Entretien des ligneux en terrain privé

      A la fin du printemps, les autorités appellent régulièrement les propriétaires à tailler leurs haies et arbustes. Pour les oiseaux, c’est pourtant un moment bien mal choisi, car de nombreux nicheurs sont en pleine reproduction.

      Le merle noir est un nicheur courant des haies et des arbustes dans les agglomérations. Si les plantes sont taillées pendant la nidification, les nichées peuvent être dérangées.
      Le merle noir est un nicheur courant des haies et des arbustes dans les agglomérations. Si les plantes sont taillées pendant la nidification, les nichées peuvent être dérangées.
      photo © Marcel Burkhardt
      Diversité dans les plus petits espaces : si elle ne fait que 8 mètres, cette haie de  rosiers sauvages abrite néanmoins 7 essences différentes.
      Diversité dans les plus petits espaces : si elle ne fait que 8 mètres, cette haie de rosiers sauvages abrite néanmoins 7 essences différentes.
      photo © Reinhard Witt

      Jardins et zones résidentielles offrent de nombreux moyens de créer des habitats variés et des structures de toutes sortes pour la faune et la flore indigènes. Les exigences des oiseaux quant à leur habitat sont de deux natures : ils ont besoin d’une part d’un lieu sûr pour élever leurs petits, et d’autre part de nourriture en suffisance pour eux-mêmes et leur progéniture.

      Les jeunes sont très souvent nourris d’insectes, riches en énergie, mais après la période de nidification et jusqu’en hiver, les fruits et les baies sont essentiels. Il est donc bon de planter au jardin des arbustes à baies indigènes, qui offrent le plus de nourriture aux oiseaux. Ils abritent aussi les nids des espèces qui n’utilisent pas les nichoirs ni les cavités d’arbres ou de bâtiments. Certaines espèces nichent de préférence dans les arbustes denses et épineux, qu’ils soient agencés en bosquets ou en haies.

      Les arbustes épineux fournissent couvert et abri non seulement pour le nid, mais aussi pour les jeunes sur le point de s’envoler. Il est important que les oiseaux ne soient pas perturbés pendant la construction du nid, la couvaison et l’élevage des jeunes. Elaguer des arbustes pendant la période de reproduction peut entraîner jusqu’à l’abandon de la nichée. La coupe doit donc être effectuée à d’autres moments. Pourtant, les autorités invitent les propriétaires à tailler les haies et les arbustes même pendant cette période sensible – sur la base de directives variées, notamment concernant les voies de circulation et les limites de voisinage. Des informations plus précises peuvent être obtenues auprès des administrations communales.

      Dénouer ce conflit ne peut passer que par une planification et un entretien préventif, en hiver déjà. C’est entre novembre et mars que les travaux perturbent le moins les plantes et les oiseaux. A cela s’ajoute qu’à cette période la structure des branches est bien visible, ce qui permet de tailler en respectant au mieux la forme de croissance naturelle des plantes. Pour que les routes et les chemins restent dégagés, des tailles conséquentes sont indiquées. Idéalement, c’est déjà au moment de planter les arbustes qu’il faut prévoir une distance suffisante avec les voies de passage. Tenir compte de la hauteur et de la largeur que peut atteindre l’essence plantée à l’endroit concerné permet de maintenir un espace suffisant entre la haie et le chemin, et ce pendant des années. La taille n’est alors pas nécessaire au printemps, même en cas de forte croissance.

      Par égard pour la faune, les arbustes fruitiers devraient être taillés le plus tard possible, car ils représentent une source de nourriture importante. En automne, les feuilles mortes peuvent être laissées au sol sous les arbustes – l’idéal pour la constitution d’une strate herbacée. Il n’est donc pas toujours nécessaire de hacher ou éliminer les déchets de coupe : on peut les rassembler en un tas qui sera précieux.

      Les haies sont particulièrement accueillantes pour les nids des oiseaux lorsqu’elles sont très entrelacées. C’est pourquoi il faut veiller, quand on entretient les arbustes, à ne pas trop les éclaircir et à les tailler toujours aux mêmes nœuds. L’arbuste peut ainsi produire une ramification solide et des fourches adéquates pour les nids.

      Pour d’autres informations sur la taille des haies et l’entretien du jardin dans le respect de la nature, vous pouvez consulter les fiches pratiques sur la protection des oiseaux éditées par la Station ornithologique en collaboration avec BirdLife Suisse.