Fermer
©
© Marcel Burkhardt

La nette rousse a profité d’eaux plus propres. Les quelque 30 000 individus qui hivernent en Suisse représentent environ la moitié de la population européenne

News - Informations générales

Des décennies d’engagement en faveur des oiseaux d’eau

février 2024

Les recensements internationaux d’oiseaux d’eau constituent le programme de surveillance le plus pérenne et le plus étendu au monde. La Station ornithologique y participe depuis le début et peut mettre en évidence des évolutions à long terme grâce aux données collectées.

Les lacs et rivières suisses sont généralement les premières eaux libres de glace lorsque les oiseaux d’eau fuient le froid hivernal de leurs sites de reproduction nordiques. Neuf espèces d’oiseaux d’eau hivernent chez nous en si grand nombre que la Suisse en a la responsabilité internationale. Le fuligule morillon et le canard colvert en sont des exemples.

Il y a longtemps déjà, les ornithologues ont reconnu l’importance des recensements pour documenter les changements de population. Durant l’hiver 1950-1951, les oiseaux d’eau ont été recensés pour la première fois sur les lacs de Suisse romande. Dès l’année suivante, la Station ornithologique a lancé un appel pour inclure le plus grand nombre possible de plans d’eau en Suisse alémanique et italienne. La Suisse fait ainsi partie des premiers pays à effectuer des recensements systématiques d’oiseaux d’eau. Chaque année, jusqu’à 500 volontaires y participent. Certains d’entre eux sont de la partie depuis plus de 30 ans !

Les comptages sur plusieurs années permettent de mettre en évidence les évolutions à long terme. Jusque dans les années 1990, le nombre d’hivernants sur nos plans d’eau a fortement augmenté, probablement à cause de la propagation de la moule zébrée, qui sert de nourriture à certains canards. Après une phase de stabilisation, les effectifs sont en baisse depuis le début du millénaire. La raison principale est sans doute le changement climatique : les eaux du Nord sont désormais libres de glace toute l’année, de sorte que les oiseaux d’eau y restent.

Grâce aux recensements d’oiseaux d’eau, les zones particulièrement importantes ont pu être identifiées. Elles ont été placées sous protection en 1991 par l’ordonnance sur les oiseaux d’eau et les migrateurs (OROEM). Les comptages confirment que la protection dans les zones OROEM fonctionne : les populations d’oiseaux d’eau ont évolué positivement dans de nombreuses réserves, et les oiseaux d’eau hivernants profitent d’une plus grande tranquillité à leur arrivée en automne. Malheureusement, près d’un tiers des sites importants ne sont toujours pas protégés, et même les zones protégées sont mises sous pression par l’utilisation croissante des eaux à des fins de loisirs. Il est donc d’autant plus important de prendre soin des zones protégées existantes et de respecter les règles qui y sont en vigueur. Ainsi, la Suisse pourra continuer à assumer son rôle international pour les oiseaux d’eau hivernants.


Espèces concernées

Nette rousse
Fuligule morillon