Un nouvel essor pour un marais essoré

    Depuis 1900, on estime que la surface totale des marais en Suisse a diminué de 82 %. Aujourd’hui encore, malgré leur mise sous protection, la qualité de ces biotopes continue de se détériorer. Des mesures ciblées permettront de renverser la vapeur.

    De petites digues et des étangs sont aménagés à l’aide d’une pelle mécanique afin de remettre en eau le marais asséché.
    De petites digues et des étangs sont aménagés à l’aide d’une pelle mécanique afin de remettre en eau le marais asséché.
    photo © Yvan Matthey
    La leucorrhine à gros thorax, menacée en Suisse, est une espèce cible des mesures de régénération du Marais de la Châtagne.
    La leucorrhine à gros thorax, menacée en Suisse, est une espèce cible des mesures de régénération du Marais de la Châtagne.
    photo © Sébastien Tschanz

    La vallée de la Brévine dans le canton de Neuchâtel est un site marécageux d’importance nationale et contient plusieurs objets inscrits à l’inventaire fédéral des hauts-marais, dont le Marais de la Châtagne. La partie centrale de ce marais est une ancienne exploitation de tourbe horticole, abandonnée en 1995. Fortement altérée par les activités d’extraction, cette tourbière s’est progressivement asséchée et a été colonisée par de nombreux saules, perdant ainsi de son attrait pour la faune et la flore typique des hauts-marais. En 2020, Pro Natura Neuchâtel a pu acquérir cette parcelle de près de 5 hectares, dans le but d’éclaircir le marais embroussaillé, ralentir l’écoulement de l’eau pour remouiller le sol tourbeux et recréer une dizaine de plans d’eau. La Station ornithologique suisse a alors été sollicitée pour soutenir ce projet de revalorisation écologique.

    C’est par son nouveau programme « Un nouvel essor pour l’avifaune » que la Station ornithologique s’est engagée en faveur de ce projet, en y apportant un soutien technique et financier. Nous avons ainsi établi une liste d’espèces d’oiseaux qui pourraient profiter des aménagements, et avons évalué les différentes mesures selon leurs effets potentiels sur l’avifaune. L’évolution du haut-marais sera étroitement surveillée, afin d’adapter l’entretien si cela s’avère nécessaire. En particulier, un suivi des effectifs nicheurs sera réalisé, notamment ceux des espèces cibles comme le pipit des arbres et le pouillot fitis. En outre, une collaboration avec le Service cantonal de la Faune, des Forêts et de la Nature permettra d’effectuer un suivi des odonates, le groupe taxonomique cible principal de ces travaux de revalorisation. L’expérience démontre que des espèces menacées et très rares comme la leucorrhine à gros thorax (Leucorrhinia pectoralis) ou la leucorrhine à front blanc (L. albifrons) ont réagi très rapidement et positivement aux mesures de régénération d’autres tourbières dans la région. Le potentiel de colonisation des plans d’eau nouvellement créés paraît donc particulièrement élevé.

    Les travaux initiaux ont été achevés en novembre 2021 et devraient permettre à une avifaune diversifiée de profiter de ce site renaturé, non seulement durant la période de nidification mais aussi lors d’escales migratoires. Afin de maintenir le marais en eau ainsi qu’une mosaïque de différents milieux, un entretien régulier et ciblé sera néanmoins nécessaire dans le futur. La Station ornithologique a donc conclu un partenariat avec Pro Natura Neuchâtel qui s’inscrit dans la durée.

    Un nouvel essor pour l’avifaune

    Avec son programme pluriannuel « Un nouvel essor pour l’avifaune », la Station ornithologique souhaite revaloriser des habitats en faveur de l’avifaune et de la biodiversité en général, garantis sur le long terme. Pour ce faire, nous recherchons dans toute la Suisse des partenaires ayant des surfaces d’au moins 3 ha à disposition. Vous trouverez de plus amples informations ainsi qu’un formulaire pour l’annonce de vos projets et idées sur www.vogelwarte.ch/nouvelessor.