Espèce alpine utilise habilement le terrain (30.07.2015)

    Le lagopède alpin est parfaitement adapté à la rudesse et au froid de son habitat alpin. Les journées d’été pourtant, il doit faire face à la chaleur. Il les passe bien abrité des prédateurs aux endroits lui offrant un microclimat frais, comme la Station ornithologique de Sempach et des scientifiques français l’ont montré en suivant des oiseaux par télémétrie.

    Le plumage du lagopède alpin (à gauche le mâle, à droite la femelle) le camoufle très efficacement. En hiver, mâle et femelle arborent une livrée blanc neige.
    Le plumage du lagopède alpin (à gauche le mâle, à droite la femelle) le camoufle très efficacement. En hiver, mâle et femelle arborent une livrée blanc neige.
    photo © Corentin Morvan Image en qualité d’impression
    L’habitat alpin du lagopède devrait rétrécir à cause du réchauffement climatique.
    L’habitat alpin du lagopède devrait rétrécir à cause du réchauffement climatique.
    photo © archive Station ornithologique suisse Image en qualité d’impression
    L’utilisation gratuite est autorisée exclusivement dans le cadre de ce communiqué de presse. Une identification correcte du photographe est requise.

    Sempach. – La livrée du lagopède alpin harmonise été comme hiver avec son habitat, tantôt brun-gris comme la roche, tantôt blanc neige. Mais l’as du camouflage n’a pas seulement assorti ses couleurs à l’environnement : il est aussi extrêmement bien adapté au climat rude et aux températures basses des zones alpines et arctiques qu’il peuple.
        
    A partir de 21°C au soleil, le lagopède a trop chaud. Comment réagit-il les jours de grosse chaleur, qui, dans un contexte de réchauffement climatique croissant, devraient se faire plus fréquents ? Des scientifiques français et de la Station ornithologique suisse de Sempach ont apporté des éléments de réponse à cette question en observant des lagopèdes par télémétrie dans les Alpes savoyardes.

    L’étude montre qu’en saison estivale, l’habitat typique du lagopède alpin comporte une variété de microclimats sur de courtes distances. Les individus étudiés optaient pour des endroits frais, ombragés et à l’abri du vent, souvent des petites dépressions orientées au nord. Ces sites représentent aussi un abri contre les prédateurs, et les lagopèdes y trouvent de la nourriture.

    Prédis pour la Suisse jusqu’en 2070, un réchauffement de 4°C pourrait signifier une disparition de deux tiers de l’habitat du lagopède dans le pays. « Ces informations sur les sites de repli appropriés pour le lagopède alpin pourraient donc entrer en ligne de compte pour délimiter des zones de repos ou des réserves pour l’espèce », souligne Lukas Jenni, co-auteur de l’étude et directeur scientifique à la Station ornithologique.

     

    Source
    Visinoni, L., C. A. Pernollet, J.-F. Desmet, F. Korner-Nievergelt & L. Jenni (2015): Microclimate and microhabitat selection by the Alpine Rock Ptarmigan (Lagopus muta helvetica) during summer. J. Ornithol. 156: 407–417.

    Pour en savoir plus

    Sophie Jaquier
    Station ornithologique suisse, 6204 Sempach
    Tél. 041 462 97 98
    sophie.jaquier@vogelwarte.ch

    Lukas Jenni
    Station ornithologique suisse, 6204 Sempach
    Tél. 041 462 97 21
    lukas.jenni@vogelwarte.ch