Focus

      Au pays des loisirs illimités ?

      bild

      Un simple rameur peut effaroucher des centaines d’oiseaux (ici, surtout des Nettes rousses). Là aussi, le travail de sensibilisation doit redoubler. © Stephan Trösch

      De nombreux milieux utilisés par les oiseaux le sont aussi par des amateurs de détente et de loisirs sportifs, qui occasionnent des dérangements dans des proportions variables. Les espèces les plus sensibles peuvent subir des diminutions d’effectif et devenir particulièrement menacées dans un pays aussi densément peuplé et parcouru que la Suisse.

      Par dérangement, on entend tout événement à même de provoquer un changement comportemental et/ou physiologique brusque. Si la fuite, les cris d’alarme ou les manœuvres de diversion sur un site de nidification se laissent en général reconnaître par un observateur, tout dérangement n’est pas forcément aisé à déceler, comme en témoignent les oiseaux restant figés. C’est notamment le cas des Gallinacés, qui, en pareils cas, produisent des hormones de stress et voient leur rythme cardiaque modifié sans laisser transparaître le moindre signe suspect.

      Les effets des dérangements sont souvent difficiles à appréhender. Les isoler requiert en général des méthodes fastidieuses, non seulement car le même individu peut réagir différemment selon son état physique, les conditions ambiantes ou l’intensité et la durée de l’événement, mais aussi car plusieurs facteurs se conjuguent souvent (p. ex. dérangements associés à des modifications d’habitat). Les dérangements peuvent enfin évincer des oiseaux de certaines régions, ou bien réduire la durée de vie ou le taux de reproduction jusqu’à imprimer une régression durable au sein d’une population. Dans certains cas, ils comptent même parmi les principales causes de déclin lorsqu’ils sont liés à la perte de milieux.

      Les dérangements peuvent entraîner des reculs d’effectif. L’impact des activités humaines dépend de l’ampleur du dérangement (rouge), des caractéristiques de l’individu (bleu) et des conditions environnementales (vert).

      À partir de quand un dérangement est-il néfaste ?

      En phase d’installation généralement printanière, lorsqu’ils évaluent l’adéquation des sites, les oiseaux sont particulièrement sensibles aux dérangements. C’est toutefois durant la reproduction proprement dite que l’impact de ces derniers est particulièrement important, lorsqu’ils peuvent porter préjudice aux géniteurs autant qu’à leur descendance. Un superbe cliché d’Aigle royal n’est ainsi souvent réussi qu’à proximité du nid, ce qui peut induire des conséquences fatales pour les jeunes et l’échec de la reproduction. Des espèces moins spectaculaires, voire anthropophiles, sont aussi affectées, puisque des perturbations mineures, telles que celles provoquées par des chiens non tenus en laisse, peuvent réduire la densité de population, voire la diversité des espèces, tandis que les majeures peuvent interrompre la reproduction. Enfin, la qualité elle-même de la descendance peut être influencée par un stress modéré et bref, qui, en période de ponte, fait passer dans l’œuf les hormones correspondantes et influent sur les caractéristiques de la progéniture.

      Les oiseaux dont l’habitat est au cœur des activités de loisir sont particulièrement menacés. Chevalier guignette et Petit Gravelot, qui nichent sur les rares bancs de galets subsistant dans nos rivières, sont considérablement dérangés par les canoéistes et les baigneurs, jusqu’à régulièrement provoquer des interruptions de la reproduction. L’escalade aussi peut générer des conflits, en paroi avec des nicheurs rupestres comme le Faucon pèlerin, le Grand-duc et l’Aigle royal, et même sur glace, en plein hiver, avec le Gypaète barbu.

      Pour les Tétraonidés, la période de reproduction n’est pas la seule délicate : en hiver, ils sont confrontés à un goulet énergétique, alors même que leur habitat potentiellement disponible est considérablement réduit par diverses activités récréatives. Les hors-piste d’une part (freeride, randonnées à ski ou en raquettes) empiètent sur les habitats hivernaux des Tétras lyres, Grands Tétras et Lagopèdes et font augmenter la consommation d’énergie et la sécrétion d’hormones de stress des tétras effarouchés; sur les pistes d’autre part, le tourisme de masse influence à la baisse le nombre de Tétras lyres en parade dans les domaines skiables. En Valais, seul un petit quart des habitats hivernaux du Tétras lyre sont épargnés par les sports d’hiver.

