Nouveau manuel sur la dynamique des populations

    Ce premier manuel au monde consacré aux modèles de populations intégrés est l’oeuvre de Michael Schaub et Marc Kéry, deux chercheurs de la Station ornithologique. Il paraît chez Academic Press, maison d’édition renommée.
    Ce premier manuel au monde consacré aux modèles de populations intégrés est l’oeuvre de Michael Schaub et Marc Kéry, deux chercheurs de la Station ornithologique. Il paraît chez Academic Press, maison d’édition renommée.

    Pour mieux comprendre les changements survenant dans les effectifs d’une espèce, la dynamique des populations joue un rôle essentiel. Tout changement est la résultante des quatre processus démographiques que sont la survie, la reproduction, l’immigration et l’émigration. Les études de terrain sur la dynamique des populations sont cependant complexes, car de nombreux facteurs interviennent, sans compter qu’il est généralement impossible d’observer et de recenser tous les individus. Les données recueillies montrent ainsi une image incomplète voire biaisée de la dynamique d’une population. Pour cette raison, les processus démographiques doivent être évalués à l’aide de modèles statistiques. Pour comprendre une dynamique, on utilisait auparavant un modèle différent pour chaque série de données, et on réinsérait ensuite les estimations obtenues dans un modèle de population. Cette méthode n’est pas efficace car elle n’exploite pas toutes les informations disponibles. Dans les modèles populationnels intégrés, en revanche, toutes les données à disposition sont entrées dans un seul modèle, qui fournit des estimations plus précises et permet d’évaluer des processus démographiques que l’on ne peut pas observer directement. Destiné aux spécialistes, un manuel vient de paraître qui traite des modèles de population intégrés et qui montre comment ces modèles peuvent être développés et utilisés. L’utilisation accrue de ce type de modèles permettra d’approfondir les connaissances sur la dynamique des populations, et de contribuer ainsi à une meilleure conservation des populations menacées.