Préférence de la bécasse des bois en matière d'habitat dans le jura neuchâtelois

    Pendant la période de nidification, la bécasse des bois est un limicole forestier très discret, dont le mode de vie et les exigences en matière d’habitat ne sont que peu étudiés en Suisse. Les populations nicheuses ont clairement diminué ces dernières décennies. Dans le cadre d’un projet de radiotélémétrie, l’utilisation du territoire de la bécasse des bois a été étudiée dans la région du Val de Travers (jura neuchâtelois) afin de mieux comprendre les exigences en matière d’habitat pendant la période de reproduction, et de formuler des mesures de conservation.

    Objectifs

    D’après le nouvel Atlas des oiseaux nicheurs, les oiseaux des forêts se portent relativement bien. Pour autant, les données montrent que les effectifs des espèces sensibles des forêts diminuent pour des raisons inconnues. L’une de ces espèces est la bécasse des bois.

    Les causes possibles pourraient être des changements dans la structure de la forêt (densification, assombrissement) ou dans la qualité du sol et la disponibilité des ressources alimentaires (acidification, drainage des sols). En outre, les dérangements dus à l’homme, ainsi que la prédation par des ennemis naturels et la mortalité supplémentaire due à la chasse, pourraient jouer un rôle.

    Dans le cadre d’un projet de recherche initié par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), la Station ornithologique suisse et le Centre de Cartographie de la Faune (CSCF) ont étudié conjointement comment les mâles de bécasse des bois utilisent leur habitat dans le Jura neuchâtelois (région du Val de Travers), et comment la présence de la bécasse des bois et différentes variables de leur habitat sont liés.
    Les résultats devraient améliorer nos connaissances sur les exigences en matière d’habitat afin que des mesures efficaces de conservation et de protection puissent être formulées.

    Procédé

    De 2016 à 2018, plus de 50 mâles de bécasse des bois ont été capturés dans le Jura neuchâtelois et équipés d’émetteurs de télémétrie. Des informations précises sur l’utilisation du territoire ont ainsi pu être recueillies. En 2017, l’habitat forestier de la zone d’étude a également été décrit en détail à des endroits où l’espèce était présente de manière sûre ainsi que sur des sites dont elle était présumablement absente. Des données sur la végétation, la qualité du sol, les petites structures et les perturbations ont été collectées. Le travail de master de Chris Venetz quantifie la disponibilité en vers de terre, la principale source de nourriture de la bécasse des bois, dans les forêts occupées et inoccupées.

    Importance

    Les études sur les exigences de la bécasse des bois en matière d’habitat pendant la période de nidification ont été principalement menées en Angleterre et en France. En Suisse, une étude a examiné la biologie de reproduction à partir d’un petit nombre d’oiseaux dans les Préalpes. De telles données manquent dans le Jura occidental, l’une des principales aires de répartition de la bécasse des bois en Suisse. L’étude nous aide à mieux comprendre les besoins en habitat de cette espèce discrète en période de reproduction dans l’aire principale de répartition. Les données obtenues livrent les bases pour des travaux scientifiques et des recommandations pour la pratique. Les représentants des autorités, des forestiers ou des défenseurs de la nature au niveau local devraient recevoir des informations fiables et pouvoir mettre en œuvre des mesures de conservation de manière efficiente.

    Résultats

    La bécasse des bois colonise des habitats forestiers riches en structures, dans lesquels les perturbations dues à l’homme sont rares, et qui offrent également une bonne couverture de même que des espaces ouverts. Les sols doivent en particulier être propices à la recherche de nourriture et aux déplacements. Sont privilégiés des sols humides en permanence avec un pH entre 5 et 6, ce qui est lié à la disponibilité de la nourriture. L’abondance des vers de terre joue un rôle important: plus il y a de vers de terre disponibles dans une surface, plus la surface est utilisée intensivement.
    Notre étude fournit des connaissances importantes sur les exigences différenciées en matière d’habitat pendant la période de nidification.

    Responsable de projet

    Benjamin Homberger
    Pierre Mollet
    Martin Grüebler

    Partenaire

    Centre Suisse de la Cartographie de la Faune (CSCF)
    Office fédéral de l’environnement OFEV