      Des panneaux d’information le long des pistes signalent les zones de tranquillité pour Tétras lyres, que tous les skieurs ne respectent pas encore.

      © Raphaël Arlettaz

      Activités de plein air : toujours et partout

      Les activités récréatives en plein air ont la cote, tout comme les sports « outdoor » appelés à se développer encore: à l’avenir, les amateurs de loisirs investiront donc toujours plus des habitats reculés. En guise d’exemple, citons le géocoaching, cette sorte de chasse au trésor à même de causer des dérangements majeurs dans les milieux rocheux où nichent des espèces sensibles, les caches étant souvent recherchées des heures durant dans des secteurs sinon paisibles. Un autre nouveau sport en vogue, le « stand up paddle », consiste à pagayer debout sur une planche de surf : par ignorance bien souvent, les paddlers ne respectent pas les distances prescrites aux zones protégées, et peuvent provoquer, à leur insu, la fuite d’oiseaux d’eau. Les jeunes séparés de leurs parents (p. ex. canards, Grèbes huppés) n’ont alors guère de chance de survie.

      Par ailleurs, qui aurait imaginé, il y a cinq ans encore, que les drones seraient utilisés dans la vie civile, quotidiennement et pour le plaisir ? Aujourd’hui, ils constituent un dérangement intolérable à portée de grandes concentrations d’oiseaux et de parois rocheuses habitées par des espèces sensibles, au point que des zones d’exclusion aérienne ont été définies au-dessus des réserves d’oiseaux d’eau et de migrateurs et des districts francs fédéraux.

      Outre ces activités de loisir et d’autres, de grandes manifestations sont aussi susceptibles d’être sources de dérangements. Feux d’artifice, light-shows et concerts non loin de zones sensibles peuvent engendrer de graves incidences, par exemple sur le taux de reproduction de certaines espèces, mais aussi sur la qualité de leur habitat.

      Solutions et remèdes

      Pallier les dérangements liés aux loisirs et à leurs répercussions négatives nécessite de bien séparer – dans le temps et l’espace – les exigences des oiseaux et celles des amateurs de détente. Les mises à ban ou la création de zones de tranquillité permettent d’y remédier efficacement, pour autant qu’elles soient assorties d’une signalisation claire, tandis que des recommandations peuvent sensiblement réduire les risques potentiels dans les domaines non protégés. La campagne « Respecter, c’est protéger », qui a permis d’améliorer la tranquillité de la faune en de nombreux secteurs, devrait d’ailleurs être impérativement poursuivie et étendue à l’été. Le principe de précaution plaiderait aussi pour la création d’espaces et de périodes refuges pour les oiseaux, mais la protection durable des espèces sensibles aux dérangements dans un pays aussi densément peuplé que le nôtre ne pourra être assurée que si les usagers acceptent ces zones et époques de tranquillité, et respectent les interdictions.

      Texte: Stefan Werner & Susanne Jenni-Eiermann


      Citation recommandée de l’Atlas en ligne:
      Knaus, P., S. Antoniazza, S. Wechsler, J. Guélat, M. Kéry, N. Strebel & T. Sattler (2018): Atlas des oiseaux nicheurs de Suisse 2013-2016. Distribution et évolution des effectifs des oiseaux en Suisse et au Liechtenstein. Station ornithologique suisse, Sempach.

      Bibliographie

      Almasi, B., P. Béziers, A. Roulin & L. Jenni (2015): Agricultural land use and human presence around breeding sites increase stress-hormone levels and decrease body mass in barn owl nestlings. Oecologia 179: 89–101.

      Arlettaz, R., S. Nusslé, M. Baltic, P. Vogel, R. Palme, S. Jenni-Eiermann, P. Patthey & M. Genoud (2015): Disturbance of wildlife by outdoor winter recreation: allostatic stress response and altered activity-energy budgets. Ecol. Appl. 25: 1197–1212.

      Banks, P. B. & J. V. Bryant (2007): Four-legged friend or foe? Dog walking displaces native birds from natural areas. Biol. Lett. 3: 611–613.

      Bolduc, F. & M. Guillemette (2003): Human disturbance and nesting success of Common Eiders: Interaction between visitors and gulls. Biol. Conserv. 110: 77–83.

      Bötsch, Y., Z. Tablado & L. Jenni (2017): Experimental evidence of human recreational disturbance effects on bird-territory establishment. Proc. R. Soc. Lond. B 284: 20170846.

