Fermer

Promotion des prestations écologiques en milieu rural par le biais de conseils portant sur l'ensemble de l’exploitation

Dans les zones agricoles de la vallée saint-galloise du Rhin, la diversité des espèces ne cesse de décliner. C'est là qu'intervient notre projet : une information globale des agriculteurs nous permettra de leur indiquer concrètement comment mettre à profit les opportunités écologiques et économiques, et de les soutenir dans la mise en place des surfaces de promotion de la biodiversité.

Objectifs

Un joyau écologique a vu le jour au cœur de la vallée saint-galloise du Rhin : la zone de protection de la nature de Bannriet-Spitzmäder. Des plantes et petits animaux rares y ont trouvé un habitat précieux. Ce refuge est toutefois isolé. Dans les zones agricoles qui l'entourent, la diversité des espèces ne cesse de décliner. Seuls  quelques couples d’alouettes des champs subsistent encore ; vanneaux huppés, pipits des arbres et tariers des prés ont disparu il y a une vingtaine d’années avec l’intensification des cultures.

L'association Pro Riet Rheintal et la Station ornithologique suisse sont les partenaires d'un projet visant à créer des écosystèmes de grande valeur écologique dans la plaine du Rhin, et notamment dans les terres agricoles, afin d’y sauvegarder la population d’alouettes des champs et d'y attirer d’autres oiseaux caractéristiques des zones rurales.

Nous souhaitons donc convaincre les agriculteurs de restaurer la diversité et la vie dans les terres cultivées. Le système des paiements directs de la Confédération fournit les incitations financières nécessaires, par le biais des surfaces de promotion de la biodiversité (compensation écologique). De nombreux agriculteurs se montrent toutefois sceptiques à l'égard de la compensation écologique. Souvent, ils ignorent la fonction et la valeur que représentent ces surfaces pour leur exploitation, mais aussi la manière de les aménager et de les entretenir. C'est là qu’intervient notre projet : une information globale nous permettra de leur indiquer concrètement comment mettre à profit ces opportunités écologiques et économiques, et de les soutenir dans la mise en place des surfaces de promotion de la biodiversité.

Les objectifs de ce projet sont les suivants :

  • Les agriculteurs reconnaîtront la valeur que revêt la biodiversité (diversité des espèces) pour leur exploitation et pour le paysage.
  • Les agriculteurs aménageront des surfaces de promotion de la biodiversité sur leur exploitation et seront fiers du résultat.
  • Le fait de dispenser aux agriculteurs des conseils qui prennent en compte leur exploitation dans son ensemble les incitera à fournir des prestations supplémentaires en matière d'écologie.

Procédé

Les agriculteurs bénéficient des conseils d’un agronome spécialement formé pour cette mission et possédant lui-même une exploitation agricole.

Une approche globale leur montrera les prestations écologiques qu’ils fournissent déjà et leur proposera des mesures supplémentaires qu'il conviendrait d'effectuer. Il peut s'agir de mesures de compensation écologique sur l'exploitation, mais aussi d'une revalorisation de surfaces de promotion de la biodiversité qui existent déjà. En outre, le conseiller détaille la charge de travail qu'implique la mise en œuvre de ces prestations écologiques, le manque à gagner par rapport à une production intensive, mais aussi les investissements superflus et les possibilités de recettes supplémentaires liées aux paiements directs de la Confédération. A l'issue de cette consultation personnalisée, l'agriculteur choisit les mesures qu'il désire appliquer. Leur liste est établie lors de l'accord conclu entre la Station ornithologique et l'agriculteur, puis signée par ce dernier. Il s'engage ainsi à mettre ces mesures en application dans les trois années qui suivent.

Importance

Grâce à cette approche d’ensemble, les agriculteurs envisagent les mesures de compensation écologique dans le cadre global de leur activité. Ils peuvent prendre en considération les questions de productivité, de rotation des cultures et de charge de travail, puis choisir la solution la plus adaptée à leur exploitation. Il est intéressant de constater que la charge de travail diminue en général un peu et que les montants des contributions augmentent légèrement. Au cours des entretiens, nombreux sont ceux qui constatent que la diversité des espèces constitue aussi le produit de leur travail et qui commencent à s’intéresser aux corrélations, notamment à l'utilisation des auxiliaires.

Les mesures écologiques profitent à diverses espèces animales et végétales. Parmi elles figurent les habitants caractéristiques des milieux agricoles richement structurés, mais aussi les espèces de la Liste rouge, aux exigences très poussées en matière d'habitat. Ainsi, par exemple, les prairies extensives et les jachères florales associées à des groupes de buissons permettent d'attirer fauvettes grisettes, pies-grièches écorcheurs et bruants jaunes. Les ourlets situés en bordure des talus ou des champs sont utiles aux rousserolles verderolles et aux tariers pâtres.

Résultats

La phase pilote qui s’est déroulée en 2013 affichent des résultats optimistes :

Toutes les exploitations de la vallée du Rhin qui ont bénéficié de conseils ont signé un accord. La part des surfaces de promotion de la biodiversité sont passées en moyenne de 10,73 % à 14,46 % par exploitation.

Dans la vallée du Rhin saint-galloise, les populations d'oiseaux nicheurs sont depuis longtemps recensées avec régularité dans le cadre du projet « Réseau de biotopes de la vallée du Rhin saint-galloise ». Cette situation de départ permettra d’évaluer l'impact des mesures sur la présence et la répartition des espèces rurales par le biais d'un contrôle ultérieur des résultats effectué dans la zone concernée.

Responsable de projet

Petra Horch, Simon Birrer

Partenaire

Verein Pro Riet Rheintal
Maschinenring Ostschweiz-Liechtenstein
Agriculteurs intéressés dans le périmètre du projet

Soutien financier

Fondation Dreiklang