Pubblicazioni

    

    Müller, C. & B. Volet (2012)

    Seltene und bemerkenswerte Brut- und Gastvögel und andere ornithologische Ereignisse 2011 in der Schweiz.

    Further information

    Ornithol. Beob. 109: 277–294

    Contact

    claudia.mueller@vogelwarte.ch

    PDF

    Download

    Abstract

    The eigth breeding records of the Common Shelduck Tadorna tadorna and the Red-breasted Merganser Mergus serrator were noted and two families of the Northern Shoveler Anas clypeata were observed. For the first time since 1994 Black-crowned Night Heron Nycticorax nycticorax was confirmed breeding. Purple Heron Ardea purpurea and Common Rosefinch Carpodacus erythrinus breeding records were above average. An invasion of Common Quails Coturnix coturnix was observed, the first since 2005. Numerous Griffon Vultures Gyps fulvus were observed during the whole summer. An Osprey Pandion haliaetus and two Common Cranes Grus grus spent the summer here. Strong postnuptial migration of Eurasian Dotterel Charadrius morinellus, Mediterranean Gull Larus melanocephalus and Hawfinch Coccothraustes coccothraustes was recorded. A dormitory of about 1 million individuals of Bramblings Fringilla montifringilla was found.

    Résumé

    Après la vague de froid de décembre 2010, l’année 2011 commença dans la douceur. Les mois de janvier à mars furent nettement plus chauds, plus secs et plus ensoleillés que la norme. Un modeste afflux de Jaseurs boréaux Bombycilla garrulus se déroula pendant le mois de janvier. Peu nombreux à hiverner, les migrateurs à courte distance, à l’exemple du Tarier pâtre Saxicola torquatus, arrivèrent plus tardivement que d’habitude. Certains migrateurs au long cours, tels que la Sarcelle d’été Anas querquedula, le Martinet noir Apus apus et la Pie-grièche écorcheur Lanius collurio furent également en retard, sans doute à cause d’un blocage de leur migration en région méditerranéenne et dans les Balkans.
    Continuant sur la même lancée, avril et mai furent également chauds et secs tandis que juin, bien que toujours plus chaud que la norme, connut plus de précipitations en altitude. Juillet fut par contre nuageux, frais et riche en précipitations. Les conditions de reproduction furent dans l’ensemble très bonnes. Ce fut néanmoins une très mauvaise année pour les Chouettes hulottes Strix aluco et de Tengmalm Aegolius funereus, probablement à cause du faible nombre de micromammifères. Chez les oiseaux nicheurs rares, on enregistra la huitième reproduction de Tadornes de Belon Tadorna tadorna, deux de Canards souchets Anas clypeata, la huitième de Harle huppé Mergus serrator et la première de Bihoreau gris Nycticorax nycticorax depuis 1994. Le Héron pourpré Ardea purpurea et le Roselin cramoisi Carpodacus erythrinus nichèrent également en plus grands nombres que d’habitude.
    Une invasion de Cailles des blés Coturnix coturnix, la première depuis 2005, se déroula de mi-mai à mi-juin. Les Vautours fauves Gyps fulvus furent à nouveau nombreux et leur présence se prolongea pour la première fois durant tout l’été. Parmi les autres événements remarquables, on relèvera encore l’estivage d’un Balbuzard pêcheur Pandion haliaetus et de deux Grues cendrées Grus grus.
    Après l’intermède pluvieux de juillet, les mois d’août à novembre furent à nouveau plus chauds et pauvres en précipitations. Novembre se distingua par le temps le plus sec depuis 150 ans et particulièrement chaud en altitude. Décembre fut aussi plus chaud que la norme mais riche en précipitations dans le nord du pays et dans les Alpes. La tempête «Joachim » traversa le pays le 16 décembre. Au cours de l’automne, le passage des Pluviers guignards Charadrius morinellus fut très marqué, tout comme celui des Mouettes mélanocéphales Larus melanocephalus. Parmi quelques passereaux également, la migration post-nuptiale fut très fournie, comme p. ex. chez le Grosbec casse-noyaux Coccothraustes coccothraustes. Culminant à mi-novembre, le passage des Grues cendrées fut également remarquable. Jusqu’après minovembre, on enregistra des données de Pies-grièches grises Lanius excubitor en plusieurs sites encore libres de neige au-dessus de la limite des forêts.
    Dans ce contexte de douceur, l’arrivée précoce d’Oies rieuses Anser albifrons et des moissons Anser fabalis a de quoi étonner. Par contre il n’est pas surprenant que plusieurs espèces aient hiverné ou tenté d’hiverner en Suisse. La longue liste contient notamment le Héron garde-boeufs Bubulcus ibis, l’Aigrette garzette Egretta garzetta, la Cigogne noire Ciconia nigra, le Flamant rose Phoenicopterus roseus (Piot et al. 2012), le Busard des roseaux Circus aeruginosus, le Busard pâle Circus macrourus (Piot et al. 2012), le Combattant varié Philomachus pugnax et la Rémiz penduline Remiz pendulinus. Les Pinsons du Nord Fringilla montifringilla se montrèrent plus abondants en décembre d’abord dans la région de Fribourg puis dans le Jura, où un dortoir regroupant 1 million d’individus fut découvert fin décembre à Vendlincourt JU.