Nichoirs pour cavernicoles

      Les nichoirs artificiels peuvent être un soutien pour de nombreux oiseaux qui nichent dans une cavité. Il y a cependant des limites : les nichoirs ne sont utilisés par une espèce que si elle trouve aussi à cet endroit le milieu naturel adéquat et la nourriture appropriée. Malheureusement, ce n’est généralement pas le cas de nos cavernicoles les plus menacés. La chevêche d’Athéna en est un bon exemple dans une grande partie de la Suisse. Par contre, nous pouvons soutenir de cette manière les mésanges et quelques autres espèces, surtout lorsque les cavités naturelles ne sont pas assez nombreuses. De plus, des nichoirs bien construits permettent un succès de reproduction supérieur à la moyenne.

      Où suspendre les nichoirs ?

      • Au jardin
      • Contre les façades
      • Dans les espaces verts et les vergers
      • En forêt
      • En bordure de zones humides

      Combien de nichoirs placer ?

      Le nombre de nichoirs dépend de plusieurs facteurs :

      • Le nombre d’individus d’espèces cavernicoles qui trouvent abri et nourriture dans la région concernée. La feuille d’information « Un jardin pour les oiseaux » montre quels changements il est possible d’apporter chez soi pour améliorer ce point. Elle est disponible auprès de la Station ornithologique et chez BirdLife Suisse.
      • Les espèces qu’on souhaite favoriser : plus les oiseaux sont grands, plus chaque couple a besoin de place. Et plus les espèces présentes utilisent l’habitat de façon semblable, plus les conflits sont probables si l’espace est restreint, par exemple entre les mésanges d’espèces proches. Il faut donc partir de la règle suivante : plus on pose de nichoirs comportant des ouvertures de tailles différentes, plus nombreuses seront les espèces à venir s’installer, et plus le nombre de nichoirs doit être élevé.

      Les chiffres suivants sont indicatifs :

      • Jardin : 1 nichoir tous les deux arbres ; les nichoirs dans lesquels il n’y a pas de nid peuvent être utilisés comme dortoirs.

      • Verger et forêt : jusqu’à 30 nichoirs pour 10 hectares.

      Quels endroits sont-ils appropriés ?

      Modèle 1
      Modèle 1

      Les nichoirs sont des substituts de cavités d’arbres naturelles. Ces dernières existent à toute hauteur et à toute exposition, et sont de toutes tailles. C’est pourquoi on peut se montrer flexible lorsqu’on construit et installe des nichoirs, et se laisser guider par les conditions particulières du lieu.

      La hauteur idéale pour les petites espèces d’oiseaux se situe entre 1,8 et 3 mètres (voir tableau). Là où on peut s’attendre à des déprédations intentionnelles, il vaut mieux accrocher le nichoir plus haut. N’exposez pas le trou d’envol aux intempéries, mais dirigez-le plutôt vers l’est ou le sud-est. Les nichoirs ne devraient pas être exposés longtemps au soleil direct, mais être suspendus à l’ombre ou au moins à la mi-ombre. En revanche, c’est un avantage si le soleil du matin réchauffe les nichoirs.

      Dimensions pour le nichoir du modèle 1 (en cm, épaisseur du bois 2 cm):

      Espèce Toit A Paroi latérale B Devant C Fond D Dos E Trou d'envol F

      Mésanges bleue, nonnette, huppée, noire

      20 × 20 25 × 17 × 28 25 × 13 13 × 13 28 × 13 26–28 mm

      Mésange charbonnière, gobemouche noir,
      moineau friquet, moineau domestique,
      sittelle torchepot

      22 × 22 25 × 18 × 28 25 × 14 14 × 14 28 × 14 30–32 mm
      Rougequeue à front blanc 22 × 22 25 × 18 × 28 25 × 14 14 × 14 28 × 14

      1–2 × 32 mm ou
      1–2 x 30 × 50 mm
      (ovale vertical)

      Etourneau sansonnet 24 × 24 30 × 20 × 34 30 × 16 16 × 16 34 × 16 45–50 mm
      Pigeon colombin 27 × 27 35 × 22 × 40 35 × 18 18 × 18 40 × 18 70 × 85 mm (ovale)
      Choucas des tours * 27 × 27 35 × 22 × 40 35 × 18 18 × 18 40 × 18 80 mm
      Chouette hulotte 35 × 35 44 × 29 × 50 44 × 25 25 × 25 50 × 25 120 mm

      * Ces chiffres sont à considérer comme des minima. Si vous disposez de plus de place pour l’installation de nichoirs contre les bâtiments, les dimensions externes de 30 × 40 × 50 cm ont fait leurs preuves, peu importe que le nichoir soit placé en hauteur ou en largeur.

