En Bref

    Résumé du rapport 2022

     Fauvette grisette
    Fauvette grisette
    photo © Marcel Burkhardt
    Hirondelle rousseline
    Hirondelle rousseline
    photo © Markus Varesvuo
    Fuligule morillon
    Fuligule morillon
    photo © Marcel Burkhardt

    Quelques espèces d’oiseaux nichant en zone agricole tirent bénéfice des mesures de conservation, si bien que leurs effectifs ont pu augmenter en 2021. Cependant, d’autres espèces continuent de subir des pertes résultant de l’agriculture intensive.

     

    Sur les terrains militaires, la présence des espèces qui affectionnent les habitats ouverts, les biotopes humides, les haies et les terres cultivées extensives est supérieure à la moyenne.

     

    Bon nombre d’espèces sont présentes en nombre significatif au plan national sur la rive sud du lac de Neuchâtel. La surveillance des effectifs et l’entretien de la zone incombent à l’Association de la Grande Cariçaie.

     

    Le Monitoring des oiseaux nicheurs répandus (MONiR) révèle parfaitement la vaste régression du Verdier. La chute de ses effectifs est due à un parasite monocellulaire qui affecte le système digestif.

     

    L’Hirondelle rousseline étend son territoire européen vers le nord. En Suisse, on peut la voir presque chaque année depuis 2000. Son afflux le plus marqué a été enregistré au printemps 2021.

     

    En janvier 2022, on dénombrait en Suisse 430 000 oiseaux d’eau, soit aussi peu qu’en 1970 pour la dernière fois. Les effectifs hivernaux d’espèces répandues telles que le Fuligule morillon, le Fuligule milouin et le Canard colvert sont en baisse.

     

    Par rapport aux autres pays d’Europe centrale, l’évolution positive des effectifs d’oiseaux sylvicoles est manifeste en Suisse depuis 1990. Beaucoup d’espèces des zones rurales ont toutefois subi leurs plus lourdes pertes chez nous avant 1990.