Publications

    

    Sattler, T., P. Knaus, H. Schmid & B. Volet (2017)

    État de l'avifaune en Suisse. Rapport 2017.

    Further information

    Station ornithologique suisse Sempach

    Contact

    thomas.sattler@vogelwarte.ch

    PDF

    Download

    Résumé

    Le Héron pourpré qui illustre notre couverture a de bonnes raisons de redresser la tête. Cet oiseau connaît en effet une envolée: les ornithologues ont répertorié 17 couples en 6 endroits en 2016. C’est le chiffre le plus élevé de ces cinquante dernières années. L’espèce est toutefois connue pour les fluctuations assez marquées de ses effectifs, qui dépendent de la sécheresse de ses quartiers d’hiver et du niveau des eaux dans les zones de nidification.
    Diverses autres espèces sont également en plein essor: le Goéland leucophée, le Milan royal, la Chevêche d’Athéna, le Pic mar, le Pigeon ramier, le Corbeau freux, le Pouillot de Bonelli, et même la Cigogne blanche. Nous ne comprenons pas chez tous les mécanismes de ces hausses notables d’effectifs. Mais, grâce à un réseau bien développé de plus de 2000 bénévoles dans tout le pays, nous sommes en mesure, aujourd’hui mieux que jamais, de mettre en évidence ces évolutions. C’est aussi le cas pour les espèces communes, dont nous possédons une vue d’ensemble bénéficiant d’une renommée internationale grâce aux relevés sur le terrain achevés en 2016 pour l’atlas des oiseaux de nicheurs de Suisse et grâce à des projets menés sur la durée comme le Monitoring des oiseaux nicheurs répandus.
    Ces projets sont complétés par notre grande «marmite de données», le portail internet ornitho.ch, qui a fêté ses dix années d’existence début 2017. Ce système d’information centralisé a été mis au point, avec notre soutien, par la société valaisanne Biolovision S.à.r.l., et montre entre autres où se situent les «raretés» ornithologiques ou si des afflux d’oiseaux sont en cours. Les quelque 13 millions d’observations actuellement enregistrées permettent d’illustrer la présence saisonnière et géographique de chaque espèce et d’analyser les tendances, comme il convient de le faire par exemple pour l’indicateur printanier. Mais ornitho.ch est encore davantage que cela, car notre objectif est de développer un outil que chaque utilisateur pourra employer pour enregistrer les résultats des recensements des oiseaux d’eau, des recensements spéciaux et, prochainement aussi, les homologations des observations d’espèces rares.
    Toutes les espèces ne se portent pas aussi bien que le Héron pourpré et ses comparses. Ces dernières années, nos équipes ont constaté des reculs chez de nombreuses espèces, en particulier parmi les habitants des zones humides et les migrateurs transsahariens: Tourterelle des bois, Tarier des prés, Fauvette des jardins, Hypolaïs ictérine, Pouillot siffleur et Pouillot fitis. Le sort du Bruant ortolan est particulièrement préoccupant car il ne subsiste qu’une poignée de mâles chanteurs – ils étaient au moins 200 il y a vingt ans. Enfin, il y a les espèces dont nous pensions qu’elles avaient «passé le cap» depuis longtemps, comme le Faucon pèlerin ou l’Autour des palombes, et qui affichent à nouveau des chutes d’effectifs.
    D’une grande précision, les recensements que nous réalisons grâce au soutien généreux d’un large public et grâce à l’OFEV constituent une base importante pour la conservation des espèces. La Station ornithologique remplit ainsi une mission essentielle. Mais le défi qui subsiste est beaucoup plus compliqué: déterminer les raisons des reculs parfois considérables et prendre des mesures efficaces et appropriées.
    Hans Schmid
    Responsable de la section Monitoring