Bons baisers du Sud (02.06.2022)

    La période de migration est derrière nous, et le concert matinal des oiseaux diminue sensiblement. Il est cependant toujours possible de faire des observations passionnantes en juin. Par exemple, ces dernières années, les rares élanions blancs sont toujours plus nombreux à nous émerveiller en terres helvétiques, comme le documente la Station ornithologique dans son rapport annuel sur l’état de l’avifaune en Suisse.

    L’élanion blanc est grand comme un faucon crécerelle et est unique en son genre, avec son dessous blanc, son dessus gris et ses yeux ambrés. Ce magnifique oiseau était autrefois un invité rare, qu’on peut désormais observer chaque année en Suisse.
    L’élanion blanc est grand comme un faucon crécerelle et est unique en son genre, avec son dessous blanc, son dessus gris et ses yeux ambrés. Ce magnifique oiseau était autrefois un invité rare, qu’on peut désormais observer chaque année en Suisse.
    photo © Ralph Martin Image en qualité d’impression
    En vol, on reconnait l’élanion blanc à ses longues ailes et à sa queue courte. La tache noire sur l’aile est également caractéristique.
    En vol, on reconnait l’élanion blanc à ses longues ailes et à sa queue courte. La tache noire sur l’aile est également caractéristique.
    photo © Mathias Schäf Image en qualité d’impression
    L’utilisation gratuite est autorisée exclusivement dans le cadre de ce communiqué de presse. Une identification correcte du photographe est requise.

    Sempach. – À première vue, on pourrait le prendre pour une mouette, si ce n’était pour son affût caractéristique en vol stationnaire, à la recherche de souris, ou à sa position tout en haut d’un arbre : il s’agit bien de l’élanion blanc. Son plumage blanc dessous, gris-bleu dessus et ses yeux ambrés en font une apparition superbe. Si son nom fait référence à ses cousins milans, il est de taille plus modeste, comparable à un faucon crécerelle.

    L’élanion blanc niche surtout en Afrique et en Asie. En Europe, il se reproduit uniquement sur la péninsule Ibérique et dans l’ouest de la France. On a pu l’observer pour la première fois en Suisse en 1990, et sa présence est restée rare jusqu’en 2010, avec seulement sept signalements. Depuis, les chiffres ont explosé : depuis 2014, on le voit chaque année chez nous. Au cours des deux dernières années, l’élanion blanc a été vu au minimum 18 fois en Suisse.

    L’expansion de l’espèce en Espagne et au Portugal s’explique par le fait que l’élanion blanc y trouve des habitats de type savane avec beaucoup de souris. De là, il se propage lentement vers le nord-ouest. Il ne niche pas encore en Suisse, mais il n’est pas exclu qu’il s’installe chez nous également. Qu’il s’agisse d’un futur nicheur ou d’un visiteur régulier, l’élanion blanc fait battre le cœur des ornithologues à l’approche de l’été.

    État de l’avifaune en Suisse
    Chaque année, la Station ornithologique suisse résume les derniers développements relatifs à l’avifaune et les publie sous la forme d’un rapport : www.vogelwarte.ch/etat

    Autres résultats :
    1. Certaines espèces nichant en terres agricoles profitent des mesures de promotion de la biodiversité et ont pu redresser leurs effectifs. Il y a toujours des pertes à déplorer du fait de l’agriculture intensive.
    2. Sur les places d’armes et de tir de l’armée, les espèces d’oiseaux appréciant les habitats ouverts, les biotopes humides, les haies et les terres agricoles extensives sont surreprésentées par rapport à la moyenne.
    3. En janvier 2022, 430 000 oiseaux d’eaux ont été recensés, soit aussi peu qu’en 1970. Les effectifs hivernaux d’espèces communes comme les fuligules morillons et milouins et le canard colvert diminuent.

     

    Source
    Knaus, P., T. Sattler, H. Schmid, N. Strebel & B. Volet (2022): État de l’avifaune en Suisse : rapport 2022. Station ornithologique suisse, Sempach.

    Pour en savoir plus

    Michael Schaad
    Station ornithologique suisse
    6204 Sempach
    Tél. 041 462 97 35
    michael.schaad@vogelwarte.ch