Les jumelles adaptées

    Les jumelles, tout comme un bon guide d’identification, sont les outils de travail les plus importants d’un/e ornithologue. C’est pourquoi elles devraient être maniables, de bonne qualité optique, robustes et adaptées aux mauvaises conditions météorologiques et d’éclairage. Cela vaut la peine d’investir dans du bon matériel car les jumelles de marques connues se distinguent non seulement par leur qualité supérieure mais aussi par leur longévité. Un magasin spécialisé vous donnera les conseils nécessaires.

    Que signifient les nombres ?

    Sur toutes les jumelles se trouvent deux nombres (p. ex. 10 × 42) qui décrivent la performance optique de l’instrument. Le premier nombre indique le grossissement : il se situe en général entre 7 × et 10 ×, bien qu’il existe aussi des jumelles de grossissement inférieur ou supérieur. Le deuxième nombre donne le diamètre de l’objectif en mm. Plus ce chiffre est élevé, plus la lumière peut entrer et plus l’image est claire. Un diamètre d’objectif aussi large que possible est donc conseillé pour l’observation au crépuscule.

    Mais ne vous laissez pas tromper par les chiffres : des jumelles bon marché 10 × 50 avec un verre et un revêtement de la lentille de mauvaise qualité peuvent donner une image plus sombre et moins nette que des jumelles 10 × 32 de bonne qualité.

    La grandeur et le poids des jumelles sont déterminés non seulement par le grossissement mais surtout par le diamètre de l’objectif. Un diamètre d’objectif de 30 à 50 mm est un bon compromis entre la luminosité et le poids des jumelles.

    De quel grossissement ai-je besoin ?

    En général, les jumelles ayant un petit grossissement (7 ×, 8 ×) présentent les avantages suivants :

    • une image plus claire
    • un champ de vision plus grand
    • une meilleure profondeur de champ
    • une mise au point à plus faible distance
    • une image plus stable

    Les jumelles plus puissantes (p. ex. 10 ×) ont par contre un grossissement plus fort et permettent une vision des détails particulièrement bonne. Malgré les avantages des jumelles à faible grossissement, la plupart des ornithologues préfèrent des jumelles plus puissantes et choisissent un modèle ayant un grossissement 10 ×. Les jumelles lumineuses, au grossissement au-delà de 10 x sont lourdes et il n’est pas facile de les maintenir stables. Nous déconseillons les jumelles munies d’un zoom car, en général, les prestations optiques ne sont pas convaincantes.

    Quel type choisir ?

    Modèle à prismes porro : ces jumelles d’allure traditionnelle, avec une partie intermédiaire coudée, rendent une image plus en relief. La partie intermédiaire n’est par contre souvent pas très stable, et ces jumelles sont rarement imperméables.

    Modèle à prismes en toit : ces jumelles au design droit et moderne sont plus compactes et plus légères comparées au modèle traditionnel. La plupart d’entre elles possèdent une mise au point intérieure et sont de ce fait mieux protégées de l’humidité et de la poussière. Les modèles haut de gamme de ce genre sont maintenant remplis d’azote et imperméables.

    Modèle compact : elles sont pratiques, question poids et taille, et conviennent bien pour les courses de montagne. Comme désavantages, elles ont une faible luminosité et sont relativement délicates face aux chocs. Le monoculaire, à l’aspect d’un minitélescope, offre une alternative encore plus légère.

    Caractéristiques supplémentaires

    Revêtement en caoutchouc : les jumelles n’en sont pas pour autant imperméables, mais elles sont bien protégées contre les coups.

    Imperméabilité : les jumelles de bonne qualité devraient être remplies d’azote et imperméables.

    Stabilisateur d’images : il permet de stabiliser l’image presque complètement par la simple pression d’un bouton. Cette fonction peut s’avérer utile, surtout pour les jumelles lourdes à fort grossissement. Comme presque tous les modèles sont aujourd’hui à piles et consomment beaucoup d’énergie, il faut toujours avoir suffisamment de recharge avec soi.

    Quel ordre de prix ?

    Les jumelles coûtant entre Fr. 200.– et 500.– peuvent déjà fournir une bonne prestation, mais elles sont en général moins robustes et plutôt pour un usage occasionnel. Dans la catégorie jusqu’à Fr. 1000.–, on trouve des modèles tout à fait corrects de fabricants reconnus. Ils sont de bonne qualité pour un usage relativement long. Les jumelles de la meilleure qualité (surtout de fabricants européens) coûtent Fr. 2000.– et plus. Un tel investissement se justifie pour un usage fréquent et à long terme.

    Quelques conseils

    • n’achetez vos jumelles qu’après les avoir testées vous-mêmes et comparées avec d’autres modèles.
    • si, outre les oiseaux, vous observez les insectes ou d’autres animaux à faible distance, choisissez des jumelles qui permettent une mise au point de sujets rapprochés (jusqu’à env. 2 m).
    • choisissez des jumelles qui s’adaptent bien à vos yeux (p. ex. un modèle avec oeillères ajustables pour les porteurs de lunettes) et que vous avez bien en main.
    • faites attention qu’il n’y ait pas de lumière parasite autour du champ de vision.
    • la pupille supérieure devrait être grande et parfaitement ronde. On peut la tester en regardant dans l’oculaire à une distance de 40 à 50 cm. On devrait voir un point clair avec un contour très net.
    • pour un bon confort, choisissez des courroies larges et solides.
    • voici comment régler vos jumelles : fermez l’oeil droit et regardez un objet bien éclairé avec l’oeil gauche, réglez la netteté avec la roulette du milieu. Ensuite, fermez l’oeil gauche et regardez le même objet avec l’oeil droit. Régler la netteté de l’oculaire droit avec le bouton rotatif de correction de dioptrie. Si les deux yeux ont la même acuité visuelle, le bouton reste sur « 0 ». Si la différence de dioptrie de vos yeux est très grande, communiquez-le au personnel spécialisé déjà lors du choix des jumelles.

    Impressum : Feuilles d’information pour la protection des oiseaux

    © Station ornithologique suisse & ASPO/BirdLife Suisse, Sempach & La Sauge, 2013
    Auteurs : M. Burkhardt & M. Hüsler
    La reproduction avec références est souhaitée.

    Feuille d'information

    Les jumelles adaptées