Bûcheronnage en été et protection des oiseaux

      D’un point de vue écologique, utiliser le bois est sensé. Cependant, avec l’accroissement de l’exploitation du bois y compris en été, on constate une nette augmentation des dérangements, et des nichées sont détruites. Pour ne pas nuire aux oiseaux en pleine nidification, il convient de renoncer aux travaux forestiers entre avril et août.

      Périodes de reproduction approximatives de quelques espèces qui nichent en forêt. Pour ne pas perturber la nidification des oiseaux, il convient de s’abstenir de tout bûcheronnage entre avril et août (zone en gris).
      Périodes de reproduction approximatives de quelques espèces qui nichent en forêt. Pour ne pas perturber la nidification des oiseaux, il convient de s’abstenir de tout bûcheronnage entre avril et août (zone en gris).
      photo © Station ornithologique suisse
      Lorsque le bûcheronnage est effectué en été, les grosses machines peuvent  provoquer d’importantes perturbations.
      Lorsque le bûcheronnage est effectué en été, les grosses machines peuvent provoquer d’importantes perturbations.
      photo © Markus Schuhmacher
      Les jeunes bondrées apivores s’envolent pour la plupart en août seulement. Pour ne pas mettre en péril les nichées de ce rapace discret et sensible aux dérangements, il faut renoncer aux travaux forestiers estivaux.
      Les jeunes bondrées apivores s’envolent pour la plupart en août seulement. Pour ne pas mettre en péril les nichées de ce rapace discret et sensible aux dérangements, il faut renoncer aux travaux forestiers estivaux.
      photo © Ralf Kistowski

      L’utilisation du bois est judicieuse d’un point de vue écologique, car il est une matière première renouvelable. En l’exploitant correctement, on peut de plus exercer une influence positive sur nombre d’oiseaux des forêts – par un mélange adéquat de surfaces jeunes et âgées, et en évitant la création de grandes surfaces uniformes et monotones, par exemple. Une exploitation favorisant la forêt claire peut être bénéfique à de nombreuses végétaux et animaux. Quelques oiseaux spécialisés peuvent aussi profiter de ces forêts claires : l’engoulevent, la tourterelle des bois et le pic mar, entre autres.

      Cependant, le bûcheronnage provoquent aussi des dérangements. Actuellement, rien ne laisse à penser qu’il constitue un problème au niveau des populations, tant qu’ils a lieu en hiver. Ces dernières années cependant, on constate une augmentation des coupes de bois à la belle saison. C’est devenu intéressant du point de vue commercial, car des techniques nouvelles permettent de mieux faire sécher le bois rempli de sève. De plus, on peut ainsi engager machines et personnel toute l’année. Toutefois, si la récolte du bois tombe sur la période de reproduction, les dérangements ont un impact beaucoup plus fort sur les oiseaux. Les nids, les œufs et les poussins ne sont pas mobiles, ce qui en fait souvent les victimes de travaux forestiers même légers. Par ailleurs, les oiseaux abandonnent souvent leur nichée suite à un dérangement, ou renoncent même à nicher. Le succès de reproduction en pâtit.

      Ces échecs de reproduction sont-ils problématiques à l’échelle des populations ? La réponse diffère d’une espèce à l’autre et dépend de la surface touchée par les travaux. Il est probable que le bûcheronnage estival n’a quasiment pas d’influence sur l’effectif de la plupart des nicheurs fréquents et répandus, comme les fringilles ou les mésanges. Il en va autrement pour certaines espèces plus rares aux effectifs plus faibles et aux exigences spéciales. Le grand tétras, le pic cendré, des rapaces comme la bondrée et le faucon hobereau, et quelques autres espèces, sont beaucoup plus sensibles aux dérangements. On ne connaît les emplacements précis des nids que pour une minorité de ces espèces ; il est ainsi quasiment impossible d’en tenir compte à l’échelle d’une petite surface. Pour cette raison, la Station ornithologique recommande de renoncer aux travaux de bûcheronnage en forêt entre avril et août. Les espèces présentes et l’altitude de la coupe sont les principaux facteurs permettant de déterminer la période pour les travaux.

      Il est important de souligner que la période de reproduction de nombreuses espèces (rapaces diurnes et nocturnes, pics, gallinacés etc.) débute avant avril, et que la nidification du pigeon colombin, de la bondrée et du faucon hobereau peut durer jusque tard au mois d’août. C’est pourquoi, durant la reproduction un peu plus longue de ces oiseaux, il convient de renoncer aux travaux forestiers dans les peuplements de vieux bois. En cas de soupçon ou de preuve de nidification de ces espèces, il faut renoncer à tous travaux jusqu’à la mi-août.