L’art et la manière (30.11.2021)

    Le nourrissage des petits oiseaux jouit d’une grande popularité en hiver, et une source de nourriture supplémentaire est souvent la bienvenue pour les hôtes à plumes qui fréquentent la mangeoire. L’utilité pour la protection des oiseaux ne doit toutefois pas être surestimée. Et si l’on nourrit les oiseaux, il faut le faire dans les règles de l’art.

    Certains agents pathogènes se transmettent d’un oiseau à l’autre par les fientes. Les fientes ne doivent donc pas entrer en contact avec la nourriture. Les modèles de mangeoires avec des bols étroits empêchent cela (photo : moineaux friquets).
    Certains agents pathogènes se transmettent d’un oiseau à l’autre par les fientes. Les fientes ne doivent donc pas entrer en contact avec la nourriture. Les modèles de mangeoires avec des bols étroits empêchent cela (photo : moineaux friquets).
    photo © Marcel Burkhardt Image en qualité d’impression
    Les arbustes à baies et les plantes sauvages indigènes du jardin offrent une nourriture variée aux petits oiseaux hivernants (photo : verdier d’Europe).
    Les arbustes à baies et les plantes sauvages indigènes du jardin offrent une nourriture variée aux petits oiseaux hivernants (photo : verdier d’Europe).
    photo © Markus Varesvuo Image en qualité d’impression
    L’utilisation gratuite est autorisée exclusivement dans le cadre de ce communiqué de presse. Une identification correcte du photographe est requise.

    Sempach. – Les petits oiseaux sont les bienvenus dans nos jardins. De nombreuses personnes éprouvent le besoin de les aider à survivre en hiver en installant une mangeoire. Mais comment les nourrir correctement et ont-ils vraiment besoin de cette aide bien intentionnée ?

    En principe, les oiseaux qui subsistent chez nous sont bien adaptés aux conditions hivernales et trouvent eux-mêmes suffisamment de nourriture. Néanmoins, un complément est souvent le bienvenu. Le nourrissage hivernal peut constituer une aide à la survie lorsque le manteau neigeux est continu pendant une longue période ou que le sol est gelé.

    Les oiseaux qui profitent d’un nourrissage complémentaire appartiennent toutefois aux espèces communes, et ne sont généralement pas menacés. Les espèces menacées ou rares, elles, ne fréquentent guère les mangeoires. Pour les soutenir, le maintien et la promotion d’habitats diversifiés sont indispensables.

    Un nourrissage permet de belles observations et éveille l’intérêt pour l’avifaune, et peut ainsi ouvrir la porte à une plus grande sensibilisation à la nature. Du point de vue de la Station ornithologique suisse, il n’y a donc rien à objecter au nourrissage des petits oiseaux, tant qu’il est effectué correctement. Ce que l’on sert aux oiseaux et la manière dont on le sert ne devraient donc pas leur porter préjudice. Il convient alors de veiller à une bonne hygiène, d’être attentif au choix de la nourriture et de la mangeoire et de choisir soigneusement l’emplacement de la mangeoire.

    L’achat de nourriture pour oiseaux n’est pas obligatoire si l’on souhaite soutenir les oiseaux en leur fournissant de la nourriture. En aménageant son jardin de manière à favoriser les oiseaux et en misant sur des plantes indigènes, on offre aux oiseaux un buffet riche et tout à fait naturel. Qu’il s’agisse de baies juteuses, de graines savoureuses ou d’insectes frais attirés par les plantes indigènes, dans un jardin favorable aux oiseaux, les espèces les plus diverses trouvent toute l’année une nourriture parfaitement adaptée à leurs besoins.

    Nourrir correctement les oiseaux
    • La nourriture doit correspondre autant que possible à l’alimentation naturelle des oiseaux. Pour les granivores, il est recommandé d’utiliser des mélanges composés principalement de graines de tournesol et de chanvre. Les oiseaux insectivores et frugivores prennent des pommes, des noix, des flocons d’avoine ou des raisins. Les aliments épicés, les restes de repas ou le pain ainsi que les mélanges contenant des graines d’ambroisie sont à éviter.
    • Certains agents pathogènes se transmettent d’un oiseau à l’autre par les fientes. Les fientes ne doivent donc pas entrer en contact avec la nourriture. Il est donc préférable d’utiliser des mangeoires à bols étroits ou des automates cylindriques. Le mélange de graines et de fientes qui se forme sous les mangeoires doit être enlevé régulièrement.
    • Pour se protéger des prédateurs, la mangeoire doit être placée dans un endroit bien dégagé avec des possibilités de refuge à proximité (arbres, buissons).
    • La nourriture devrait être proposée fraîche tous les jours, de préférence le soir, environ deux heures avant le crépuscule. Il est préférable de mettre une quantité de nourriture suffisante pour 24 heures.

     

    Pour plus d’informations

    Video: https://youtu.be/IwGRvtDqk98

    Feuille d’information « Le nourrissage des passereaux » : www.vogelwarte.ch/le-nourrissage-des-passereaux
    Observer les oiseaux à la mangeoire : www.vogelwarte.ch/oiseaux-de-la-mangeoire 
    Feuille d’information « Un jardin pour les oiseaux » : www.vogelwarte.ch/jardin

     

    Les mangeoires de la Station ornithologique suisse de Sempach

    Des mangeoires qui répondent à toutes les exigences peuvent être commandées en kit auprès de la Station ornithologique suisse. Elles sont fabriquées dans les ateliers protégés de la Fondation Brändi à partir de bois certifié FSC.
    www.vogelwarte.ch/fr/shop/nichoirs-et-mangeoires

    Pour en savoir plus

    Chloé Pang
    Station ornithologique suisse
    6204 Sempach
    Tél. 041 462 97 98
    chloe.pang@vogelwarte.ch