      Dimensions pour le nichoir du modèle 2 (en cm, épaisseur du bois 2 cm)
      Dimensions pour le nichoir du modèle 2 (en cm, épaisseur du bois 2 cm)

      Comment fixer un nichoir ?

      Le mieux est d’accrocher le nichoir à la base d’une branche coupée (avec un fil de fer ou une cordelette en plastique, p.ex.), afin de pouvoir facilement le décrocher pour le contrôle et le nettoyage annuels. Vous pouvez l’appuyer contre le tronc, ou le laisser pendre à la branche si l’endroit est abrité du vent : il sera ainsi inatteignable par les chats. N’utilisez ni clous ni fil de fer fin sur les arbres vivants.

      Quand placer un nichoir ?
      Quand le nettoyer ?

      Les nichoirs devraient être fixés au plus tard aux premiers jours du printemps, mais de préférence à la fin de l’été ou en automne, afin que les oiseaux s’y habituent le plus tôt possible. Les nichoirs leur offrent en outre un abri contre l’humidité et le froid en hiver. Le nettoyage annuel devrait se faire entre septembre et fin janvier. Il faut alors enlever les nids et les fientes. Un brossage à sec suffit dans la plupart des cas. Effectuer le nettoyage lorsqu’il fait très froid évite que les parasites passent sur vous. En cas de forte attaque parasitaire, vous pouvez enfumer le nichoir avec un journal enflammé ou le rincer à l’eau chaude savonneuse, et bien laisser sécher. Une fois constaté avec certitude que les jeunes sont partis, vous pouvez sans autre ôter le nid. Le nichoir est ainsi propre et disponible pour la nichée suivante.

      Comment construire un nichoir ?

      On utilise habituellement pour les nichoirs du bois brut d’épicéa ou de sapin, en planches de 20 mm d’épaisseur. Le contre-plaqué ou les panneaux stratifiés ne sont pas suffisamment respirants et par conséquent ne conviennent pas : lors des années humides, cela pourrait entraîner une hausse de la mortalité chez les poussins, voire l’abandon de la nichée. Les vis sont plus indiquées que les clous pour joindre les différentes pièces en bois, surtout à long terme.

      Si vous souhaitez protéger les surfaces extérieures avec un produit d’imprégnation contre l’humidité, les moisissures et les insectes, nous vous recommandons d’utiliser un produit biologique, p.ex. de l’huile de lin.

      Un trou d’envol percé obliquement empêche la pluie de rentrer. Un perchoir en dessous du trou d’envol n’est pas nécessaire.

      Il faut pouvoir ouvrir les nichoirs pour les nettoyer. La solution la plus simple est de prévoir une paroi frontale (modèle 1) ou dorsale (modèle 2) amovible. Pour l’aération et l’évaporation, percez au moins 2 trous d’environ 5 mm de diamètre, dans la planche du fond (sol). Veillez, lors du nettoyage, à ce que ces trous ne soient pas bouchés.

      Une petite tôle zinguée autour du trou d’envol, aux bords bien limés, protège des pics.

      Le rougequeue à front blanc apprécie une certaine lumière à l’intérieur de sa cavité. Vous pouvez p. ex. percer sur la façade 1 ou 2 trous d’envol de forme ovale prononcée, mais restant un obstacle pour les étourneaux, de 30 mm de large et de 50 mm de haut, ou 1 ou 2 trous ronds de 32 mm de diamètre, ou encore un trou rond de 32 mm de diamètre surmonté de 1 à 3 trous supplémentaires de 20 mm de diamètre au maximum.

      Quel modèle ?

      Nous présentons dans cette fiche un schéma de deux modèles éprouvés. Le modèle 1 montre le nichoir le plus répandu et le plus simple à monter. Le modèle 2 n’est pratique que pour des trous de 32 mm de diamètre au maximum, mais il présente des avantages évidents : Grâce à l’avancée, les oiseaux adultes n’arrivent pas directement vers les jeunes, qui auront moins à subir l’humidité amenée en cas de mauvais temps, et pourront plus facilement sortir pour s’envoler. De plus, cette avancée protège davantage la nichée contre les chats et les fouines.

