Fermer

Huppe fasciée

Apporter une aide efficace à la huppe fasciée : un projet ambitieux, en passe d'aboutir grâce aux vastes études préliminaires.

Objectifs

La huppe fasciée est l'une des plus belles espèces d’oiseaux de notre pays. Espèce typique de paysages ruraux variés, elle niche dans les vergers à haute tige extensifs, les vignobles, les forêts claires de chênes et de châtaigniers. Elle s'installe dans les paysages riches en vieux arbres lui offrant des cavités et pâturées par le bétail. Elle élève ses petits dans toutes sortes de cavités naturelles. Depuis les années 1970, elle a disparu de l’ensemble du Plateau. Aujourd'hui, elle n'est présente qu'en Valais, et quelques couples subsistent encore au Tessin, dans les Grisons et au bord du lac Léman.

A part la poursuite fructueuse du programme de conservation de la huppe fasciée en Valais, des mesures de conservation sont actuellement mises en oeuvre dans les autres régions qui ne comptent plus que de faibles effectifs. A long terme, nous envisageons une extension du projet à d'autres régions fruitières et viticoles de Suisse.

Procédé

Dans toutes les zones adaptées, il sera procédé de la manière suivante :
(a) vérification des ressources alimentaires disponibles, en particulier courtilières et autres gros insectes: apport de preuves précises, vérification auprès des agriculteurs ;
(b) recherche des derniers couples de huppes fasciées ;
(c) mise en place de nichoirs dans les lieux adaptés ;
(d) protection et conservation de l'habitat de la huppe fasciée: sauvegarde des vergers anciens, plantation d'arbres fruitiers hautes tiges, enherbement alterné des vignobles, création de surfaces de sol nu dans les prairies par la pâture ;
(e) contrôle annuel des couvées, y compris marquage des jeunes huppes fasciées ;
(f) mise en place de contrôles d'efficacité

Importance

Ce projet doit aussi permettre de conserver en Suisse des populations viables de huppes fasciées ailleurs qu'en Valais. C’est très important pour assurer l'avenir à long terme de cette espèce en Suisse. Comme la connaissance écologique de l'espèce est très bonne, les mesures de conservation peuvent être appliquées de manière très ciblée.

D'autres espèces très menacées, le torcol fourmilier, profitent indirectement des mesures de conservation de la huppe fasciée.

Résultats

Grâce aux bases écologiques mises au point par la Station ornithologique suisse, il a été possible de favoriser de manière décisive la population valaisanne. Aujourd'hui, environ cinq fois plus de huppes fasciées nichent dans la plaine valaisanne qu'au début des années 1980. L'installation massive de nichoirs dans les vergers de plaine, où prolifèrent les courtilières, est à l'origine de ce succès.

Responsable de projet

Valais : Raphael Arlettaz, Suisse. Station ornithologique, antenne de Salgesch et Dpt. Conservation Biology, Université de Berne
Grisons : Erich Muehlethaler, Ornithologische Arbeitsgruppe Graubünden
Tessin : Chiara Scandolara, FICEDULA
Côte vaudoise : Yves Menetrey, Jerome Duplain

Partenaire

Office fédéral de l'environnement (OFEV)
Association suisse pour la protection des oiseaux ASPO /BirdLife Suisse
Conservation Biology, Université de Berne

Soutien financier

Fondation Segré
Fondation Marion J. Hofer-Woodhead
Fondation Rentschler
Fondation Zigerli-Hegi

Publications

Plard, F., R. Arlettaz, A. Jacot & M. Schaub (2020):
Disentangling the spatial and temporal causes of decline in a bird population
Ryser, S., N. Guillod, C. Bottini, R. Arlettaz & A. Jacot (2016):
Sex-specific food provisioning patterns by parents in the asynchronously hatching European hoopoe.
Schaub, M., N. Zbinden, N. Martinez, M. Maurer, A. Ioset, R. Spaar, N. Weisshaupt & R. Arlettaz (2008):
Végétation clairsemée, un habitat important pour la faune. Fiche Info