Réintroduction des perdrix grises en relation avec la génétique et les conditions d'élevage

    Quels rôles jouent l’origine et les conditions d’élevage sur la condition physique dans la nature? Ces questions ont été étudiées dans le cadre d’un projet de réintroduction de perdrix grises.

    Objectifs

    Les animaux s’adaptent en permanence à leur environnement. Leur état physique et leur comportement, appelés phénotype en biologie, sont contrôlés par les interactions entre des gènes et des conditions environnementales. Déjà avant la naissance, les conditions environnementales peuvent influencer de manière durable le développement de la progéniture, par exemple en cas de manque de nourriture pendant la période de nidification. Des tels effets prénataux pourraient préparer l’oiseau à naître à ce qui l’attend après l’éclosion. Selon l’environnement auquel l’oisillon est exposé dans l’œuf ou juste après l’éclosion, il pourrait être plus ou moins bien armé pour son futur environnement. L’objectif principal de l’étude était de choisir l’origine et les conditions d’élevage des perdrix grises de manière à ce qu’elles soient préparées de manière optimale pour la survie dans la nature.

    Procédé

    Dans le cadre d’une thèse de doctorat, des perdrix grises ont été élevées en captivité puis relâchées en Champagne genevoise dans le canton de Genève. Les effets de la disponibilité alimentaire avant et après l’éclosion sur le développement corporel, le comportement et la survie des perdrix grises ont été étudiés. Les perdrix grises provenaient de deux lignées d’élevage. Les individus de la lignée dite domestiquée étaient tenus en captivité par l’homme déjà depuis plus de 30 générations. Ils s’étaient ainsi adaptés à la vie dans la volière. Les individus de la lignée dite sauvage ne vivaient en captivité que depuis trois générations et étaient donc plus proches des populations sauvages. Différentes conditions environnementales ont été simulées au moyen d’expériences sur l’alimentation. Pendant la ponte des œufs et les quatre premières semaines de vie, les couples de parents de ces deux lignées ou leur progéniture avaient soit libre accès à de la nourriture (alimentation prévisible), soit un accès quotidiennement interdit pendant trois à quatre heures à différents moments (alimentation imprévisible). Cette expérience sur l’alimentation simulait des conditions environnementales qui peuvent également se produire dans la nature et qui pourraient influencer le développement, et plus tard la survie, des individus. Pendant la croissance, les individus des groupes expérimentaux ont été étudiés. Après les avoir relâchés, la morphologie, la physiologie, le comportement et la survie ont été comparés entre les groupes.

    Résultats

    En comparaison avec les individus de lignée domestique, les oiseaux de lignée sauvage ont montré des réponses immunitaires plus fortes, une réponse hormonale au stress plus marquée et une plus grande résistance contre le stress oxydatif (c’est-à-dire une capacité accrue à éliminer les radicaux libres de l’oxygène dans le corps). Les oiseaux de la lignée domestique semblaient donc physiologiquement bien armés pour survivre dans la nature. Certains éléments indiquent que l’alimentation imprévisible des oiseaux adultes pendant la ponte renforce la réaction hormonale au stress des poussins après l’éclosion. Les conditions imprévisibles avant la naissance pourraient donc contribuer à une réaction plus adéquate aux perturbations de l’environnement. L’alimentation imprévisible des poussins après l’éclosion a renforcé la réponse immune et augmenté la probabilité de survie dans la nature. Des difficultés maîtrisables pendant la période de croissance pourraient par conséquent être importantes pour réussir plus tard dans la nature. Les individus qui s’aventuraient rapidement dans des zones qui leur étaient inconnues pendant les tests de comportement, qui montraient donc un comportement peu timide, avaient de plus grandes chances de survie que les individus passifs et timides. Une personnalité peu timide pourrait donc être utile pour l’exploration et la colonisation de nouveaux habitats.

    Les perdrix grises sont des oiseaux sociaux qui passent une grande partie de l’année sous forme de ce qu’on appelle des compagnies. Les compagnies de perdrix grises étaient différents à tous les niveaux, de la physiologie au comportement et à la survie. Les compagnies de perdrix intactes et stables sont très importantes pour la survie de chaque individu et donc pour le succès d’une réintroduction.

    Les résultats montrent que même de petits changements dans les conditions environnementales avant et après l’éclosion peuvent influencer le développement et la survie d’un oiseau. Des mesures simples, comme une alimentation imprévisible en captivité, peuvent augmenter la probabilité de survie dans la nature et ainsi contribuer au succès des réintroductions.

    Responsable de projet

    Lukas Jenni, Susi Jenni-Eiermann

    Partenaire

    Alexandre Roulin, Université de Lausanne

    Soutien financier

    Fonds national suisse de la recherche scientifique

    Publications

    Jenni, L., N. Keller, B. Almasi, J. Duplain, B. Homberger, M. Lanz, F. Korner-Nievergelt, M. Schaub & S. Jenni-Eiermann (2015):
    Transport and release procedures in reintroduction programs: stress and survival in grey partridges.