Méthodes : repérage indirect par géolocalisateur

      Le principe est très ancien car les navigateurs du Moyen Âge le connaissaient déjà : la détermination de la position grâce à l'heure du lever et du coucher du soleil. Ce qui est nouveau, c'est l'application de ce principe sous la forme d'un géolocalisateur intégré dans un minuscule appareil électronique qui ne pèse que 0,5 g. Un géolocalisateur mesure l'intensité du rayonnement solaire et l'heure, et enregistre ces données pendant une année. Au retour de l'oiseau migrateur, ces données permettent de reconstituer son itinéraire.

      Objectifs

      Un petit géolocalisateur de 1 g a été mis au point et placé cet été sur 5 espèces d’oiseaux différentes. Les premiers résultats de ces oiseaux sont attendus pour l'été 2010 quand ils reviendront de leurs quartiers d'hiver. Le développement du géolocalisateur continue et dans la phase suivante, nous prévoyons de mettre au point un appareil encore plus léger de seulement 0,5 g qui devrait être opérationnel au printemps 2010.

      Procédé

      Ce projet interdisciplinaire est coordonné par la Station ornithologique (Erich Baechler, Felix Liechti, Beat Naef-Daenzer). Les appareils sont mis au point par la HES de technique et d'informatique de Berne (HESB-TI, Roger Weber, Simon von Ballmoos, Daniel Lanz). Le logiciel de traitement et de dépouillement des données est développé par la Station ornithologique (Erich Bächler, Fränzi Korner-Nievergelt).

      Importance

      Les appareils de localisation assistés par satellite ont été utilisés avec succès au cours des dernières années pour l'observation des grands oiseaux (ex: cigognes, divers rapaces) ; ils ont fourni des résultats spectaculaires sur leurs performances migratoires. Les appareils assistés par satellite sont toutefois encore beaucoup trop lourds pour être utilisés sur des oiseaux chanteurs. Les géolocalisateurs peuvent désormais combler cette lacune. Nous espérons que l'emploi des géolocalisateurs fournira de nouvelles informations sur les itinéraires et les zones d'hivernage d'oiseaux chanteurs indigènes, ainsi que sur les éventuelles menaces à l'extérieur de leur zone de nidification.

      Résultats

      Les travaux de mise au point du géolocalisateur de 1 g sont terminés. La mise au point du géolocalisateur de 0,5 g a commencé en automne 2009.

      Responsable de projet

      geolocator@vogelwarte.ch

      Partenaire

      Berner Fachhochschule Technik und Informatik (BFH-TI)

      Soutien financier

      Promotion des technologies environnementales de l'OFEV

      Publications

      Scandolara, C., D. Rubolini, R. Ambrosini, M. Caprioli, S. Hahn, F. Liechti, A. Romano, M. Romano, B. Sicurella & N. Saino (2014):
      Impact of miniaturized geolocators on barn swallow Hirundo rustica fitness traits
      Liechti, F., W. Witvliet, R. Weber & E. Bächler (2013):
      First evidence of a 200-day non-stop flight in a bird.