Retour des migrateurs (21.02.2019)

      Contrairement à ce qu’indique notre calendrier, pour la gent ailée, le printemps est à notre porte. Les premiers migrateurs sont sur le chemin du retour, les sérénades flûtées des sédentaires retentissent… et certains oiseaux sont même déjà sur leur nid !

      Le chant doux et flûté du merle noir retentit dès février. Il est l’un des premiers messagers du printemps.
      Le chant doux et flûté du merle noir retentit dès février. Il est l’un des premiers messagers du printemps.
      photo © Markus Varesvuo Image en qualité d‘impression
      Le gypaète barbu est le nicheur le plus précoce : il commence à couver ses deux œufs déjà en janvier ou même en décembre.
      Le gypaète barbu est le nicheur le plus précoce : il commence à couver ses deux œufs déjà en janvier ou même en décembre.
      photo © Marcel Burkhardt Image en qualité d‘impression
      L’utilisation gratuite n'est consentie que dans le cadre de ce communiqué de presse et avec la mention correcte de l’auteur.

      Sempach. – Au crépuscule retentit ces jours-ci un son familier, qui nous rappelle les premiers beaux jours de l’année : le chant du merle ! Voilà qui nous réjouit, tout en soulevant quelques questions. Mais d’emblée : le merle noir est l’un des tout premiers messagers du printemps. Il est normal qu’il commence à chanter en février. 

      Le merle n’est d’ailleurs pas le seul à avoir flairé le printemps. Les rapaces nocturnes tels que le grand-duc d’Europe ou la chouette de Tengmalm hululent pour marquer leur territoire, le faucon pèlerin accomplit ses vols nuptiaux et le corbeau freux s’affaire à la construction de son nid. Le plus précoce reste le gypaète barbu : il couve déjà ses deux œufs depuis janvier, voire même décembre !

      Le printemps n’est pourtant pas toujours aussi perceptible. Le retour des migrateurs se fait discrètement, en général de nuit. Grâce à un radar installé sur le toit de son centre de visite, la Station ornithologique suisse peut suivre les mouvements des oiseaux migrateurs de passage au-dessus de Sempach. Depuis une semaine, le nombre d’oiseaux détectés par le radar a beaucoup augmenté, et leur direction de vol nord-est, que le radar peut mesurer, indique qu’il s’agit bien là des premiers migrateurs. Si tôt dans la saison, ce sont les oiseaux ayant passé l’hiver en Méditerranée qui sont sur le chemin du retour. Les migrateurs hivernant en Afrique tropicale entreprendront leur périlleux retour vers la Suisse dans environ un mois.

      Le retour des oiseaux migrateurs
      Les premiers migrateurs ont déjà quitté leurs quartiers d’hiver en Méditerranée et sont de retour sur leur site de nidification en Suisse. Pour savoir quels migrateurs reviennent quand : www.vogelwarte.ch/fr/oiseaux/observer/le-retour-des-oiseaux-migrateurs.

      Migration en temps réel
      Sur notre site ornitho.ch, la migration des oiseaux peut être visualisée quasiment en temps réel (www.ornitho.ch/index.php?m_id=1626&langu=fr). Notre radar à Sempach enregistre le nombre d’individus de passage et détermine leur direction de vol, mais ne permet pas de différencier les espèces.

      Pour en savoir plus

      Sophie Jaquier
      Station ornithologique suisse
      6204 Sempach
      Tél. 041 462 97 98
      sophie.jaquier@vogelwarte.ch