Entre deux mondes : modélisation de la migration des oiseaux

      Durant la migration, les oiseaux alternent phases de vols et longues périodes de repos, au cours desquelles ils accumulent des réserves pour le vol suivant. Le choix d´aires de repos de qualité est déterminant pour assurer un bon déroulement de la migration et arriver à temps sur les sites de nidification.

      Objectifs

      Quels paramètres un oiseau migrateur doit-il suivre afin de tirer parti au mieux de milieux qui varient dans le temps et l'espace ?

      A l'aide de simulations informatiques, nous voulons analyser les critères selon lesquels les oiseaux sélectionnent leurs aires de repos et l'importance que revêt la disponibilité des aliments (quelle quantité, quelle qualité, quel moment ?) dans le choix de l'aire de repos et le « planning » de la migration.
      En outre, nous aimerions savoir quelles variables propres à l'aire de repos jouent un rôle déterminant dans le déroulement de la migration, et en fonction de quelles variables environnementales les oiseaux décident quand et vers quelle destination ils poursuivent leur route.

      Procédé

      La mise au point de modèles informatiques simulant la migration des oiseaux doit contribuer à répondre à ces questions. Une importance toute particulière revient aux modèles d'optimalité dits « state-dependent », dans lesquels les organismes sont caractérisés sur la base de variables relatives à leur état (ex : réserves corporelles) et peuvent accomplir une activité déterminée à chaque étape. En guise de variante, nous utiliserons aussi des modèles basés sur les individus, qui se distinguent des modèles d'optimalité sur le plan de certaines hypothèses importantes.

      Dans un premier temps, nous nous concentrerons sur la migration de printemps, que nous étudierons en détail dans un modèle. Par la suite, nous envisageons de développer des modèles pour la migration automnale et pour l'ensemble de l'année (annual routine models), et nous comparerons les résultats de tous les modèles.

      Importance

      Les modèles servent à comprendre les corrélations complexes et à tester les hypothèses qu'il est impossible ou très difficile d'étudier dans la nature. Les modèles permettent donc d'évaluer les incidences éventuelles des changements environnementaux, par exemple, le réchauffement climatique, sur la qualité des aires de repos et donc sur la migration, ainsi que finalement sur la mortalité et la reproduction des oiseaux.

      Responsable de projet

      Silke Bauer, Felix Liechti

      Partenaire

      Prof. Marcel Klaassen, Netherlands Institute of Ecology (NIOO-KNAW), P.O.Box 1299, 3600 BG Maarssen, The Netherlands

      Dr. Judy Shamoun-Baranes & Prof. Willem Bouten, IBED - Institute for Biodiversity and Ecosystem Dynamics
      Universiteit van Amsterdam, Nieuwe Achtergracht 166, 1018 WV Amsterdam, The Netherlands

      Publications

      Bauer, S., S. Lisovski & S. Hahn (2016):
      Timing is crucial for consequences of migratory connectivity.
      Kölzsch, A., S. Bauer, R. de Boer, L. Griffin, D. Cabot, K.-M. Exo, H.P. van der Jeugd & B.A. Nolet (2015):
      Forecasting spring from afar? Timing of migration and predictability of phenology along different migration routes of an avian herbivore.
      Nolet, B. A., S. Bauer, N. Feige, Y. I. Kokorev, I. Y. Popov & B.S. Ebbinge (2013):
      Faltering lemming cycles reduce productivity and population size of a migratory Arctic goose species.
      McNamara, J.M., Z. Barta, M. Klaassen & S. Bauer (2011):
      Cues and the optimal timing of activities under environmental changes.