      Où acheter un nichoir ?

      Les nichoirs peuvent être achetés auprès de la Station ornithologique suisse (modèle 1 seulement), des associations de protection des oiseaux, de divers ateliers pour handicapés, à la Landi et dans les jardineries. Veillez lors de votre achat à ce que les nichoirs aient bien les caractéristiques mentionnées ici (taille minimale, diamètre du trou d’envol, qualité du bois, etc.).

      Visiteurs indésirables ?

      Les nichoirs sont attirants pour toutes sortes d’espèces. Impossible de prévoir lesquelles vont finalement les utiliser ! Par exemple, un nichoir « à mésanges » doté d’un trou de 30 mm sera aussi volontiers colonisé par les moineaux domestiques. Les frelons, les guêpes et les bourdons peuvent les occuper également, de même que les loirs et les muscardins, particulièrement dans les bois – et parfois même les chauves-souris. Ces animaux ont aussi droit à l’existence, raison pour laquelle nous recommandons de les tolérer.

      Des nichoirs pour d’autres espèces ?

      Le modèle 1 peut aussi être construit pour des espèces de plus grande taille, comme l’étourneau sansonnet, le pigeon colombin ou la chouette hulotte. Il faut utiliser un bois un peu plus épais pour les nichoirs plus grands, et adapter les dimensions en conséquence.

      Pour des nichoirs spéciaux (faucon crécerelle, martinets, effraie des clochers, cincle plongeur, torcol fourmilier, huppe fasciée, etc.), adressez-vous à la Station ornithologique suisse ou à BirdLife Suisse.

      Espèce
      Hauteur recommandée
      Altitude
      Début de la construction du nid
      Milieu
      Mésange charbonnière 1,8–2,5 m Localement jusqu’à 2 000 m Dès fin mars Jardins, parcs, forêts de feuillus et forêts mixtes
      Mésange bleue 1,8–2,5 m Localement jusqu’à 1 400 m Dès fin mars Jardins, parcs, forêts de feuillus et forêts mixtes
      Mésange nonnette 1,8–3,0 m Localement jusqu’à 1 200 m Dès fin mars Jardins, parcs, forêts de feuillus et forêts mixtes
      Mésange noire 1,8–3,0 m Jusqu’à la limite de la forêt Dès fin mars Forêts et parcs avec vieux épicéas/sapins
      Mésange huppée 1,8–2,5 m Jusqu’à la limite de la forêt Dès mi-mars Forêts et parcs avec vieux conifères
      Gobemouche noir 1,8–2,5 m Localement jusqu’à 1 200 m Dès fin avril Peuplements clairsemés d’arbres (feuillus) typiques des parcs, avec assez de perchoirs
      Rougequeue à front blanc 1,8–2,5 m Localement jusqu’à 2000 m Dès fin avril Peuplements clairsemés d’arbres typiques des parcs, avec assez de surfaces ouvertes
      Sittelle torchepot 1,8–2,5 m Jusqu’à la limite de la forêt Dès mars Forêts et parcs avec arbres à écorce grossière
      Moineau friquet 1,8–2,5 m Localement jusqu’à 1 200 m Dès fin mars Jardins, haies, lisières de forêt
      Etourneau sansonnet 1,8–2,5 m Localement jusqu’à 1 200 m Dès mi-avril Jardins, parcs, lisières de forêt
      Pigeon colombin ≥ 3 m Localement jusqu’à 1 200 m Dès mars Forêts de feuillus et forêts mixtes, vieux bois en lisière
      Choucas des tours 5-10 m Jusqu’à 800 m Dès mars Forêts de feuillus et forêts mixtes, vieux bois en lisière
      Chouette hulotte ≥ 5 m Ne favoriser que jusqu’à 1200 m Dès février Parcs, forêts de feuillus et forêts mixtes, vieux bois en lisière


      Impressum : Feuilles d'information pour la protection des oiseaux

      © Station ornithologique suisse & ASPO/BirdLife Suisse, Sempach & La Sauge 2000, révisé 2019
      Auteur : H. Schmid
      La reproduction avec référence est souhaitée.

      Feuille d'information

      Nichoirs pour cavernicoles