de l’Atlas en ligne:
      Knaus, P., S. Antoniazza, S. Wechsler, J. Guélat, M. Kéry, N. Strebel & T. Sattler (2018): Atlas des oiseaux nicheurs de Suisse 2013-2016. Distribution et évolution des effectifs des oiseaux en Suisse et au Liechtenstein. Station ornithologique suisse, Sempach.

      Bibliographie

      BAFU & BLW (2008): Umweltziele Landwirtschaft. Hergeleitet aus bestehenden rechtlichen Grundlagen. Umwelt-Wissen Nr. 0820. Bundesamt für Umwelt (BAFU) und Bundesamt für Landwirtschaft (BLW), Bern.

      Birrer, S., P. Mosimann-Kampe, M. Nuber, S. Strebel & N. Zbinden (2013): Ökologischer Ausgleich und Brutvögel - das Beispiel Grosses Moos 1997-2009. Ornithol. Beob. 110: 475–494.

      Birrer, S., P. Mosimann-Kampe & S. Strebel (2018): Brutvogelmonitoring Grosses Moos. Bericht 2017. Schweizerische Vogelwarte, Sempach.

      BLW (2017): Agrarbericht 2017. Bundesamt für Landwirtschaft (BLW), Bern.

      Bundesamt für Statistik (2015): Die Bodennutzung in der Schweiz. Auswertungen und Analysen. Statistik der Schweiz, Fachbereich 2, Raum und Umwelt 002-0905. Bundesamt für Statistik (BFS), Neuchâtel.

      Chevillat, V., S. Stöckli, S. Birrer, M. Jenny, R. Graf, L. Pfiffner & J. Zellweger-Fischer (2017a): Mehr und qualitativ wertvollere Biodiversitätsförderflächen dank Beratung. Agrarforsch. Schweiz 8: 232–239.

      Chevillat, V., S. Stöckli, S. Birrer, M. Jenny, R. Graf, L. Pfiffner & J. Zellweger-Fischer (2017b): Surfaces de promotion de la biodiversité: amélioration quantitative et qualitative par le conseil. Rech. Agron. Suisse 8: 232–239.

      Christen, W. (2017): Bestandsentwicklung von zehn Brutvogelarten in der Aareebene bei Solothurn von 1982 bis 2016. Ornithol. Beob. 114: 25–40.

      de Baan, L., S. Spycher & O. Daniel (2015a): Einsatz von Pflanzenschutzmitteln in der Schweiz von 2009 bis 2012. Agrarforsch. Schweiz 6: 48–55.

      de Baan, L., S. Spycher & O. Daniel (2015b): Utilisation des produits phytosanitaires en Suisse de 2009 à 2012. Rech. Agron. Suisse 6: 48–55.

      Guntern, J., T. Lachat, D. Pauli & M. Fischer (2013a): Flächenbedarf für die Erhaltung der Biodiversität und der Ökosystemleistungen in der Schweiz. Kurzfassung. Forum Biodiversität Schweiz der Akademie der Naturwissenschaften SCNAT, Bern.

      Guntern, J., T. Lachat, D. Pauli & M. Fischer (2013b): Surface requise pour la sauvegarde de la biodiversité en Suisse. Version courte. Forum Biodiversité Suisse, Académie suisse des sciences naturelles (SCNAT), Berne.

      Jenny, M., O. Holzgang & N. Zbinden (2005a): Das Rebhuhn - Symbol für eine artenreiche Kulturlandschaft. Avifauna Report Sempach 4. Schweizerische Vogelwarte, Sempach.

      Jenny, M., O. Holzgang & N. Zbinden (2005b): La Perdrix grise - symbole d'un paysage agricole diversifié. Avifauna Report Sempach 4. Station ornithologique suisse, Sempach.

      Jenny, M., B. Josephy & B. Lugrin (2003): Ökologische Aufwertungsmassnahmen in Ackerbaugebieten und ihre Auswirkungen auf ausgewählte Brutvogelarten. S. 151–155 in: R. Oppermann & H. U. Gujer (Hrsg.): Artenreiches Grünland, bewerten und fördern: MEKA und ÖQV in der Praxis. Ulmer, Stuttgart.

      Jenny, M., J. Zellweger-Fischer, L. Pfiffner, S. Birrer & R. Graf (2011a): Leitfaden für die Anwendung des Punktesystems. Biodiversität auf Landwirtschaftsbetrieben im Projekt "Mit Vielfalt punkten - Bauern beleben die Natur". Schweizerische Vogelwarte, Sempach, und Forschungsinstitut für biologischen Landbau, Frick.

