Un invité à la robe chatoyante (30.06.2021)

    L’ibis falcinelle à l’allure exotique est observé de plus en plus fréquemment en Suisse. La Station ornithologique suisse en donne les raisons dans son rapport annuel sur l’état de l’avifaune en Suisse : les effectifs de cet oiseau migrateur sont en augmentation dans le sud de l’Europe, ce qui explique que certains de ces élégants oiseaux atteignent également la Suisse lors de leur migration d’automne et de printemps. Ils aiment s’y reposer dans les biotopes humides.

    Avec son plumage chatoyant et son bec courbé vers le bas, l’ibis falcinelle est immanquable.
    Avec son plumage chatoyant et son bec courbé vers le bas, l’ibis falcinelle est immanquable.
    photo © Beat Rüegger Image en qualité d’impression
    Son long cou et son bec recourbé font de l’ibis falcinelle un représentant typique du groupe des ibis, dont les membres vivent surtout dans l’hémisphère sud. Les juvéniles (comme sur la photo) ont un plumage mat.
    Son long cou et son bec recourbé font de l’ibis falcinelle un représentant typique du groupe des ibis, dont les membres vivent surtout dans l’hémisphère sud. Les juvéniles (comme sur la photo) ont un plumage mat.
    photo © Mathias Schäf Image en qualité d’impression
    L’utilisation gratuite est autorisée exclusivement dans le cadre de ce communiqué de presse. Une identification correcte du photographe est requise.

    Sempach. – L’ibis falcinelle ne laisse pas indifférent. Au soleil, son plumage brun reflète le vert et le violet. Bien qu’il ne niche pas en Suisse, on peut tout de même l’y observer en ayant un peu de chance. À la fin du XXe siècle, il était encore considéré comme un visiteur irrégulier en Suisse : entre 1980 et 2010, seuls quelques individus de cet élégant échassier y ont été aperçus. Depuis 2010, cependant, il est signalé chaque année en Suisse. Dès lors, le nombre d’ibis falcinelles observés chaque année s’est stabilisé à un peu moins de 40.

    La forte augmentation des observations en Suisse résulte d’une expansion de l’aire de répartition de l’ibis falcinelle. Après un déclin massif de la population au cours du XXe siècle, une reprise s’est amorcée dans les années 1990 grâce à une meilleure protection contre les tirs et à la création de zones protégées. Au cours de cette reprise, l’ibis falcinelle a également colonisé l’Espagne et la Camargue dans le sud de la France, d’où proviennent certains des individus observés en Suisse.

    En terres helvétiques, l’ibis falcinelle aime s’attarder dans les biotopes humides du Plateau, où il cherche sa nourriture dans le sol mou ou dans l’eau avec son long bec recourbé. Il détecte ses proies, principalement des insectes et leurs larves, des vers ou des crustacés, grâce au tact situé à l’extrémité de son bec.

    État de l’avifaune en Suisse
    Chaque année, la Station ornithologique suisse résume les derniers développements relatifs à l’avifaune et les publie sous la forme d’un rapport : www.vogelwarte.ch/etat

    Autres résultats :
    1. De nombreux oiseaux nicheurs de Suisse ont bénéficié d’un hiver doux et de conditions de reproductions optimales en 2020. Néanmoins, il y a eu des échecs de reproduction, en particuliers chez les espèces sensibles aux dérangements telles que le héron pourpré. La cause en est probablement les dérangements occasionnés par les personnes qui profitent de leur temps libre dans les zones protégées.
    2. L’aire de répartition de nombreux oiseaux de montagne s’est amenuisée depuis les années 1980, notamment dans les montagnes moins hautes que les Alpes. La Suisse, en tant que pays alpin de premier plan, possède donc une responsabilité encore plus grande pour la conservation des oiseaux de montagne.
    3. En Europe, des déplacements de l’aire de répartition des oiseaux vers le nord peuvent être observés. Depuis les années 1980, plusieurs espèces de passereaux ont considérablement étendu leur zone de reproduction. Au Sud, au contraire, il y a eu des pertes.
    4. En janvier 2021, 460 000 oiseaux d’eau ont été recensés en Suisse, le chiffre le plus bas depuis les années 1970. Les effectifs hivernaux suisses de fuligules milouin et morillon, de canards colverts, de foulques macroules et de mouettes rieuses déclinent en raison du réchauffement climatique.

     

    Source
    Knaus, P., T. Sattler, H. Schmid, N. Strebel & B. Volet (2021) : État de l’avifaune en Suisse : rapport 2021. Station ornithologique suisse, Sempach..

    Pour en savoir plus

    Chloé Pang
    Station ornithologique suisse
    6204 Sempach
    Tél. 041 462 97 98
    chloe.pang@vogelwarte.ch