Des points pour la biodiversité

    Depuis 2010, l’association paysanne IP-Suisse travaille avec un système de « points biodiversité ». Les mesures mises en œuvre favorisent la diversité des espèces, et le système montre comment la perte de biodiversité en milieu agricole peut être ralentie.

    Part de surfaces de promotion de la biodiversité (SPB) avec qualité sur la surface agricole utile, par exploitation (moyenne de toutes les exploitations labellisées IP-Suisse). Vert : part de SPB « projet de qualité ». En brun : part de SPB de haute valeur écologique.
    Part de surfaces de promotion de la biodiversité (SPB) avec qualité sur la surface agricole utile, par exploitation (moyenne de toutes les exploitations labellisées IP-Suisse). Vert : part de SPB « projet de qualité ». En brun : part de SPB de haute valeur écologique.
    photo © Station ornithologique suisse
    De nombreuses espèces animales et végétales typiques des terres assolées sont menacées. Ces dernières doivent accueillir davantage de jachères fleuries et autres surfaces de promotion de la biodiversité.
    De nombreuses espèces animales et végétales typiques des terres assolées sont menacées. Ces dernières doivent accueillir davantage de jachères fleuries et autres surfaces de promotion de la biodiversité.
    photo © Roman Graf

    Les oiseaux des zones rurales ont continué de perdre des plumes au cours des dernières décennies. Les effectifs de 30 espèces typiques de ces milieux ont ainsi diminué de moitié depuis 1990. Juguler cette évolution négative doit être une priorité de la protection de la nature, et à cet égard le soutien de l’agriculture est indispensable. Les producteurs sous label IP-Suisse ont renforcé depuis 2010 les mesures en faveur de la biodiversité. Ce faisant, ils créent et exploitent aussi des habitats spécialement pour la faune et la flore. De nombreuses espèces d’oiseaux figurant dans les Objectifs environnementaux pour l’agriculture OEA peuvent ainsi être favorisées.

    A l’aide d’un système de points développé en collaboration avec la Station ornithologique, les producteurs sous label IP-Suisse peuvent attester des mesures qu’ils mettent en œuvre pour la biodiversité sur leur exploitation. La Station et l’Institut de recherche de l’agriculture biologique FiBL ont pu montrer, dans le cadre du projet « Les paysans marquent des points », que ce système constitue un bon outil de mesure de la biodiversité au niveau de l’exploitation. Ils ont pour cela mesuré le nombre d’espèces et la densité des plantes vasculaires, des sauterelles et criquets, des papillons et des oiseaux. Outre le nombre et la densité d’espèces dans l’ensemble, ils ont aussi calculé le nombre et la densité des espèces cibles et des espèces caractéristiques OEA. Les corrélations entre le nombre de points biodiversité et ces valeurs mesurées étaient toutes positives, et significatives dans 14 cas sur 15. En d’autres termes : plus une exploitation présente de points, plus grande est la biodiversité à cet endroit.

    Les producteurs sous-label doivent atteindre 15 points dans le domaine « biodiversité », un chiffre largement dépassé par de nombreux agriculteurs IP-Suisse, ce qui est très réjouissant : la moyenne était même de 20,6 en 2017 ! Cela se reflète dans la part de surfaces de promotion de la biodiversité (SPB) de haute valeur écologique dans les exploitations, qui augmente de façon continue depuis 2010. On y compte les jachères fleuries et tournantes, les bandes culturales extensives, les ourlets sur terres assolées, les bandes fleuries et toutes les SPB de qualité QII selon les directives de l’Office fédéral de l’agriculture. De 2010 à 2012, la part de SPB « projet de qualité » – aux critères bien plus élevés que ceux de base – a également augmenté. Une comparaison des données provenant des exploitations IP-Suisse avec la moyenne de toutes les exploitations du pays montre que dans la zone de plaine et de collines, les exploitations IP-Suisse, avec une part de 5,8 % de SPB de haute valeur écologique, font mieux que la moyenne suisse, qui est de 5,1 %.

    Les agriculteurs IP-Suisse apportent une contribution majeure à la promotion de la biodiversité dans l’agriculture, et montrent ainsi au quotidien comment il est possible de freiner son déclin en milieu rural. Il faut toutefois augmenter encore la part de SPB de haute valeur écologique. En particulier sur les terres assolées, il demeure un grand potentiel d’amélioration au niveau national. Il faut donc davantage de surfaces de promotion de la biodiversité dans ce secteur et davantage de mesures visant à y réduire l’intensité de la production.