      Jenny, M., J. Zellweger-Fischer, L. Pfiffner, S. Birrer & R. Graf (2011b): Manuel d'utilisation du système de points. La biodiversité dans les domaines agricoles, avec le projet "Les paysans marquent des points - la nature gagne en diversité". Station ornithologique suisse, Sempach, et Institut de recherche pour l’agriculture biologique (FiBL), Frick.

      Knaus, P., R. Graf, J. Guélat, V. Keller, H. Schmid & N. Zbinden (2011): Historischer Brutvogelatlas. Die Verbreitung der Schweizer Brutvögel seit 1950/Atlas historique des oiseaux nicheurs. La répartition des oiseaux nicheurs de Suisse depuis 1950. Schweizerische Vogelwarte/Station ornithologique suisse, Sempach.

      Martinez, N. & S. Birrer (2017): Entwicklung ausgewählter Vogelarten im Landwirtschaftsgebiet des Kantons Basel-Landschaft. Ornithol. Beob. 114: 161–178.

      Meichtry-Stier, K. S., J. Duplain, M. Lanz, B. Lugrin & S. Birrer (in Vorb.): The importance of size, location and vegetation composition of perennial fallows for farmland birds.

      Meichtry-Stier, K. S., M. Jenny, J. Zellweger-Fischer & S. Birrer (2014): Impact of landscape improvement by agri-environment scheme options on densities of characteristic farmland bird species and brown hare (Lepus europaeus). Agric. Ecosyst. Environ. 189: 101–109.

      Meichtry-Stier, K. S., F. Korner-Nievergelt, U. Kormann, M. Spiess, P. Mosimann-Kampe, S. Strebel, J.-L. Zollinger & R. Spaar (2013): Habitatwahl der Dorngrasmücke Sylvia communis in der Westschweiz: Folgerungen für die Artenförderung. Ornithol. Beob. 110: 1–15.

      OFAG (2017): Rapport agricole 2017. Office fédéral de l’agriculture (OFAG), Berne.

      OFEV & OFAG (2008): Objectifs environnementaux pour l’agriculture. A partir de bases légales existantes. Connaissance de l'environnement n° 0820. Office fédéral de l’environnement (OFEV) et Office fédéral de l’agriculture (OFAG), Berne.

      Office fédéral de la statistique (2015): L’utilisation du sol en Suisse. Exploitation et analyse. Statistique de la Suisse, domaine 2, Espace et environnement 002-0906. Office fédéral de la statistique (OFS), Neuchâtel.

      Rudin, M., P. Horch, I. Hugentobler, U. Weber & S. Birrer (2010): Bestandsentwicklung von Brutvögeln im ökologisch aufgewerteten St. Galler Rheintal. Ornithol.Beob. 107: 81–100.

      UFAG (2017): Rapporto agricolo 2017. Ufficio federale dell'agricoltura (UFAG), Berna.

      Walter, T., S. Eggenberg, Y. Gonseth, F. Fivaz, C. Hedinger, G. Hofer, A. Klieber-Kühne, N. Richner, K. Schneider, E. Szerencsits & S. Wolf (2013a): Operationalisierung der Umweltziele Landwirtschaft. Bereich Ziel- und Leitarten, Lebensräume (OPAL). ART-Schriftenreihe 18. Forschungsanstalt Agroscope Reckenholz-Tänikon ART, Tänikon.

      Walter, T., S. Eggenberg, Y. Gonseth, F. Fivaz, C. Hedinger, G. Hofer, A. Klieber-Kühne, N. Richner, K. Schneider, E. Szerencsits & S. Wolf (2013b): Opérationnalisation des objectifs environnementaux pour l’agriculture. Domaine espèces cibles et caractéristiques, milieux naturels (OPAL). ART-Schriftenreihe 18. Agroscope, Tänikon.

      Weggler, M. & Y. Schwarzenbach (2011): Zusammenhänge zwischen der Bestandsentwicklung der Brutvögel 1988-2008 und der Quantität und Qualität der Ökoflächen im Landwirtschaftsgebiet im Kanton Zürich. Ornithol. Beob. 108: 323–344.

      Zollinger, J.-L. (2012): Oiseaux nicheurs de jachères florales. Nos Oiseaux 59: 123–142.

      Zollinger, J.-L., S. Birrer, N. Zbinden & F. Korner-Nievergelt (2013): The optimal age of sown field margins for breeding farmland birds. Ibis 155: 779–791.

       

      Espèces concernées
      Thèmes
      de montagnes et vallées
      Eaux et zones humides
      zone agricole
      Réchauffement climatique & intempéries
      espèces en recul
      Atlas bestellen