Filets de protection pour la vigne

    La protection du vignoble contre les dégâts d'oiseaux est chaque année une question d'actualité. Bien que seule une minorité d'oiseaux pose de réels problèmes, ces derniers peuvent occasionner d'importants dommages à la récolte, tant d'un point de vue quantitatif que qualitatif. Ainsi, les parcelles isolées ou proches de bordures de forêts, les parchets précoces ou ceux destinés à des vendanges tardives doivent faire l'objet de mesures de protection.

    L'offre automnale de raisins est très attractive pour les oiseaux qui se nourrissent de baies. L'étourneau, le merle noir, la grive musicienne et les moineaux friquets et moineaux domestiques colonisent le vignoble en automne et cherchent à s'y nourrir. Les plus grandes espèces (étourneaux, grives) se nourrissent de grains entiers. Les espèces plus petites (p. ex. moineaux) ne font que piquer les baies de raisins, ce qui crée des portes d'entrées pour la pourriture grise qui peut, ensuite, se propager à l'ensemble de la grappe.

    Droits et devoirs lors du montage de filets de protection

    L'exploitant a le droit de protéger ses cultures contre un danger imminent. Il a également le devoir de prendre des mesures de protection qui n'occasionnent pas de dommages notables à la faune. Le devoir général de prudence implique ainsi l’examen régulier des mesures prises et la correction des lacunes. Des filets mal posés peuvent avoir des conséquences négatives sur la faune. Quiconque installe un filet de manière inadaptée – plus particulièrement un filet à arêtes tranchantes – et omet de contrôler régulièrement la présence éventuelle d’animaux piégés, encourt le risque d'une poursuite pénale pour cruauté envers les animaux.

    Moyens de protection contre les oiseaux

    Les vignerons disposent de divers moyens pour protéger le vignoble. Toutes ces méthodes ont leurs avantages et leurs inconvénients. Avant d'effectuer un choix, il est recommandé de s'appuyer sur les expériences passées, les coûts, le travail et l'impact sur les hérissons et les oiseaux.

    Effarouchement optique
    Des bandes de plastique sont tendues un mètre en dessus du vignoble en bandes parallèles espacées de 8 mètres environ. Cette mesure, dans le meilleur des cas, permet d'obtenir une protection moyenne de la récolte. Le système Bächli est considéré comme plus efficace. Des câbles sont tendus sur des poulies entre les rangs de vignes. Des bandes de plastiques colorées ou d'aluminium y sont attachées à intervalles réguliers. Un moteur électrique actionne le câble en avant et en arrière de manière aléatoire. Comme ce dispositif produit des nuisances sonores, il peut également engendrer des plaintes du voisinage. Les autres mesures optiques telles que épouvantails, ballons, CD-Rom suspendus etc. offrent peu de protection et les oiseaux s'y habituent très vite.

    Effarouchement acoustique
    Il s'agit de dispositifs générant des ultrasons à intervalles irréguliers ou des cris de détresse d'oiseaux, souvent combinés aves des éléments optiques tels des ballons. L'efficacité de tels systèmes est également très limitée. Les appareils fonctionnant au carbure ou au gaz sont également souvent employés. Suite aux importants niveaux sonores produits, ces dispositifs plus efficaces restent d'un usage limité.

    Le garde-vigne
    Le garde-vigne est le plus ancien et l'un des meilleurs moyens de lutte contre les oiseaux. Cette méthode est encore utilisée avec succès, principalement dans les grandes régions viticoles. Les garde-vignes, équipés d'armes chargées à blanc, patrouillent régulièrement le vignoble et effarouchent, de manière ciblée, les oiseaux présents.

    Protection contre les oiseaux à l'aide de filets

    Dans de nombreuses situations et particulièrement dans les petits vignobles et dans les endroits exposés le long des bords de forêts et de haies, la pose de filets est la seule mesure efficace contre les nuées d'étourneaux et les oiseaux sédentaires. Une installation conforme est indispensable. Une pose inadaptée représente ainsi un grand danger pour les hérissons et les oiseaux.

    Filets réutilisables
    Encore répandus il y a quelques années, les filets réutilisables sont actuellement essentiellement utilisés sur de petites parcelles ou dans les jardins familiaux. Ils nécessitent généralement l'installation d'une structure de support pour pouvoir les déployer et les tendre au-dessus des rangs de vignes. Ces installations facilitent la pose et le retrait des filets en évitant que les pousses de vigne ne se prennent dans les mailles. Ils présentent cependant un défaut majeur : l’utilisation de machines intervenant sur plusieurs rangs à la fois n'est plus possible. L'expérience a démontré que les filets réutilisables, colorés, bien ajustés, tendus et régulièrement contrôlés ne présentent pratiquement aucun danger pour les oiseaux et les hérissons. Les filets noirs ne sont plus conseillés. En raison du coût élevé des structures de supports et des filets, ce système n'est pratiquement plus utilisé pour la couverture des rangs de vignes cultivées professionnellement. Les filets réutilisables à mailles étroites de couleur verte ou bleue sont en revanche souvent utilisés comme filets latéraux autour des parcelles. Dans les régions à faible risque, cette méthode permet de limiter le vol des oiseaux dans les parcelles.

    Filets à usage unique
    La plupart des exploitations emploient des filets à usage unique. Ces dernières années les techniques d'installation ont été améliorées et la charge du travail de pose a été réduite de manière significative. Cependant, le prix d’achat, l'implantation et le contrôle régulier des filets représentent toujours un coût considérable (env. Fr. 2000.-/ha/année).

