Stand up paddle – dans le respect de la nature (13.05.2020)

    Le stand up paddle peut déranger considérablement les oiseaux d’eau et les autres animaux sauvages. S’il s’agit certes d’un sport souvent pratiqué sans grand bruit ni agitation, l’expérience montre que les animaux interprètent les silhouettes humaines et les mouvements comme une menace. Divers acteurs des milieux du sport et de la protection de la nature ont élaboré, en collaboration avec les autorités, des recommandations visant à limiter les dérangements pour la faune.

    Les oiseaux d’eau, en particulier, peuvent réagir très fortement à la silhouette d’un pagayeur. Quelques oiseaux qui s’envolent peuvent produire une réaction en chaîne provoquant l’envol du groupe entier.
    Les oiseaux d’eau, en particulier, peuvent réagir très fortement à la silhouette d’un pagayeur. Quelques oiseaux qui s’envolent peuvent produire une réaction en chaîne provoquant l’envol du groupe entier.
    photo © Stefan Werner Image en qualité d’impression
    L’utilisation gratuite est autorisée exclusivement dans le cadre de ce communiqué de presse. Une identification correcte du photographe est requise.

    Bâle, Berne, Sempach, Zurich. – De plus en plus de monde s’adonne au stand up paddle (SUP). Ce type de sport étant silencieux ou presque, on a tendance à sous-estimer son potentiel de dérangement pour les oiseaux. Les oiseaux d’eau, surtout, interprètent les silhouettes et les mouvements des pagayeurs comme une menace. Il suffit parfois d’un seul pagayeur pour les faire fuir à une distance de 1000 mètres, et ainsi porter atteinte à leur survie et leur succès de reproduction.

    Le SUP est pratiqué toute l’année, en particulier sur les plans d’eau peu profonds le long des berges. L’être humain s’invite ainsi dans des zones jusqu’à présent peu perturbées. A cause de ces dérangements, des habitats importants, en particulier des zones de nidification et de repos, sont menacés.

    La Station ornithologique suisse de Sempach, en collaboration avec la Fédération Suisse de Canoë-Kayak, Pro Natura, la Conférence des services de la faune, de la chasse et de la pêche et l’Office fédéral de l’environnement OFEV, a émis des recommandations montrant comment les pratiquants de cette activité peuvent limiter les dérangements, et ainsi le stress pour les animaux. Il est essentiel de s’informer au préalable sur les endroits où l’on peut entrer et sortir de l’eau, et sur l’existence éventuelle d’aires protégées sur les plans d’eau concernés.

    Ces règles, les sources d’information les plus importantes ainsi que les liens vers des renseignements complémentaires sont présentés dans une fiche d’information, disponible sous forme de flyer auprès des vendeurs et des loueurs de SUP. Il est également possible de l’obtenir sous forme électronique auprès des organisations partenaires.
     

    Pour en savoir plus

    Sophie Jaquier, Station ornithologique suisse
    Tél. 041 462 97 98, sophie.jaquier@vogelwarte.ch

    Annalena Kuttenberger, Fédération Suisse de Canoë-Kayak
    Tél. 043 222 40 77, annalena.kuttenberger@swisscanoe.ch

    Andreas Boldt, Pro Natura
    Tél. 061 317 91 26, andreas.boldt@pronatura.ch

    Frédéric Hofmann, Chef de la section Chasse, pêche et surveillance, canton de Vaud
    Tél. 021 557 86 49, frederic.hofmann@vd.ch