Des moineaux sous haute surveillance (10.12.2020)

    Le saviez-vous ? Notre moineau domestique a un parent proche, le moineau cisalpin, qui niche en Suisse uniquement au sud. Dans le cadre d'un nouveau projet, la Station ornithologique suisse souhaite améliorer le suivi des effectifs de ce moineau menacé à l’international.

    Le mâle du moineau domestique, le plus commun de nos moineaux, se reconnaît facilement à sa bavette noire et ses joues et calotte grises.
    Le mâle du moineau domestique, le plus commun de nos moineaux, se reconnaît facilement à sa bavette noire et ses joues et calotte grises.
    photo © Marcel Burkhardt Image en qualité d’impression
    Le moineau friquet se distingue des moineaux domestiques et cisalpins par la tache sombre qui orne ses joues et son collier blanc. Le mâle et la femelle sont identiques chez cette espèce.
    Le moineau friquet se distingue des moineaux domestiques et cisalpins par la tache sombre qui orne ses joues et son collier blanc. Le mâle et la femelle sont identiques chez cette espèce.
    photo © Marcel Burkhardt Image en qualité d’impression
    C’est surtout au Tessin que l’on retrouve le moineau cisalpin en Suisse. Le mâle se distingue du mâle du moineau domestique à sa calotte entièrement rousse et ses joues blanches. On ne peut pas différencier les femelles des deux espèces.
    C’est surtout au Tessin que l’on retrouve le moineau cisalpin en Suisse. Le mâle se distingue du mâle du moineau domestique à sa calotte entièrement rousse et ses joues blanches. On ne peut pas différencier les femelles des deux espèces.
    photo © Niklaus Zbinden Image en qualité d’impression
    Distribution du moineau domestique (en vert) et du moineau cisalpin (en violet) en 2013-2016. Le jaune indique les carrés atlas où les deux espèces sont présentes et les petits carrés noirs ceux où des hybrides ont été signalés.
    Distribution du moineau domestique (en vert) et du moineau cisalpin (en violet) en 2013-2016. Le jaune indique les carrés atlas où les deux espèces sont présentes et les petits carrés noirs ceux où des hybrides ont été signalés.
    photo © Station ornithologique suisse Image en qualité d’impression
    L’utilisation gratuite est autorisée exclusivement dans le cadre de ce communiqué de presse. Une identification correcte du photographe est requise.

    Sempach. – Les moineaux font partie intégrante du paysage urbain en Suisse. Ces drôles d’oiseaux sont facilement reconnaissables, et leur petite taille leur confère une sympathie certaine. Cependant, peu savent qu’il existe dans notre pays plusieurs espèces de moineaux – six au total, dont quatre nicheuses –, dont certains ont une histoire surprenante et des trajectoires qui méritent qu’on y accorde toute notre attention.

    Les moineaux que nous observons le plus fréquemment dans nos villes sont des moineaux domestiques. À la campagne, on trouve des moineaux friquets. En hiver, il est également possible de les voir dans nos jardins et autour des mangeoires. S’ils ressemblent aux moineaux domestiques, ils se différencient entre autres à leurs joues blanches et au point noir typique sur celles-ci. Au contraire du moineau domestique, chez cette espèce, le mâle et la femelle sont identiques.

    Une troisième espèce vient brouiller les cartes : le moineau cisalpin, qui remplace le moineau domestique en Italie et au Tessin, mais qu’on peut également retrouver en Valais et dans les Grisons. D’apparence semblable au moineau domestique, le mâle se reconnaît à son dessus de tête brun et à ses joues plus claires. Après avoir été le sujet de débats taxonomiques, il est désormais considéré comme une espèce distincte depuis plusieurs années.

    Le moineau cisalpin est catégorisé comme vulnérable sur la liste rouge mondiale, avec des reculs localisés susceptibles d’atteindre 50 % en Italie. En Suisse, la population va pour l’instant mieux, mais on sait que la tendance est la même qu’en Italie. C’est pourquoi il est important de le garder à l’œil dans le canton du Tessin. Un nouveau projet de suivi à long terme du moineau cisalpin, mené par la Station ornithologique suisse et lancé en 2020, permettra de remédier au besoin urgent d’amélioration de la surveillance de cette espèce en Suisse.

    Les causes possibles de ce déclin potentiel sont la perte de ressources alimentaires due à l’utilisation de pesticides et de possibilités de nidification dans les zones urbaines due à la rénovation des vieux bâtiments et à l’architecture moderne des nouvelles constructions. La diminution des espaces verts peut également être mise en cause. Même si cette espèce menacée au niveau international est courante par endroits en Suisse, les moineaux cisalpins dépendent de notre tolérance. On peut leur venir en aide en entretenant un jardin accueillant pour les oiseaux et en mettant des nichoirs à disposition.

    Les moineaux de Suisse
    En Suisse, on compte pas moins de six espèces différentes de moineaux : le moineau domestique, le moineau friquet et le moineau cisalpin, évoqués ci-dessus ; ainsi que la niverolle alpine, espèce emblématique des montagnes, le moineau soulcie, un moineau méditerranéen qui n’a été observé que quatre fois chez nous, et le moineau espagnol, dont la première et seule observation a eu lieu en Suisse en 2019.
    Plus d’informations sur les moineaux de Suisse: www.vogelwarte.ch/moineaux

    Des hybrides chez les oiseaux
    Les oiseaux ne s’accouplent généralement qu’avec des congénères de la même espèce, mais il arrive que des individus appartenant à des espèces différentes se reproduisent. C’est également le cas entre le moineau domestique et le moineau cisalpin. Seuls les mâles sont identifiables chez les moineaux hybrides, à leur calotte souvent gris-brun et leurs joues grisâtres, de manière plus ou moins affirmée selon les individus. En Suisse, outre les moineaux, on peut observer d’autres hybrides chez les canards et les passereaux, par exemple entre la corneille noire et la corneille mantelée.
    Plus d’informations : www.vogelwarte.ch/fr/atlas/focus/corneilles,-moineaux-et-leurs-hybrides

    Pour en savoir plus

    Chloé Pang
    Station ornithologique suisse
    6204 Sempach
    Tél. 041 462 97 98
    chloe.pang@vogelwarte.ch