FILTRER

filtrer par
©
© Markus Varesvuo
Actualités - Communiqués de presse

Réussir son buffet hivernal

15. novembre 2023

Nourrir les oiseaux en hiver est apprécié des hôtes comme des invités à plumes. Pour que la fête soit belle, quelques règles doivent être respectées. La nourriture doit être aussi proche que possible de ce que mangent les oiseaux dans la nature. Il faut également placer la mangeoire à l’abri des prédateurs et s’assurer d’une hygiène irréprochable.

Si les petits oiseaux qui passent l’hiver en Suisse sont bien adaptés aux conditions de la saison froide, l’empathie pour ces frêles boules de plumes sous la pluie ou la neige pousse beaucoup d’amis et amies de la nature à proposer des mangeoires aux oiseaux. Lors de périodes prolongées de couverture neigeuse, de pluie verglaçante ou de sol gelé, la nourriture supplémentaire peut contribuer à la survie de certains individus.

Le nourrissage représente en outre pour de nombreuses personnes le premier contact direct avec l’avifaune. Du point de vue de la Station ornithologique suisse, il n’y a donc rien à redire au nourrissage hivernal des petits oiseaux, tant qu’il est effectué dans les règles de l’art. Ce que l’on sert aux oiseaux et la manière dont on le sert ne devraient pas leur être fatals. Il faut veiller à une bonne hygiène, faire attention au choix de la nourriture et de la mangeoire, et bien choisir l’emplacement de cette dernière.

Le meilleur moyen de venir en aide aux oiseaux est d’aménager son jardin ou son balcon avec des plantes indigènes. Cela leur offre un buffet riche et naturel tout au long de l’année. Un jardin accueillant pour les oiseaux offre à différentes espèces d’oiseaux une nourriture adaptée et naturelle tout au long de l’année.

CONSEILS POUR UN NOURRISSAGE ADAPTÉ
  • La nourriture doit correspondre autant que possible à l’alimentation naturelle des oiseaux. Pour les granivores comme les pinsons, les moineaux, les sittelles et les mésanges, des mélanges contenant une grande part de graines de tournesol et de chanvre sont recommandés. Pour les merles et rougegorges, on peut mettre des pommes, des noix, des flocons d’avoine ou des raisins secs à dispositio
  • Certains agents pathogènes sont transmis d’un oiseau à l’autre par les fientes. Ces dernières ne doivent donc pas entrer en contact avec la nourriture. Des mangeoires avec des bols étroits ou des distributeurs cylindriques permettre d’éviter cela. Le mélange de graines et de fientes qui s’accumule sous la mangeoire doit être nettoyé régulièrement.
  • Le site de nourrissage doit être aménagé dans un endroit dégagé. De plus, des lieux de refuge tels que des buissons ou des arbres à proximité sont importants, mais à une distance d’environ deux à cinq mètres, afin que les oiseaux puissent garder une vue d’ensemble sur leur environnement et s’échapper des prédateurs.
  • La nourriture doit être fraîche tous les jours, de préférence le soir, environ deux heures avant le crépuscule. Il est préférable d’ajouter une quantité de nourriture suffisante pour 24 heures.

Retrouvez des conseils en vidéo et découvrez les hôtes les plus fréquents à la mangeoire sous www.vogelwarte.ch/nourrissage-hivernal/

100 ANS D'ENGAGEMENT EN FAVEUR DES OISEAUX

La Station ornithologique a été fondée en 1924 comme centrale de baguage dédiée à l’étude des oiseaux migrateurs. Désormais, elle est le centre de compétence suisse pour la recherche et la conservation des oiseaux indigènes. En 2024, elle fêtera son centenaire, à travers des présentations d’archives, des manifestations et un livre historique.