Le rôle de la corticostérone pendant la migration

    Un vol au long cours demande une bonne préparation de l’organisme pour cette performance de longue durée qui doit parfois être exécutée sans prise de nourriture. L’oiseau doit adapter son organisme en conséquence et régler son métabolisme pour d’une part former rapidement des dépôts de graisse et d’autre part utiliser ces réserves adipeuses de manière optimale. Nous avons étudié si la corticostérone, l’hormone glucocorticoïde prédominant chez les oiseaux, régule le changement entre ces deux voies métaboliques opposées.

    Objectifs

    La plupart des oiseaux volent par étape lorsqu’ils vont vers leurs quartiers d’hiver et en reviennent. Cela signifie qu’ils alternent les arrêts dans les aires de repos pour reprendre du poids avec les vols de longue durée pendant lesquels ils brûlent leurs réserves de graisse. Mais jusqu’à présent, on ne savait que peu de choses sur la manière dont est régulé le changement entre l’anabolisme et le catabolisme. L’hormone glucocorticoïde corticostérone est une hormone métabolique potentielle qui pourrait jouer un rôle clé dans le bilan énergétique. Notre objectif était de mesurer la corticostérone des oiseaux migrateurs pendant les différents stades.

    Procédé

    Nous avons mesuré la corticostérone plasmatique des oiseaux migrateurs qui ont été capturés pendant leur vol et cela non seulement en liberté chez plusieurs espèces de petits passereaux mais aussi dans le cadre d’expériences avec des bécasseaux maubèches, Calidris canutus, qui avaient volé jusqu’à 10 heures dans une soufflerie (collaboration avec l’université de Lund). Nous avons comparé les concentrations des oiseaux migrateurs ayant différentes stratégies de vol (migration au long cours, migration à courte distance et invasion).  Par ailleurs, au cours d’expériences menées en collaboration avec l’université de Stockholm, le champ géomagnétique de rossignols philomèles a été manipulé pendant la migration automnale. Nous voulions découvrir si le champ géomagnétique pouvait être un facteur capable de déclencher des adaptations physiologiques.

    Résultats

    Durant le vol au long cours, les concentrations basales de corticostérone sont augmentées légèrement, mais de manière significative. Cette valeur basale élevée en état de jeûne favorise la mobilisation des réserves énergétiques. Seuls les oiseaux qui ne disposent plus de réserve de graisse et qui ont des muscles pectoraux décharnés montrent une forte hausse de corticostérone, à une concentration indiquant un stress. A ces concentrations élevées, la corticostérone déclenche une utilisation accrue des protéines et peut-être aussi un changement de comportement. Par contre, pendant l’escale, quand l’oiseau se nourrit et qu’il se trouve dans une phase d’absorption, une valeur basale légèrement augmentée déclenche l’augmentation de l’absorption alimentaire et de la formation du dépôt adipeux. Les expériences ont montré que le champ géomagnétique pouvait être un déclencheur qui signale aux oiseaux leur position et lance le processus les préparant à la traversée de la mer ou du désert.

    Responsable de projet

    Susi Jenni-Eiermann, Lukas Jenni

    Partenaire

    Dr. Åke Lindström und Anders Kvist, Universität Lund, Schweden
    Dr. Cecilia Kullberg, Dept. of Zoology, Stockholm University
    Prof.Dr. Theunis Piersma, Netherlands Institute for Sea Research, Texel, Niederlande
    Prof. Dr. Hubert Schwabl, Washington State University Pullman
    Dr. Fernando Spina, Istituto Nazionale per la Fauna Selvatica, Bologna, Italien

    Publications

    Falsone, K., S. Jenni-Eiermann & L. Jenni (2009):
    Corticosterone in migrating songbirds during endurance flight.
    Henshaw, I., T. Fransson, S. Jakobsson, S. Jenni-Eiermann & C. Kullberg (2009):
    Information from the geomagnetic field triggers a reduced adrenocortical response in a migratory bird.
    Jenni-Eiermann, S., D. Hasselquist, Å. Lindström, A. Koolhaas & T. Piersma (2009):
    Are birds stressed during long-term ?ights? A wind-tunnel study on circulating corticosterone in the red knot.
    Hasselquist, D., Å. Lindström, S. Jenni-Eiermann, A. Koolhaas, & T. Piersma (2007):
    Long flights do not influence immune responses of a long-distance migrant bird: a wind-tunnel experiment.
    Gwinner, E., M. Zeman, I. Schwabl-Benzinger, S. Jenni-Eiermann, L. Jenni & H. Schwabl (1992):
    Corticosterone Levels of Passerine Birds During Migratory Flight.