Publications

    

    Sattler, T., P. Knaus, H. Schmid & B. Volet (2016)

    État de l'avifaune en Suisse. Rapport 2016.

    Further information

    Station ornithologique suisse Sempach

    Contact

    thomas.sattler@vogelwarte.ch

    PDF

    Download

    Résumé

    Le retour du Gypaète barbu constitue un succès sans précédent dans l’histoire de la protection de la nature: depuis 2015, ce rapace figure à nouveau parmi les espèces nicheuses régulières en Suisse, car il s’y est reproduit au cours de neuf des dix dernières années!
    La réussite d’une réintroduction ne va pas de soi, comme nous le révèlent les décennies d’efforts menés en faveur du Gypaète barbu. Après de premières tentatives infructueuses, 35 spécialistes réunis à Morges, au bord du lac Léman, ont lancé en 1978 un projet international de réintroduction de l’espèce dans les Alpes. Il a fallu beaucoup d’engagement personnel et de persévérance jusqu’à ce que les premiers oiseaux soient lâchés en 1986 en Autriche et que le projet puisse porter ses fruits. Pour de telles actions, il faut établir un dossier scientifique, connaître les causes de l’extinction et les avoir éliminées. Disciplines et institutions diverses doivent collaborer par-delà les frontières. Il importe d’informer le public et les autorités afin de faire accepter le projet et d’assurer son financement. À cet égard, les différents acteurs qui se sont associés au sein de la fondation Pro Gypaète et de la Vulture Conservation Foundation méritent tout notre respect et notre reconnaissance!
    Cette histoire le montre bien: une réintroduction représente un travail énorme. C’est pourquoi il faut tout faire pour que les espèces rares ne disparaissent pas et que les espèces répandues ne se raréfient pas. La Station ornithologique suisse s’y emploie. Dans le département «Surveillance de l’avifaune», avec le concours irremplaçable de plus de 2000 bénévoles, nous assurons chaque année un suivi général de l’évolution des oiseaux nicheurs et des hôtes de passage en Suisse. Le présent rapport en livre les principaux résultats. Cet incessant travail de fond permet de détecter les changements de manière précoce afin de pouvoir réagir à temps en cas de déclin. Qui aurait pensé que les effectifs du Verdier d’Europe, largement répandu, auraient chuté d’environ un tiers depuis 2012? À l’inverse, il est aussi possible de constater des évolutions positives: l’Hirondelle de rochers, par exemple, a augmenté d’environ 40 % depuis 2005.
    Cette année, le rapport sur l’état de l’avifaune met l’accent sur les oiseaux de montagne. Seules quelques espèces adaptées peuvent survivre dans un environnement aussi rude. En raison de la situation géographique de la Suisse, nous assumons une responsabilité particulière à leur égard. À première vue, les régions de montagne semblent peu influencées par l’homme. Pourtant les transformations liées à l’exploitation agricole ou au changement climatique touchent aussi les Alpes. Selon les endroits, des pâturages sont abandonnés ou font l’objet d’une culture intensifiée, les températures montent, les glaciers fondent – bref, les conditions de vie des habitants des Alpes connaissent également de profondes mutations.
    Nous vous souhaitons une agréable lecture et vous remercions du soutien constant que vous apportez à notre travail en faveur des oiseaux et de la nature en général!
    Dr Thomas Sattler