Communiqués de presse
    retour

    Besoin accru de recherche en Suisse (22.07.2014)

    Une étude hollandaise tient l’insecticide imidaclopride pour responsable du déclin de certains oiseaux. La Station ornithologique suisse part du principe que l’impact négatif de cet insecticide de la famille des néonicotinoïdes menace aussi les oiseaux de notre pays. Les preuves font toutefois défaut car l’étendue de l’utilisation des néonicotinoïdes en Suisse n’est pas communiquée.

    L’utilisation gratuite n'est consentie que dans le cadre de ce communiqué de presse et avec la mention correcte de l’auteur.

    Sempach. – Chaque année, 3,5% d’oiseaux en moins : tel est le déclin constaté par des scientifiques hollandais aux endroits où l’utilisation d’imidaclopride est intense. Cette neurotoxine destinée aux insectes nuisibles tue aussi ceux qui ne causent aucun dommage. Les oiseaux insectivores en pâtissent ensuite car ils ne trouvent plus suffisamment de quoi nourrir leurs jeunes et eux-mêmes. La conséquence : leurs effectifs sont en déclin.

    Pour ses analyses, l’équipe hollandaise a pu disposer de mesures d’imidaclo-pride prises dans les eaux de surfaces des cours d’eau, ainsi que de données de recensements d’oiseaux. Grâce à ses plus de mille bénévoles, la Station ornithologique dispose également d’une excellente vue d’ensemble des effectifs de nicheurs dans notre pays.

    En Suisse, des chiffres sur l’utilisation et sur les éventuels résidus de ces néonicotinoïdes, permettant d’analyser leurs effets sur les oiseaux, ne sont malheureusement pas disponibles.

    La Station ornithologique suisse exige maintenant une surveillance de l’utilisation des néonicotinoïdes au niveau suisse, ainsi que l’analyse de leurs résidus dans le sol, les lacs et les rivières. C’est là la seule manière d’évaluer l’impact de ces insecticides sur les oiseaux et les autres animaux.

    Source
    Hallmann, C. A., Foppen, R. P. B., van Turnhout, C. A. M., de Kroon, H. & E. Jongejans: Declines in insectivorous birds are associated with high neonicotinoid concentrations, Nature, 2014; doi: 10.1038/nature13531

    Imidaclopride
    Substance à effet insecticide de la famille des néonicotinoïdes, l’imidaclopride est surtout employé pour l’enrobage des semences. La substance est assimilée par les racines et se diffuse dans l’intégralité de la plante en croissance. Une telle utilisation prophylactique a constitué un changement de paradigme : par le passé, les pesticides étaient appliqués de manière ciblée et lorsque les dommages étaient imminents. De surcroît, seul un vingtième de la dose est absorbée par la plante, la majorité reste dans le sol et peut s’infiltrer dans la nappe phréatique et les eaux de surfaces. Parce que l’imidaclopride est soluble dans l’eau et se dégrade très lentement, il déploie aussi ses effets dans les végétaux qui absorbent les eaux souterraines. Avec pour conséquences des plantes n’ayant rien à voir avec la production alimentaire imprégnées à l’imidaclopride, des insectes empoisonnés… et des effets dévastateurs sur les oiseaux et sur les autres animaux qui se nourrissent d’insectes.