      Braunisch, V., P. Patthey & R. Arlettaz (2011): Spatially explicit modeling of conflict zones between wildlife and snow sports: prioritizing areas for winter refuges. Ecol. Appl. 21: 955–967.

      Coppes, J., J. Ehrlacher, D. Thiel, R. Suchant & V. Braunisch (2017): Outdoor recreation causes effective habitat reduction in Capercaillie Tetrao urogallus: a major threat for geographically restricted populations. J. Avian Biol. 48: 1583–1594.

      Geidel, C. (2014): Felsbrütende Vogelarten contra Geocaching - Ermittlung und Entschärfung von Konfliktfeldern zwischen Naturtschutzzielen und der Entwicklung einer neuen Trendsportart an Naturfelsen und in Abbaustätten. Unveröffentlichtes Gutachten im Auftrag des Landesbund für Vogelschutz e.V., Hilpoltstein.

      Ingold, P., B. Huber, B. Mainini, H. Marbacher, P. Neuhaus, A. Rawyler, M. Roth, R. Schnidrig & R. Zeller (1992): Freizeitaktivitäten - ein gravierendes Problem für Tiere? Ornithol. Beob. 89: 205–216.

      Jenni-Eiermann, S., B. Almasi, C. Müller, B. Schmid, A. Roulin & L. Jenni (2014): Die Modulation der Stressantwort bei Vögeln und ihre Bedeutung für den Naturschutz. Ornithol. Beob. 111: 107–120.

      Jenny, D. & M. Schaad (2015a): Nichées dérangées – un problème en augmentation. Avinews 2015/2: 8.

      Jenny, D. & M. Schaad (2015b): Störung am Horst – zunehmend problematisch. Avinews 2015/2: 8.

      Lamprecht, M., A. Fischer & H. P. Stamm (2014a): Sport Schweiz 2014: Sportaktivität und Sportinteresse der Schweizer Bevölkerung. Bundesamt für Sport BASPO, Magglingen.

      Lamprecht, M., A. Fischer & H. P. Stamm (2014b): Sport Suisse 2014: Activité et consommation sportives de la population suisse. Office fédéral du sport OFSPO, Macolin.

      Lamprecht, M., A. Fischer & H. P. Stamm (2014c): Sport Svizzera 2014: Pratica sportiva e interesse per lo sport della popolazione svizzera. Ufficio federale dello sport UFSPO, Macolin.

      Mulero-Pázmány, M., S. Jenni-Eiermann, N. Strebel, T. Sattler, J. J. Negro & Z. Tablado (2017): Unmanned aircraft systems as a new source of disturbance for wildlife: A systematic review. PLoS One 12: e0178448.

      Patthey, P., S. Wirthner, N. Signorell & R. Arlettaz (2008): Impact of outdoor winter sports on the abundance of a key indicator species of alpine ecosystems. J. Appl. Ecol. 45: 1704–1711.

      Tablado, Z. & L. Jenni (2015): Determinants of uncertainty in wildlife responses to human disturbance. Biol. Rev. 92: 216-223.

      Thiel, D., S. Jenni-Eiermann, V. Braunisch, R. Palme & L. Jenni (2008): Ski tourism affects habitat use and evokes a physiological stress response in capercaillie Tetrao urogallus: a new methodological approach. J. Appl. Ecol. 45: 845–853.

      Thiel, D., S. Jenni-Eiermann, R. Palme & L. Jenni (2011): Winter tourism increases stress hormone levels in the Capercaillie Tetrao urogallus. Ibis 153: 122–133.

      Weggler, M. (2015): Effekt von Silvesterfeuerwerk auf überwinternde Wasservögel im unteren Zürichsee-Becken. Ornithol. Beob. 112: 211–218.

      Werner, S. (2015): Feuerwerk verursacht starke Störung von Wasservögeln. Ornithol. Beob. 112: 237–249.

      Werner, S. (2017a): Attività del tempo libero e uccelli acquatici. Avinews 2017/3: 9.

      Werner, S. (2017b): Freizeitvergnügen im Lebensraum der Wasservögel. Avinews 2017/3: 9.

      Werner, S. (2017c): Loisirs lacustres et avifaune. Avinews 2017/3: 9.

      Espèces concernées
      Thèmes
      de montagnes et vallées
      Eaux et zones humides
      Sites secs et rochers
      Loisirs & dérangements
      Protection des oiseaux & conservation des espèces
      Atlas bestellen