Monitoring intégré des populations de faucons crécerelles et d’effraies des clochers

    Lumière dans les ténèbres de la dynamique des populations de deux prédateurs : ce projet à long terme vise à reconnaître les phases critiques de la vie des faucons crécerelles et des effraies des clochers.

    Objectifs

    Grâce au monitoring des populations, les phases critiques du cycle de vie des faucons crécerelles et des effraies des clochers seront identifiées. Le projet contribuera ainsi à améliorer la compréhension générale de la dynamique des populations et à mettre en évidence  l'influence quantitative que le succès de reproduction, le taux de survie et la migration ont sur l'évolution de la population. Comme près de 10 % des faucons crécerelles et des effraies des clochers du Plateau suisse sont marqués individuellement, il sera également possible d’analyser le comportement de colonisation, en fonction du sexe et du succès de reproduction. Le projet pourrait aussi expliquer pourquoi les deux espèces montrent des évolutions d'effectifs opposées alors qu'elles ont beaucoup en commun (habitat rural, chasse de petits mammifères, utilisation fréquente des nichoirs).

    Procédé

    Dans beaucoup d'endroits déjà, ces espèces attrayantes sont l'objet de contrôles locaux, de programmes d'installation de nichoirs et d'actions de baguage de la part de nos collaborateurs bénévoles. Dans un programme national standardisé, effectifs, succès de reproduction et taux de survie des jeunes et des adultes seront enregistrés, ainsi que les variations annuelles de ces paramètres entre les différentes régions et les différents habitats.

    Résultats

    L'étude intensive des populations d'effraies des clochers a débouché sur de nombreux résultats intéressants : les effraies des clochers souffrent des hivers enneigés et rigoureux qui rendent plus difficile l'accès à la nourriture. Par ailleurs, il est apparu que les stratégies de survie diffèrent en fonction de la couleur du plumage.

    Une évaluation du succès de nidification des faucons crécerelles dans différentes régions de Suisse a révélé que le début de la ponte, sa taille ainsi que la taille de la nichée sont soumis à des fluctuations annuelles. Des différences régionales sont apparues, qui peuvent s'expliquer en partie par l'altitude plutôt que par la proportion de terres cultivées. Un début de ponte précoce a eu un effet positif sur la taille de la ponte, la taille de la nichée et le poids des oisillons. Le début de ponte était lui-même tributaire des variations météorologiques annuelles et des ressources alimentaires. Les mesures de protection qui ont une influence positive sur l'offre alimentaire, notamment au printemps, devraient avoir pour conséquence un début de ponte plus précoce et ainsi un succès de nidification accru.

    Responsable de projet

    Michael Schaub, Martin Spiess

    Partenaire

    Prof Alexandre Roulin, Université de Lausanne
    Dr Res Altwegg, Avian Demography Unit, University of Cape Town
    Collaborateurs bénévoles au sein de plusieurs groupes de travail

    Publications

    Zellweger-Fischer, J., M. Schaub, C. Müller, M. Rudin †, M. Spiess & L. Jenni (2011):
    Der Bruterfolg des Turmfalken Falco tinnunculus: Resultate und Erkenntnisse aus fünf Jahren integriertem Populationsmonitoring.
    Roulin, A., R. Altwegg, H. Jensen, I. Steinsland & M. Schaub (2010):
    Sex-dependent selection on an autosomal melanic female ornament promotes the evolution of sex ratio bias.
    Altwegg,R., A. Roulin, M. Kestenholz, L. Jenni (2006):
    Demographic effects of extreme winter weather in the barn owl.
    Soutenez notre travail

    La Station ornithologique s‘engage

    Faucon crécerelle et effraie des clochers