Éviter les collisions, une affaire limpide (30.03.2022)

    Le verre est devenu un élément indispensable de notre vie et évoque la modernité. En raison du rôle important qu’il joue dans notre société, l’Organisation des Nations unies a choisi 2022 comme « Année du verre ». Il reflète également un côté sombre : chaque année, des millions d’oiseaux meurent à la suite de collisions avec des vitres. Cela pourrait être évité par des mesures simples.

    Un jardin proche de la nature est un paradis pour les oiseaux. Mais les vitres transparentes de ce jardin d’hiver sont invisibles pour les oiseaux, ce qui en fait un danger mortel pour eux.
    Un jardin proche de la nature est un paradis pour les oiseaux. Mais les vitres transparentes de ce jardin d’hiver sont invisibles pour les oiseaux, ce qui en fait un danger mortel pour eux.
    photo © archives de la Station ornithologique suisse Image en qualité d’impression
    Cette façade reflète le paysage presque parfaitement. Elle représente donc un grand danger de collision pour les oiseaux.
    Cette façade reflète le paysage presque parfaitement. Elle représente donc un grand danger de collision pour les oiseaux.
    photo © archives de la Station ornithologique suisse Image en qualité d’impression
    Dans les zones urbaines, le verre présente de nombreux dangers pour les oiseaux. Les plus courants sont présentés dans cette infographie
    Dans les zones urbaines, le verre présente de nombreux dangers pour les oiseaux. Les plus courants sont présentés dans cette infographie
    photo © Nadja Stadelmann/Station ornithologique suisse Image en qualité d’impression
    Des lignes verticales permettent de rendre les vitres transparentes et réfléchissantes visibles pour les oiseaux. Cela permet d’éviter la mort d’innombrables oiseaux.
    Des lignes verticales permettent de rendre les vitres transparentes et réfléchissantes visibles pour les oiseaux. Cela permet d’éviter la mort d’innombrables oiseaux.
    photo © archives de la Station ornithologique suisse Image en qualité d’impression
    L’utilisation gratuite est autorisée exclusivement dans le cadre de ce communiqué de presse. Une identification correcte du photographe est requise.

    Sempach. – Malgré leur vue exceptionnelle, les oiseaux ne sont pas capables de détecter les vitres. La mort sur les vitres est aujourd’hui l’un des plus grands problèmes de protection des oiseaux. Rien qu’en Suisse, des millions d’oiseaux succombent chaque année parce qu’ils entrent en collision avec du verre. Il s’agit d’une double source de danger : les vitres transparentes ne sont pas identifiées par les oiseaux comme des obstacles, et les vitres très réfléchissantes reflètent les arbres, les buissons ou le ciel, créant ainsi une illusion d’habitat.

    Mais toutes les vitres ne posent pas le même problème : les vitres très réfléchissantes, les vitres transparentes des balcons, les vitrages d’angle, les murs antibruit en verre ou les jardins d’hiver sont particulièrement dangereux. Sur les vitres existantes, le danger peut être écarté en rendant le verre visible à l’aide de marquages. Il convient de renoncer aux marquages UV et aux populaires silhouettes de rapaces. Elles ne dissuadent pas les oiseaux et n’ont que peu d’effet.

    Seul un marquage couvrant toute la surface et se détachant le plus possible des abords immédiats apporte la protection nécessaire. Les tests ont montré que les solutions à base de bandes et de pointillés étaient particulièrement efficaces. Les stores, les décorations, les enseignes d’entreprise ou les dessins à la peinture au doigt peuvent également contribuer à réduire le danger pour les oiseaux. Les oiseaux seront ravis de voir d’autres solutions imaginatives et esthétiques mises en œuvre !

    Il est encore plus efficace de renoncer autant que possible au verre lors de la construction ou de désamorcer les zones dangereuses pour les oiseaux dès la conception. Cela permet d’économiser du temps, de l’énergie et des coûts de mise à niveau, tout en évitant que de nombreux oiseaux ne meurent sur les vitres.

    Plus d’informations
    Éviter les collisions d’oiseaux : www.vogelwarte.ch/vitres
    Oiseaux, verre et construction : www.vogelglas.vogelwarte.ch/fr

     

    Que faire avec un oiseau victime d’une collision ?

    Il arrive que l’on trouve un oiseau apathique au sol, qui ne s’envole pas malgré notre approche. S’il ne présente aucune blessure visible, il s’agit probablement d’un oiseau victime d’une collision avec une vitre. Il est préférable de placer de tels oiseaux dans une boîte à chaussures avec des trous d’aération et de laisser la boîte pendant 2 à 3 heures dans un endroit chaud, sombre et calme. La boîte peut être recouverte de papier ménage, et l’oiseau ne doit pas être nourri ni abreuvé. Après 2-3 heures, vous pouvez ouvrir la boîte à l’extérieur. Si l’oiseau ne s’envole pas de lui-même, il doit être placé dans un centre de soins. La Station ornithologique est joignable pendant les heures de bureau au 041 462 97 00 et peut vous indiquer la station de soins la plus proche.

    Pour en savoir plus

    Chloé Pang
    Station ornithologique suisse
    6204 Sempach
    Tél. 041 462 97 98
    chloe.pang@vogelwarte.ch