    Quels sont les types de filets les plus adaptés ?
    Aucune étude scientifique ne permet de différencier les types de filets disponibles sur le marché. D'autre part, la gamme étant constamment actualisée, il ne peut être établi de listes de filets recommandés. Toutefois, sur la base de nombreuses années d'expériences pratiques et en accord avec l'Association suisse de protection des oiseaux ASPO/Birdlife Suisse, la Station ornithologique de Sempach et Pro Igel, il est recommandé de suivre les conseils suivants :

    En règle générale, plus les filets sont fins, foncés et tranchants, plus ils sont dangereux pour les oiseaux. Seuls des filets souples et tissés de couleur claire et voyante doivent être utilisés. La Ligue française de protection des oiseaux recommande ainsi l'usage de filets tissés bleus lumineux et d'un maillage de 30 à 40 mm maximum.

    Les filets à vigne en fil synthétique fin et dur présentent des bords tranchants qui peuvent blesser mortellement les oiseaux et les hérissons, même s'ils sont de couleurs claires et voyantes. Vitiswiss a négocié et obtenu des fabricants le retrait de ce type de filets si bien qu'ils ne sont actuellement plus disponibles à la vente. Les stocks éventuels ne devraient plus être utilisés.

    Filets latéraux
    La protection latérale de la zone de grappes à l'aide de filets à usage unique d'environ 1,5 m de largeur est une alternative intéressante à la couverture des rangs. Il existe dans le commerce des filets à usage unique (type balles de foin) et des filets réutilisables de maillages et couleurs différentes. Dans les exploitations qui s'y prêtent, les filets peuvent être posés rationnellement à l'aide de machines ce qui nécessite moins de personnel que pour la pose de filets de couverture. L'expérience acquise montre que les oiseaux ne se prennent que rarement dans ce type de filets et que les hérissons ne courent aucun risque pour autant que le bord inférieur du filet soit bien tendu.
    Une autre variante consiste à poser de courts filets latéraux à mailles étroites simplement attachés au fil en-dessus de la zone de grappes et de les laisser pendre librement. Bien que les oiseaux aient accès à la zone des grappes par les côtés et par le dessous, une certaine protection est assurée par le mouvement irrégulier des filets agités par le vent.
    L'usage des filets latéraux ne limite pratiquement pas le travail mécanique du vignoble.

    Les filets en arboriculture

    Les parcelles fermées de cerisiers plantées d'arbres à petites couronnes et protégées contre la grêle, la pluie et les oiseaux ne sont pas rares. Dans certaines régions de Suisse, les dégâts d'oiseaux dans les cerises ont toujours été un thème d'actualité. La problématique s'est récemment étendue à d'autres régions. Les oiseaux ont aussi rapidement compris l'avantage qu’ils pouvaient retirer des protections contre les intempéries, ces dernières leur fournissant également une défense contre les prédateurs des nids. Par conséquent un nombre croissant de parcelles de cerisiers sont entièrement protégées contre les oiseaux. Les cultures fruitières ne sont cependant pas uniquement couvertes de filets pour assurer une protection contre les oiseaux. Ainsi, dans les cultures biologiques de cerises, les arbres sont protégés de la mouche de la cerise à l'aide de filets très fins. Les pommiers sont également souvent entièrement couverts pour protéger les arbres contre le feu bactérien et les insectes qui le propage. Les filets mal installés, mal tendus et traînant sur le terrain sont une menace pour les hérissons et les oiseaux. Il est donc très important que les producteurs de fruits appliquent les mêmes règles que les vignerons. Celui qui protège ses arbres avec un filet doit être conscient de la problématique et se comporter de manière responsable.

    Améliorer l'habitat et encourager les espèces

    Les vignobles travaillés de manière écologique constituent d'importants habitats pour les hérissons, les reptiles, les insectes et diverses espèces d'oiseaux. Des éléments de paysage diversifiés, de petites structures et des expositions ensoleillées favorisent l'installation d'animaux et de plantes rares spécialisés. Ces dernières décennies, les remaniements du vignoble et l'intensification de l'agriculture ont conduit à des pertes importantes de biodiversité. Les surfaces de compensation écologiques à l'intérieur ou à proximité immédiate du vignoble sont d'une grande importance.
    Des oiseaux menacés tels que la huppe fasciée, le torcol fourmilier et le bruant zizi, qui ne mangent pas de raisins, sont tributaires pour leur survie d'éléments paysagers diversifiés tel que haies, prairies maigres et sèche, murs en pierre sèche. L'enherbement naturel et l'alternance de la fauche permet le développement d'acariens prédateurs, d'araignées et d'autres auxiliaires de l'agriculture.

    Impressum : Feuilles d'information pour la protection des oiseaux

    © Agroscope Changings-Wädenswil ACW, 2010
    Auteurs : W. Siegfried, C. Linder & M. Perrottet
    La reproduction avec références est souhaitée.

    Cette fiche technique est le fruit d’une collaboration entre : Pro Igel, Association pour la Protection des Animaux TSB, Association suisse pour la protection des oiseaux ASPO/Birdlife Suisse, Station ornithologique suisse de Sempach, Protection suisse des animaux et Vitiswiss.

    Feuille d'information

    Filets dans le vignoble