Projet alouette des champs d'IP-Suisse

    Bon nombre d'agriculteurs d'IP-Suisse améliorent les conditions de nidification sur leurs champs de céréales en faveur de l'alouette des champs, une espèce menacée, et encouragent ainsi globalement la diversité des espèces.

    Objectifs

    Dans de nombreuses exploitations agricoles, le potentiel biologique est loin d'être totalement exploité. La Station ornithologique souhaite donc vivement que la production agricole soit plus soucieuse des exigences des espèces typiques du paysage rural, notamment des oiseaux, en matière d'habitat. L'organisation de producteurs IP-Suisse a identifié ce problème et s'investit dans l'amélioration de cette situation. Les efforts entrepris par IP-Suisse visent à mettre en oeuvre des mesures directement perceptibles par les consommateurs.

     

    Procédé

    L'organisation IP-Suisse rassemble des producteurs qui, dans leurs exploitations familiales, adoptent un mode de culture respectueux de l'environnement et de la faune sauvage. Environ un tiers des 60 000 exploitations de Suisse appliquent les directives d'IP-Suisse dans divers secteurs de production et bénéficient ainsi d'un label de qualité représentant une coccinelle.

    Jusque dans les années 1970, l'alouette des champs était un oiseau très fréquent et très répandu dans le paysage rural. Sur les terres où les cultures présentent une croissance haute et dense, l'alouette des champs, qui niche au sol, ne trouve cependant pratiquement plus de végétation basse et clairsemée susceptible d'accueillir son nid à partir du mois de mai. Durant les années 1990, des études ont révélé que les alouettes des champs étaient obligées de se rabattre sur les vides accidentels provoqués dans les champs de céréales. L'idée est donc venue de laisser volontairement des espaces non semés dans les champs de blé d'hiver exploités de manière intensive. Depuis 2005, environ 20 % des agriculteurs d'IP-Suisse appliquent des mesures d'encouragement en faveur des alouettes des champs et d'autres espèces animales et végétales sur les champs de céréales. Un travail de diplôme de 2006 atteste que ce genre de petites surfaces non semées est bénéfique à l'alouette des champs.

    Importance

    IP-Suisse a constaté que les produits suisses pouvaient encore mieux se commercialiser grâce à une promotion ciblée de la diversité des espèces (biodiversité). Les partenaires d'IP-Suisse, tels que Migros et la boulangerie Hiestand AG ont observé que les aliments issus d'une production respectueuse des animaux étaient très bien accueillis par une partie des consommateurs.

    Le projet alouette des champs a constitué la base des deux grands projets « Les paysans marquent des points, la nature gagne en diversité » et « TerrraSuisse » (Migros). Les mesures adoptées pour encourager l'alouette des champs et d´autres espèces animales et végétales font partie intégrante du système de points destiné à promouvoir la biodiversité dans les exploitations affiliées à IP-Suisse.

    Résultats

    Le travail de diplôme de Judith Zellweger-Fischer a révélé que les alouettes mâles défendaient les petites surfaces non semées et intégraient dans leur territoire les champs de blé présentant ce genre d´espaces. En revanche, les champs de blé d'hiver ne présentant pas ces espaces sont évités à partir de fin mai. Si un nid est installé dans un champ de blé présentant ces petites surfaces, il se trouvera plus souvent que prévu sur les surfaces non semées ou à proximité immédiate. Les petites surfaces non semées constituent, avec les bordures de champ et les cultures ensemencées au printemps, les sites privilégiés pour la recherche de nourriture. Comme la végétation des petites surfaces est nettement plus aérée, les insectes appréciés par les alouettes des champs sont plus facilement accessibles.

    Nous déduisons de cette étude que les alouettes des champs tirent bénéfice des espaces non ensemencés. Outre les alouettes des champs, des lièvres et des cailles ont aussi été observés sur ces surfaces, ce qui indique qu'elles profitent également à d'autres espèces animales. Pour que ces mesures aboutissent, il est essentiel qu'elles soient mises en oeuvre aussi loin que possible des bordures de champ ou des voies carrossables afin de réduire le risque de prédation du nid.

    Responsable de projet

    Markus Jenny

    Partenaire

    IP-Suisse
    Schweizerische Hochschule für Landwirtschaft / Berner Fachhochschule

    Publications

    Jenny, M., S. Michler, J. Zellweger-Fischer, S. Birrer & R. Spaar (2014):
    Favorister l'Alouette de champs. Fiche info