Nouvelle espèce sur la liste des oiseaux nicheurs (29.10.2013)

    La rive sud du lac de Neuchâtel a abrité cette année pour la première fois en Suisse une nidification de la grande aigrette. Un couple du grand héron blanc neige y a élevé deux jeunes. La présence de cette 220ème espèce nicheuse a été découverte lors de prospections dans le cadre du 3ème atlas des oiseaux nicheurs de la Station ornithologique Suisse de Sempach.

    L’utilisation gratuite est autorisée exclusivement dans le cadre de ce communiqué de presse. Une identification correcte du photographe est requise.

    Sempach/Chevroux. – Un recoin sauvage du plus vaste marais lacustre de Suisse a été choisi cet été par un couple de grande aigrette pour y élever la première nichée de cette espèce dans notre pays. Véritable événement ornithologique, cette nidification a été découverte indépendamment par deux ornithologues locaux qui connaissent l’endroit comme leur poche. Alors que Pascal Rapin rassemblait au fil des semaines des indices de nidifications de l’élégant héron blanc, Jacques Jeanmonod observait début août un nourrissage de deux jeunes fraîchement émancipés.

    « Avec la grande aigrette, la Suisse compte 220 espèces à avoir niché sur son territoire depuis le début du 19ème siècle » confirme Peter Knaus, qui coordonne à la Station ornithologique les travaux pour le nouvel atlas des oiseaux nicheurs de Suisse, dont la première de quatre saisons a eu lieu cette année. Cette espèce originaire de l’Est est en expansion depuis le milieu du 20ème siècle. « Ces dernières années, elle s’est établie comme nicheuse en France, en Allemagne et aux Pays-Bas. Nous nous attendions à ce qu’elle s’installe chez nous à moyen terme » explique Knaus.

    Que l’élégant ardéidé vienne justement s’installer sur la rive sud du lac de Neuchâtel n’étonne pas Pascal Rapin: « La Grande Cariçaie est un site d’importance nationale et internationale aussi bien pour les nicheurs, pour les hivernants que pour les migrateurs », explique-t-il. « La grande aigrette y trouve l’espace, la tranquillité et la nourriture dont elle a besoin pour nicher ». Jeanmonod à son tour est optimiste : « Espérons que cette nidification marque bel et bien le début de la reproduction de cette espèce en Suisse ».

    Avec l’échasse blanche, la grande aigrette est la deuxième nouvelle espèce nicheuse découverte cette année. C’est que l’attention vouée aux oiseaux nicheurs a été grande en 2013 : plus de 2000 recenseurs ont signalé quelque 300'000 observations de nicheurs dans environ 17‘000 carrés kilométriques. Plus d’un tiers de la surface de notre pays a ainsi été explorée par les ornithologues.

    Atlas des oiseaux nicheurs 2013–2016: recensement des espèces nicheuses
    De 2013 à 2016, la Station ornithologique de Sempach va déterminer quels oiseaux nichent en Suisse et dans la Principauté de Liechtenstein, dans quels endroits et en quel nombre. L’objectif de ce recensement est d’obtenir une vue d’ensemble de l’état de l’avifaune et des changements survenus depuis l’atlas précédent, datant d’il y a 20 ans. Comme les oiseaux dépendent d’habitats diversifiés, leur situation reflète celle de la nature et du paysage dans leur ensemble.
    www.vogelwarte.ch/atlas

    Bilan après la première saison d’atlas:
    - Plus de 600 collaborateurs et collaboratrices ont effectué des recensements dans un total de 800 carrés kilométriques.
    - Les ornithologues y ont parcouru à pied une distance équivalente à celle entre Sempach et Hawaii (12'400 km), et ce en 8000 heures – c’est-à-dire presque une année.
    - On dénombre déjà 197 espèces d’oiseaux nicheurs au terme de cette première année d’atlas, dont des raretés telles le harle huppé, le pluvier guignard, l’échasse blanche ou encore le pipit rousseline.