Les migrateurs au long cours

    L'automne venu, les migrateurs au long cours désertent totalement leurs lieux de reproduction pour aller hiverner en des contrées de climat fort différent.

    La majorité d'entre eux quittent l'Europe et gagnent l'Afrique tropicale au sud du Sahara. Ils vivent ainsi toute l'année sous des climats chauds et ne connaissent pas l'hiver tel que nous l'entendons. La plupart des insectivores sont de ceux-là, eux qui ne trouvent plus en hiver leur nourriture chez nous. Les migrateurs au long cours quittent en général leurs lieux de reproduction vers la fin de l'été, peu après le terme de leurs occupations reproductrices, soit à un moment où le temps est encore clément et la nourriture abondante. La plupart volent de nuit et suivent une direction sud-ouest (Rougequeue à front blanc) aussi longtemps qu'ils survolent sur le continent européen ; une correction vers le sud ou le sud-est au-dessus du Bassin méditerranéen leur permet d'atteindre les quartiers d'hiver africains. Quelques espèces, dont la Pie-grièche écorcheur, la Fauvette babillarde et la Rousserolle verderolle, choisissent cependant un tout autre chemin : elles adoptent une direction plus orientale ou sud-orientale et passent par la Grèce et le Proche-Orient pour se rendre en Afrique de l'Est.

    Mais, comme nous l'indiquent des découvertes récentes, bon nombre de migrateurs au long cours se déplacent aussi souvent à l'intérieur du continent africain. Au Kenya, on observe de certaines espèces un fort passage vers le sud au cours des mois de novembre etdécembre. Elles semblent séjourner quelques semaines au Soudan et en Ethiopie après avoir traversé le Sahara et avant de continuer vers le sud. Bien des mystères entourent encore les déplacements des oiseaux à l'intérieur des terres africaines et asiatiques.

    Impressum: Feuilles d´information pour la protection des oiseaux

    © ASPO, Nos Oiseaux & Station ornithologique suisse.
    La reproduction avec références est souhaitée.