Bien logés en ville, mieux nourris à la campagne (17.02.2017)

    Aussi bien chez lui en ville qu’à la campagne, le choucas des tours ne trouve pourtant pas partout les mêmes conditions pour élever ses oisillons. Dans toute l’Europe, il a un moins bon succès de reproduction en ville. Une étude de la Station ornithologique révèle que les jeunes choucas citadins, s’ils étaient nourris comme leur congénères campagnards, avec plus de protéines animales et moins de déchets d’origine humaine, subiraient une moins grande mortalité au nid.

    Son œil clair et sa voix haute distingue le choucas des autres membres de sa famille, les corvidés, auquel appartient par exemple la corneille noire.
    Son œil clair et sa voix haute distingue le choucas des autres membres de sa famille, les corvidés, auquel appartient par exemple la corneille noire.
    photo © Marcel Burkhardt Image en qualité d’impression
    Pour s’alimenter, les choucas affectionnent les pâturages aux environs des pylônes auxquels sont accrochés leurs nichoirs
    Pour s’alimenter, les choucas affectionnent les pâturages aux environs des pylônes auxquels sont accrochés leurs nichoirs
    photo © Niklaus Zbinden Image en qualité d’impression
    A la campagne, les pylônes électriques, les bâtiments agricoles et autres hautes structures, comme ici le pont CFF de Boudry NE, se prêtent bien à la pose des nichoirs à choucas
    A la campagne, les pylônes électriques, les bâtiments agricoles et autres hautes structures, comme ici le pont CFF de Boudry NE, se prêtent bien à la pose des nichoirs à choucas
    photo © archive Station ornithologique Image en qualité d’impression
    L’utilisation gratuite est autorisée exclusivement dans le cadre de ce communiqué de presse. Une identification correcte du photographe est requise.

    Sempach. – Le choucas des tours porte bien son nom : nicheur en cavité, il n’est pas seulement adepte des loges de pics dans les arbres en campagne, il s’installe aussi volontiers sur des églises, châteaux et autres édifices créés de main d’homme. Choucas des villes ou choucas des champs, le corvidé grégaire niche en petites colonies et se nourrit d’invertébrés qu’il trouve dans les surfaces à végétation rase des alentours.

    Nicheur répandu mais clairsemé en Suisse, le choucas est considéré « vulnérable » sur la Liste rouge des oiseaux nicheurs et « prioritaire pour une conservation ciblée » dans le Programme de conservation des oiseaux en Suisse mené par la Station ornithologique de Sempach, BirdLife Suisse et soutenue par l’Office fédéral de l’environnement. C’est qu’à la campagne, les cavités de nidification sont souvent rares aux endroits où le choucas trouve les invertébrés avec lesquels il nourrit ses poussins. En bon corvidé, il est très malin et lorsqu’il loge en ville, il sait tirer profit des déchets humains pour remplir les becs affamés de ses poussins.

    Mais manger des restes de frites au lieu d’un bon gros insecte, est-ce bien sain pour un choucas ? C’est ce qu’ont voulu savoir des chercheurs de la Station ornithologique en offrant de la nourriture naturelle riche en protéines à des choucas nicheurs en ville de Morat. Les couples ayant eu accès à cette pitance supplémentaire saine pondirent de plus gros œufs, avec un meilleur taux d’éclosion, que ceux au régime « fast food ». Dans une seconde partie de l’expérience, des jeunes choucas de Morat étaient eux aussi nourris plus sainement jusqu’à l’envol. Ces oisillons-là furent victimes d’une moins forte mortalité au nid que leur voisins élevés sans cet apport artificiel de protéines.

    Pour aider le choucas à prospérer en Suisse, l’un des auteurs de l’étude et directeur scientifique de la Station ornithologique, Prof Lukas Jenni, conseille donc : « L’aide au choucas sous forme de nichoirs et autres possibilités de nidification lui rend meilleur service en zone agricole extensive, là où il trouve suffisamment de nourriture naturelle ».

     

    Source
    Meyrier E, Jenni L, Bötsch Y, Strebel S, Erne B, Tablado Z. Happy to breed in the city? Urban food resources limit reproductive output in Western Jackdaws. Ecol Evol. 2017;00:1–12. doi: 10.1002/ece3.2733.

    Pour en savoir plus

    Sophie Jaquier
    Station ornithologique suisse
    6204 Sempach
    Tél. 041 462 97 98
    sophie.jaquier@vogelwarte.ch