Fermer

Ecologie du comportement chez les mésanges

Pour la première fois, une étude intégrée considérant toute la chaîne alimentaire et différentes approches méthodiques permet une compréhension élargie des mécanismes qui influencent de diverses manières la vie des mésanges.

Objectifs

Indépendamment du débat sur la «mort des forêts» et dans un grand projet, on a étudié le lien écologique le long de la chaîne alimentaire depuis les arbres des forêts jusqu´au mésanges mangeuses de chenille en passant par chenilles mangeant les feuilles.

Procédé

Il faut des données fiables pour définir l'offre alimentaire dans la cime des arbres. Au moyen de plate-formes élévatrices, on a récolté des échantillons de branches à la cime des arbres et on a dénombré et pesé les chenilles qui s'y trouvaient.

On a mis au point un émetteur miniature, collé sur les plumes de dos des mésanges, pour suivre les mésanges en mouvement dans les branches.

Résultats

Pour pouvoir remplir le bec de leur progéniture affamée, les parents mésanges optimisent habilement leur travail. Au début du printemps, la nichée est nourrie d'araignées. Dès que les chenilles sont plus grosses que les araignées, les mésanges charbonnières et bleues changent de menu. A la fin du printemps, elles se nourrissent presque exclusivement de chenilles. Lors de la recherche de nourriture, les parents mésanges s'adaptent à l'offre alimentaire d'arbres isolés ainsi qu'à la distance avec leur nid. Les mésanges diminuent leur quantité de travail de près de 30 % en choisissant habilement les meilleurs arbres. La grandeur du territoire aussi ainsi que la densité de mésanges dépendent de l'offre alimentaire. Les territoires sont plus grands dans les habitats pauvres en nourriture. L'étude de la chaîne alimentaire peut nous renseigner sur les grandes différences dans la répartition.

Responsable de projet

Beat Naef-Daenzer

Partenaire

Prof. Dr. Lukas F. Keller, Institut für Evolutionsbiologie und Umweltwissenschaften
Dr. Ruedi G. Nager, University of Glasgow

Soutien financier

Schweizerischer Nationalfonds

Publications

Naef-Daenzer, L., R.G. Nager, L.F. Keller & B. Naef-Daenzer (2004):
Are hatching delays a cost of a benefit for Great Tit Parus major parents?
Fischbacher, M., B. Naef-Daenzer & L. Naef-Daenzer (1998):
Estimating caterpillar density on trees by collection of frass droppings.