Invasion de geais des chênes (03.11.2021)

    La saison de migration 2021 à la station de baguage du col de Bretolet aura vu son plus haut nombre de captures de geais des chênes. Une invasion en provenance du nord en est la cause.

    Le geai des chênes est facilement identifiable à ses miroirs bleus striés de noir.
    Le geai des chênes est facilement identifiable à ses miroirs bleus striés de noir.
    photo © Markus Varesvuo Image en qualité d’impression
    Les glands constituent une part importante de l’alimentation du geai des chênes. Leur disponibilité influence fortement ses déplacements, conduisant à un mouvement massif vers le sud les années de pénurie dans le nord.
    Les glands constituent une part importante de l’alimentation du geai des chênes. Leur disponibilité influence fortement ses déplacements, conduisant à un mouvement massif vers le sud les années de pénurie dans le nord.
    photo © Michel Muriset Image en qualité d’impression
    Au col de Bretolet, le nombre de geai bagués à l’occasion de la saison 2021 n’a jamais été aussi élevé.
    Au col de Bretolet, le nombre de geai bagués à l’occasion de la saison 2021 n’a jamais été aussi élevé.
    photo © Sophie Marti Image en qualité d’impression
    L’utilisation gratuite est autorisée exclusivement dans le cadre de ce communiqué de presse. Une identification correcte du photographe est requise.

    Sempach. – L’année 2021 aura été une année record pour le passage des geais des chênes à la station de baguage du Col de Bretolet (VS). Pas moins de 154 individus ont été bagués, bien au-dessus de la moyenne de 13 geais par saison.

    Ces bons chiffres laissent présager une invasion – ces mouvements de fuite qu’entreprennent certains oiseaux du nord de manière irrégulière vers le sud ou l’ouest. La dernière, en 2019, a fait date (plus de 130 000 individus dénombrés pour l’ensemble du passage au-dessus du lac de Constance).

    De telles invasions s’expliquent par les habitudes alimentaires du geai. Comme l’indique son nom complet, le petit corvidé entretient des rapports étroits avec les chênes, dont les fruits composent l’essentiel de sa pitance. Il est alors fortement influencé par la disponibilité des glands. Une bonne année de fructification, propice à la nidification, suivie d’une mauvaise glandée à cause du gel printanier et couplée à une vague de froid précoce dans les pays nordiques constituent les causes les plus probables de ces invasions.

    En Suisse, le geai des chênes est un migrateur partiel. La majorité des oiseaux restent pour l’hiver, mais une partie, surtout les jeunes, migrent vers le sud de la France. Les hivernants suisses sont rejoints par les individus en provenance des pays nordiques. Habitant typique des forêts, le geai est connu comme pour être un des meilleurs forestiers : les glands qu’il cache en quantité comme provisions ne sont pas tous retrouvés, contribuant ainsi à la reforestation.

    Le geai des chênes

    Le geai des chênes fait partie de la famille des corvidés. Il ne partage pas le plumage noir de ses cousins corbeaux et autres corneilles, mais est facilement identifiable à son plumage rosé et ses miroirs bleus striés de noirs. Il est surnommé « sentinelle de la forêt », car son cri rauque d’alerte est compris par tous les oiseaux.

    Plus d’informations : www.vogelwarte.ch/geai-des-chenes

     

    Le baguage des oiseaux

    Lors du baguage, les oiseaux sont marqués individuellement par une bague en aluminium. Si l’oiseau est retrouvé, on obtient des renseignements sur ses déplacements. Les données récoltées donnent également un aperçu précieux des tendances globales, à l’image d’une invasion d’une espèce. Cependant, le nombre d’individus bagués ne reflète pas la réalité d’un phénomène, car tous les oiseaux de passage ne sont pas capturés.

    La Station ornithologique suisse conduit une étude à long terme sur la migration des oiseaux au col de Bretolet. Grâce à la collaboration de bénévoles, le baguage des oiseaux peut y être mené entre début août et fin octobre.

    Plus d’informations : www.vogelwarte.ch/fr/station/collaboration/baguage/col-de-bretolet

    Pour en savoir plus

    Chloé Pang
    Station ornithologique suisse
    6204 Sempach
    Tél. 041 462 97 98
    chloe.pang@vogelwarte.ch