Hibou moyen-duc, faucon crécerelle et surfaces écologiques

    Quelle importance revêtent les petits mammifères sur les surfaces de compensation écologique en tant que ressource alimentaire pour les hiboux moyens-ducs et les faucons crécerelles ?

    Objectifs

    Hiboux moyens-ducs et faucons crécerelles se nourrissent principalement de petits campagnols. Dans le paysage rural suisse, voué à une exploitation intensive, les campagnols se font rares. Selon certains indices, les campagnols se reproduisent davantage sur les surfaces de compensation écologique, notamment les jachères florales, les prairies extensives et les lisières, qui constituent ainsi une bonne base alimentaire pour les mangeurs de souris. Sur la plaine de Wauwil, nous avons étudié en 2003 les aspects suivants dans le cadre d'un travail de diplôme :

    • La densité des campagnols (et d'autres petits mammifères) est-elle supérieure dans les jachères florales et les prairies extensives par rapport aux cultures environnantes ?
    • Le hibou moyen-duc exploite-t-il les ressources alimentaires des surfaces écologiques ? Les proies sont-elles exploitées en fonction de leur fréquence ?
    • Quelle influence les récoltes exercent-elles sur la population de campagnols ? Les surfaces écologiques servent-elles de sites de repli au moment de la récolte des cultures ?

    Procédé

    La plaine de Wauwil est depuis 1995 une des régions où la Station ornithologique a aménagé des surfaces de compensation écologique de qualité supérieure (surtout des jachères florales et des prairies extensives) en collaboration avec les agriculteurs. Sur ces surfaces et dans les cultures avoisinantes, nous avons piégé les petits mammifères. En outre, nous avons observé où et à quelle fréquence les hiboux moyens-ducs et les faucons crécerelles essayaient d'attaquer leur proie.

     

    Importance

    Hiboux moyens-ducs et faucons crécerelles sont deux espèces prioritaires pour la conservation des espèces. Le manque de nourriture dû à une exploitation agricole intensive est considéré comme la première cause possible de mise en péril de ces deux espèces. Afin de les préserver, nous devons en savoir plus sur leur comportement alimentaire.

    Le projet présente à titre exemplaire l'impact des surfaces de compensation écologique sur la chaîne alimentaire, depuis les semences de plantes sauvages jusqu'aux petits rongeurs en passant par les hiboux moyens-ducs et les faucons crécerelles, et fournit ainsi des arguments pertinents en vue d'une mise en valeur écologique renforcée du paysage rural

    Résultats

    Les plus fortes densités de petits mammifères ont été observées sur les jachères florales et les bandes herbeuses. Les prairies artificielles et extensives, en revanche, ne présentaient que peu de campagnols des champs et autres petits mammifères. Contrairement aux attentes, les hiboux moyens-ducs et les faucons crécerelles ne privilégiaient toutefois pas les surfaces présentant une forte densité de petits mammifères, mais chassaient de préférence sur les prairies artificielles et extensives fraîchement fauchées. Les deux espèces affectionnent tout particulièrement les prairies fraîchement fauchées qui jouxtent des jachères florales et des bandes herbeuses. Sans doute les mulots qui quittaient leur cachette pour entreprendre une sortie sur un espace découvert constituaient-ils une proie facile. Ainsi, les surfaces écologiques ont eu une incidence indirecte très positive sur les hiboux moyens-ducs et les faucons crécerelles.

     

    Responsable de projet

    Simon Birrer

    Publications