Oisillons hors du nid (19.04.2022)

    Le printemps est une période très active pour les passereaux. Ils construisent leur nid, couvent et élèvent leurs petits. Même après que les petits ont quitté le nid, les parents continuent à s’occuper d’eux. Les jeunes oiseaux trouvés n’ont donc généralement pas besoin d’aide, même s’ils semblent abandonnés.

    Ce jeune merle noir n’a pas besoin d’aide car il est assez grand pour se débrouiller hors du nid et peut continuer à compter sur les soins de ses parents.
    Ce jeune merle noir n’a pas besoin d’aide car il est assez grand pour se débrouiller hors du nid et peut continuer à compter sur les soins de ses parents.
    photo © Station ornithologique suisse Image en qualité d’impression
    Ces moineaux friquets sont à peine emplumés et seraient perdus en dehors du nid, car ils ont besoin d’être réchauffés. De tels oisillons doivent être placés dans une station de soins.
    Ces moineaux friquets sont à peine emplumés et seraient perdus en dehors du nid, car ils ont besoin d’être réchauffés. De tels oisillons doivent être placés dans une station de soins.
    photo © Station ornithologique suisse Image en qualité d’impression
    L’utilisation gratuite est autorisée exclusivement dans le cadre de ce communiqué de presse. Une identification correcte du photographe est requise.

    Sempach. – En ce moment, de nombreux oiseaux couvent ou s’occupent de leurs oisillons. À certains endroits, les premiers oisillons ont déjà quitté le nid. Chez certaines espèces, comme le merle noir, les petits s’aventurent hors du nid avant même de savoir voler.

    Malgré ces tentatives de vol encore maladroites, les petits casse-cous sont bien équipés pour survivre en dehors du nid. Ils portent un plumage chaud, peuvent sautiller et sont nourris par leurs parents pendant un certain temps. Les jeunes oiseaux en dehors du nid n’ont donc généralement pas besoin d’aide humaine. Ce serait même une erreur de les emmener avec soi, car même la personne la plus compétente ne parviendra jamais à les élever aussi habilement que les parents oiseaux.

    Cependant, il arrive que les jeunes oiseaux atterrissent dans un endroit malheureux, par exemple sur une route ou à proximité d’un chat. Si de tels dangers menacent un jeune oiseau, il est judicieux de le placer dans un buisson à proximité. L’odeur de l’homme ne dérange pas les parents oiseaux, ils continuent à prendre soin de leur progéniture.

    Il arrive parfois que les oisillons tombent du nid trop tôt. On reconnaît ces malchanceux à leur incapacité à sautiller et à leur manque de plumes. Dans ce cas, il faut se rendre dans une station de soins. Les jeunes oiseaux blessés doivent également être confiés à des spécialistes. Il n’est pas permis de soigner ou d’élever soi-même des passereaux indigènes, car leur détention et leurs soins exigent beaucoup de connaissances spécialisées ainsi qu’une autorisation cantonale.

     

    À quoi reconnait-on un jeune oiseau ? 
    Les commissures claires du bec sont le principal signe d’identification des jeunes oiseaux. En cas de doute, n’hésitez pas à contacter une station de soins.

    La Station ornithologique suisse exploite une station de soins. Pour la joindre, composez le 041 462 97 00 (du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 13h30 à 17h, les week-ends et les jours fériés de 9h à 12h et de 13h30 à 17h).

     

    J’ai trouvé un oiseau – que faire ?
    Il arrive de trouver un oiseau qui ne parvient pas à s’envoler. Dans certains cas, l’oiseau a besoin de l’aide professionnelle d’une station de soins ; dans d’autres, une intervention n’est pas nécessaire. Notre arbre de décision a pour but d’aider à bien réagir dans les cas les plus fréquents.

    Plus d’informations : www.vogelwarte.ch/oiseau-trouve

    Pour en savoir plus

    Chloé Pang
    Station ornithologique suisse
    6204 Sempach
    041 462 97 98
    chloe.pang@vogelwarte.ch