De nouvelles informations pour la protection de la nature et des oiseaux (11.04.2013)

    Ce week-end commence le recensement national des oiseaux nicheurs sauvages en Suisse. Les préparatifs de ce grand projet battent leur plein à la Station ornithologique suisse. Les résultats montreront comment se portent nos oiseaux. La situation de l’avifaune reflète l’état de toute la biodiversité et du paysage.

    L’utilisation gratuite est autorisée exclusivement dans le cadre de ce communiqué de presse. Une identification correcte du photographe est requise.

    Sempach. - Au cours des quatre prochaines années, la Station ornithologique suisse, avec le soutien de plus d'un millier de bénévoles, déterminera avec une précision inégalée, quels oiseaux nichent en Suisse et dans la Principauté de Liechtenstein, dans quels endroits et en quelle quantité. Les préparatifs pour cet énorme travail d’équipe tournent à plein régime. Le nouvel atlas offrira une vue d’ensemble unique sur la fréquence régionale des espèces répandues telles que les mésanges et les merles, mais aussi des oiseaux plus rares comme le coucou.

    Les oiseaux ont besoin d'une grande variété d'habitats avec suffisamment de nourriture et de sites appropriés pour la reproduction. Si un paysage ne peut pas répondre aux exigences d'une espèce, celle-ci disparaîtra. La situation des oiseaux nicheurs reflète donc aussi le changement global de la nature et du paysage. Il y a plusieurs décennies, l'alouette des champs, par exemple, nichait encore largement sur le Plateau suisse. Avec la perte de son habitat, ses effectifs n’ont cessé de diminuer.

    Le recensement des oiseaux donnera une vue d’ensemble sur les quelque 200 espèces d'oiseaux nicheurs indigènes, des espèces rares comme le gypaète barbu aux espèces les plus communes comme le pinson des arbres. Il montrera où se trouvent les sites les plus importants pour la biodiversité et dans quelles régions et pour quels oiseaux les mesures de conservation sont les plus urgentes. Ainsi, l'atlas des oiseaux nicheurs sera une référence incontournable pour la protection des oiseaux et la nature.

    Les changements climatiques pourraient avoir pour conséquence que des oiseaux nicheurs fréquents au sud de l’Europe, comme les guêpiers d’Europe, deviennent également plus fréquents chez nous. En même temps, le réchauffement de la planète oblige des espèces sensibles comme le lagopède alpin à quitter les régions de plus basse altitude. Comme des relevés exhaustifs ont déjà été menés dans les années 1990, nous verrons à quel point les changements climatiques ont déjà touché nos oiseaux.