Nourrissage des oiseaux d'eau

    Le nourrissage des canards, cygnes et mouettes fait régulièrement l'objet de débats dans les médias et auprès du public. Les discussions ont surtout lieu aux endroits où le nourrissage des oiseaux d'eaux au pain est important, et les autorités y réagissent en installant des panneaux de recommandations ou d'interdiction de nourrir. Dans ce contexte, les conséquences du nourrissage sur les oiseaux est un sujet récurrent. La Station ornithologique suisse et l'ASPO/BirdLife Suisse encouragent une discussion appuyée sur des faits.

    • Le nourrissage des oiseaux d’eau n’est pas nécessaire.
    • Les oiseaux d'eau sont bien adaptés aux conditions hivernales locales et, aux endroits appropriés, ils trouvent suffisamment de nourriture eux-mêmes.
    • Le nourrissage ne profite pas aux espèces d'oiseaux d'eau menacées. Elles ont besoin de protection sous forme de zones de tranquillité dans lesquelles elles ne sont pas dérangées.
    • Le nourrissage offre la possibilité d'observer de près les oiseaux d'eau et permet de mieux apprendre à identifier les différentes espèces.
    • Le nourrissage occasionnel avec de petites quantités de pain ne met pas en danger la santé des oiseaux d'eau. Cependant, dans les lieux où il y a peu de nourriture végétale, un nourrissage massif et exclusif avec du pain peut engendrer des problèmes de digestion. Il ne faut en aucun cas nourrir avec des restes de repas épicés ou du pain moisi.
    • La crainte que les oiseaux d'eau sauvages ne grossissent à cause du nourrissage, ou que du pain gonflé d'eau ne conduisent à des blessures de l'estomac, n'est pas fondée. N'est pas plus fondée l'inquiétude que le nourrissage augmente la fréquence des problèmes de ponte.
    • Le nourrissage peut conduire à des concentrations locales d'oiseaux d’eau. Cela ne représente en principe pas de problème pour ces animaux sociaux. Dans les lieux où ils sont très intensivement nourris, les cygnes sont assez souvent affaiblis et peuvent montrer plus d'infestations de parasites. C'est l’indication d'un stress. Les maladies peuvent plus facilement et plus rapidement se propager parmi des oiseaux qui vivent dans la promiscuité.
    • La concentration d'oiseaux d'eau dans les parcs, sur les surfaces agricoles utiles et à proximité des routes, peut s'avérer problématique à cause des fientes d'oiseaux et de la sécurité routière. L'expérience a montré que c’est avec l'arrêt du nourrissage que de tels conflits sont les plus susceptibles de se résoudre, car cela aboutit à la suppression de concentrations locales et à une répartition plus régulière des oiseaux d'eau.
    • Le nourrissage des oiseaux d'eau en ville peut avoir des effets indésirables. Les restes de pain attirent notamment rats et pigeons bisets.
    • Le nourrissage des oiseaux d'eau n'altère normalement pas la qualité de l'eau.
    • Dans les réserves d'oiseaux d'eau, les populations d'oiseaux doivent pouvoir se développer le plus librement possible sans influence humaine. Il faut renoncer au nourrissage des oiseaux d'eau dans les zones concernées.
    • Si le nourrissage des oiseaux d’eau devient une source de conflits au niveau local, il relève alors de la compétence des autorités d’examiner la possibilité d’une interdiction de nourrir ces oiseaux.

    Impressum : Feuilles d´information pour la protection des oiseaux

    © Station ornithologique suisse & ASPO/BirdLife Suisse, Sempach & La Sauge, 2016, révisé 2018
    Auteurs : M. Schaad, V. Keller, M. Kestenholz, V. Mattmann, D. Heynen & W. Müller
    La reproduction avec références est souhaitée.

    Feuille d'information

    Nourrissage des oiseaux d‘eau